Sur le papier, ça a l’air hyper bien cette tendance de l’éducation bienveillante et positive. Et même si t’aimerais vachement pouvoir l’appliquer au quotidien, en vrai c’est plus chaud qu’il n’y paraît, et ça demande beaucoup plus de self contrôle que tu n’es capable d’avoir. Mais c’est pas grave hein, on fait tous comme on peut.

1. Ne pas crier

Ça, c’était ton envie numéro un. Ne pas hurler quand tu le vois dessiner sur les murs, ne pas gueuler quand il balance son camion de pompier sur l’écran plat, de pas t’époumoner quand tu le vois arracher des touffes de cheveux à sa petite sœur. Mais en vrai, t’as pas pu réprimer tes cris.

2. Le laisser résoudre ses problèmes

« Mais si mon chéri, tu peux réussir à mettre tes chaussures tout seul, on a le temps ». Sauf qu’en vrai tu devrais déjà être au boulot depuis 25 minutes, et tu enfiles rapidement les baskets à scratch de ton môme qui mets 108 ans à les mettre tout seul. L’indépendance, oui, mais pas le lundi matin quand on est à la bourre.

3. Ne pas critiquer sa performance

« Il est magnifique ton dessin, j’adore le mélange des couleurs, tu peux être fier de toi mon chéri ». Non. C’est moche, c’est un accumulation de gribouillis, ça encombre la porte du frigo, et t’en as marre d’avoir l’impression de vivre chez un Picasso sans talent.

Par ailleurs si vous avez des dessins d’enfants moches à nous faire parvenir, n’hésitez pas car nous avons planifié un rendez-vous hebdomadaire tellement c’est dégueulasse.

4. T’excuser quand tu l’engueules

« Excuse moi mon poussin, maman a eu une grosse journée et elle n’aurait pas du s’énerver ». Mytho. Ton précieux chérubin vient de découper en deux avec une paire de ciseaux toutes les serviettes de toilettes toutes neuves, et t’as franchement les boules, c’est normal d’avoir gueulé.

5. Ne pas faire de chantage

« Si tu joues pendant une heure dans ta chambre ce matin au lieu de venir me réveiller à 6h, t’auras un bonbon ». Dur de ne pas faire de chantage affectif quand tu sais qu’il n’y a que ça qui marche pour avoir un rab d’heures de sommeil dans ton lit tout chaud pendant qu’il joue dans sa chambre.

6. Ne pas le punir

Alors qu’il vient de sortir 4 gros mots à la suite, qu’il a balancé son assiette du diner par terre et qu’en plus il a mangé la queue du chat pour voir s’il allait miauler (spoiler : oui, il a miaulé). Mais dans ces cas-là, les parents ne sont pas censés le foutre au coin, ils doivent garder leur calme et lui expliquer les choses calmement. Bah bonne chance hein.

7. Ne pas t’énerver

Alors qu’il n’a toujours pas brossé ses dents alors qu’il est 8h28 et que l’école ferme ses portes dans deux minutes, qu’il traîne la patte pour y aller en s’arrêtant pour regarder tous les pigeons dans la rue, qu’il te dit qu’il a envie de faire caca à la moitié du trajet et qu’en plus il pleut. Dur de rester calme là.

8. Pouvoir répondre à ses besoins

Et tout de suite, s’il te plaît. Même quand tu es en train de faire à bouffer alors que tu viens tout juste de rentrer chez toi après une journée de boulot de 8h presque sans pause pipi, et que tu ne rêves que d’une chose : te foutre en pyjou sur le canap avec un verre de vin en mangeant des chips. Mais là, avant tout ça, il faut que tu joues à la dînette, et avec le sourire s’il te plaît.

9. Ecouter l’enfant

Même quand tu n’as pas le temps, même quand t’as pas envie, même quand il dit des trucs pas franchement urgent, même quand il te coupe la parole, même quand t’es au téléphone avec ton boss, même quand t’es en train de pisser. Bah non, t’y arrives pas, parfois quand ça veut pas, ça veut pas.

10. L’accompagner dans ses crises

Il se roule par terre dans les allées du supermarché en hurlant comme si on l’égorgeait ? Et bien même si t’as envie de l’abandonner sur place et de te planquer au rayon fromage, t’es censée accompagné avec lui ce moment qui n’est qu’une frustration compliquée à gérer pour lui, pauvre bout de chou. Alors qu’en vrai, t’as qu’une envie : le foutre sur l’épaule, te barrer en courant du magasin et ne plus jamais ressortir de chez toi avant ses 17 ans.

C’est sûr qu’avant d’avoir des enfant on avait des grands principes d’éducation. Mais ça c’était avant. A l’inverse on a réuni nos meilleurs conseils pour que vous soyez les meilleurs parents du monde. Satisfait ou remboursé.