La mémoire, c’est un truc assez important dans la vie de tous les jours pour se rappeler où on a mis ses clés ou genre comment marcher sans tomber. Bien sûr, il y a plein de conseils et d’exercices de mémoire pour entretenir son cerveau mais si t’es pas trop con, il devrait fonctionner tout seul. Il y a plein de types de mémoire qui font fonctionner tout ce bazar et c’est vachement intéressant de connaître tout ça. Tu t’endormiras moins bête ce soir.

La mémoire à court terme

1. La mémoire immédiate (ou mémoire de travail)

La mémoire à court terme, c’est la mémoire du présent. La plupart des informations du quotidien (se souvenir d’un numéro de téléphone quelques secondes pour le composer par exemple) passent d’abord par la mémoire à court terme et si on souhaite les retenir durablement, il faut les stocker dans la mémoire à long terme.

La mémoire immédiate (aussi appelée mémoire de travail), c’est la capacité à utiliser et manipuler les informations qui restent dans la mémoire à court terme. C’est grâce à ça que l’on arrive à écouter un cours et prendre des notes en même temps.

La mémoire à long terme

2. La mémoire sémantique

La mémoire sémantique est celle que l’on utilise le plus à l’école : c’est la mémoire des faits et des concepts historiques. Elle nous permet de stocker des connaissances générales sur soi et sur le monde qui nous entoure. C’est grâce à cette mémoire que l’on peut répondre à des questions comme « Comment s’appelle cet objet ? », « Qui a gagné la Première Guerre Mondiale ? » ou « Quelle est ta couleur préférée ? ».

Toutes ces informations sont organisées dans un réseau sémantique, cela veut dire que les informations ne disparaissent jamais mais qu’on peut avoir des difficultés à retrouver le noeud où elles se trouvent.

3. La mémoire procédurale

Dans la mémoire à long terme sont stockés des savoirs, certes, mais aussi des savoir-faire. La mémoire procédurale (aussi appelée mémoire motrice) est la mémoire des automatismes, celle qui nous permet de faire des choses comme marcher, parler ou écrire sans devoir réapprendre à chaque fois.

On dit que c’est la mémoire de l’implicite car l’exécution des gestes ne demande pas d’effort mental particulier. Quand on fait du vélo par exemple, le processus est effectué de manière inconsciente.

4. La mémoire épisodique

La mémoire épisodique permet de stocker les événements personnellement vécus et leur contexte. Grâce à cela, on peut « voyager » mentalement dans le temps et l’espace en se souvenant des endroits où on est allé et des gens que l’on a rencontrés. On peut aussi se projeter dans l’avenir en imaginant ses prochaines vacances par exemple.

Cette mémoire se constitue entre 3 et 5 ans et peut parfois être perturbée à cause de traumatismes vécus durant l’enfance. C’est aussi cette mémoire qui est la plus touchée par l’amnésie rétrograde.

5. La mémoire perceptive

La mémoire perceptive (aussi appelée mémoire sensorielle) est la mémoire des sensations ressenties grâce à nos cinq sens. Elle stocke des milliers d’informations sans contexte comme des images, des sons ou des odeurs et la mémoire épisodique se charge ensuite d’associer toutes ces informations à des souvenirs. C’est grâce à la mémoire perceptive que l’on peut reconnaître des visages ou se souvenir du chemin pour rentrer chez soi.

En savoir plus sur la mémoire perceptive :

6. La mémoire visuelle

Les perceptions visuelles représentent 80% des informations transmises au cerveau et stockées dans la mémoire à long terme, c’est pour cela que la majorité des gens ont une mémoire visuelle très développée. Si tu arrives à retenir les informations d’un texte en le lisant plusieurs fois et que tu as une bonne mémoire des visages, c’est que ta mémoire visuelle est bien développée.

7. La mémoire auditive

La mémoire auditive permet de stocker des sons comme des voix, des rires, de la musique ou des bruits divers. Les gens qui ont une mémoire auditive très développée apprennent mieux en écoutant un cours qu’en le lisant et sont souvent plus sensibles au bruit.

8. La mémoire olfactive

L’être humain a plus de 40 millions de récepteurs olfactifs dans le nez, c’est ainsi que l’on peut reconnaître les différentes odeurs dans notre environnement. Cette mémoire est souvent inconsciente mais parfois, elle est associée à un souvenir : l’odeur d’un gâteau ou d’une plante peut provoquer la réminiscence d’un souvenir d’enfance très enfoui.

9. La mémoire tactile

La mémoire tactile (aussi appelée mémoire kinesthésique), c’est le souvenir des textures. Grâce aux récepteurs du toucher, toutes les informations nerveuses comme la température, les mouvements ou les formes de l’objet sont transmises au cerveau. C’est grâce à la mémoire kinesthésique que tu peux te souvenir de la sensation de chaleur sur ta peau au soleil ou de la douceur des poils de ton chat.

10. La mémoire du goût

La mémoire du goût vient des stimuli du système gustatif mais les perceptions provoquées ne durent que quelques secondes. Comme elles sont réactivées à chaque fois que notre palet se confronte à ce goût, on finit par reconnaître instantanément les aliments.

Quand tu vois un aliment avec un goût très acide comme un citron ou un bonbon qui pique, tu peux avoir une sensation d’acidité en bouche. Si ça t’est déjà arrivé, c’est que ta mémoire du goût est assez bien développée.

Voilà, tu en sais un peu plus sur ton cerveau grâce à moi, ça fera 7,50€ merci.

Sources : Dys-positifDifferents types de mémoire