Le collège, période de tous les bouleversements ! Outre les poils, les seins et les boutons qui poussent, on découvre aussi ce que c’est d’avoir un prof par matière, le bonheur des perms, la joie de ce nombre incalculable de collégiens dans une seule salle de classe, et… Les surveillants (plus communément appelés « pions »). On ne dit pas qu’ils sont tous pareils, on dit juste que bon, d’un collège à l’autre, on en a tous eu un cool, un con, un très con, un chelou, un bg,… non ? Je vous laisse mettre un prénom sur chacune de ces descriptions. Je suis sûre que je vais réveiller chez vous de braves souvenirs. Ma pref, moi, c’était Emilie, et le pire… Florent. Et vous ?

1. Le mi pion, mi gardien de prison

Son livre de chevet ? Le règlement intérieur. Ce qu’il fait de son temps libre ? Des heures supp’, surtout si c’est pour surveiller des heures de colle. Sa phrase fétiche ? « T’es collé », « Suis-moi dans le bureau du proviseur », ou « Donne-moi ton carnet ». Son rêve ? Être reconduit une année de plus. Sa philosophie de vie « La règle, c’est la règle. Si ça doit filer droit, pas question de boiter ! « .

« Alors, jeune fille, on se permet de demander une gomme à son voisin en permanence ? Chez le proviseur, tout de suite ! »

2. Le laxiste

Son mantra : Rien à foutre de rien. Il est là pour la thune et pour… La thune. Le règlement intérieur, la hiérarchie, les élèves, les règles, les horaires, les permanences, l’administratif, tout ça… Bah… Il s’en branle. Sec. Il ne sera pas reconduit l’année prochaine, ses collègues ne peuvent plus se le voir en peinture, mais les élèves l’aime bien. C’était le seul à répondre « ah ok » quand un premier de la classe balance qu’on s’enfile des clopes aux chiottes. Il va nous manquer.

Sa conception du travail, en une image

3. Le pion-pote

Même si « pion-pote » est un mot assez amusant à prononcer, le pion qui veut être pote avec tout le monde est généralement particulièrement malaisant. Non, Arthur, ça fait pas cool d’arriver au milieu d’un groupe de troisième en gueulant « alors, ça va les caïds ? Allez, tape-m’en cinq beau-gosse ! Vous voulez du rab à la cantine ? Au fait, je fais une soirée ce soir, vous venez ? » Arrête. S’il te plait. Tu gênes tout le monde. Tu sais que 5 parents d’élèves ont déposé une main courante contre toi ?

« Heeeeey les djeuns, je vous compte pour la soirée de ce soir ou quoua ??? »

4. Celui/celle qui pue du bec

Mais il le fait avec constance ! Matin, midi, soir, du lundi au vendredi. L’avantage, c’est qu’avec lui, les élèves se tiennent à carreau… Rapport au fait que tout le monde fait tout pour éviter qu’il n’ouvre la bouche. Surtout pas pour crier. Bien joué Maurice. C’est une technique discutable sur le plan de l’hygiène, mais pour le reste… Ça fonctionne !

« Pourquoi vous vous pincez tous le nez quand je parle ? C'est encore une tendance Toktok ? »

5. Celui/celle qui a l'autorité d'une huitre

D’une huitre périmée et rabougrie, même. Celui qui crie sans que personne ne l’entende, qui menace d’aller chez le CPE sans que personne ne le croie jamais, et qui lit régulièrement des bouquins de développement personnel. Sa dernière recherche Google : « comment se faire respecter par des ados insolants ? ». En vrai… Ce n’est pas super drôle. Le mec finit généralement par quitter l’établissement en milieu d’année, à force de se faire salement bully par des petits démons de même pas 15 ans. Arrêtez ça, c’est moche. Vous aurez honte plus tard.

« Vous pouvez me détacher, s'il vous plait ? Allez, arrêtez maintenant, je vais le dire à la CPE »

6. La bonne-sœur

Aka, celle qui passe sa vie à séparer les couples, et qui fait des réflexions sexistes et arriérées aux filles qui portent des robes ou des t-shirts un peu décolletés. Sérieusement, Géraldine… Qu’est-ce que ça peut te foutre que je tienne la main de Steven dans les couloirs, en fait ?

« Seigneur, puissent les jeunes être touchés par la grâce, et se préserver de toute amourette ne débouchant pas sur une union »

7. Celui/celle qui vend du shit aux élèves

Business is business. Tu ne dis pas que je te file de la beuh, et je ne balance pas à tes parents que tu fumes. Sur le plan éthique… Bouarf… Voilà… Mais en termes de couverture, on fait difficilement mieux ! Bien ouej.

« COMMENT ÇA, C'EST UN PION QUI T'AS DONNÉ ÇA POUR TE DÉTENDRE ? »

8. Le/la vrai(e) gentil(le)

Celui qui prend de son temps pour t’aider à comprendre un cours chiant, qui t’autorise à passer en même temps que tes cops au self, qui vient te voir quand t’as l’air triste, et qui lâche sa petite larme quand les troisièmes quittent le collège. Une vraie petite pomme trop mignonne. Il en faudrait plus des comme ça !

« Et voilà : tu n'as plus qu'à appliquer le théorème de Pythagore, sur la racine carré de l'hypoténuse de l'exposant du résultat de l'application du théorème de Thalès ! C'est tout simple. »

9. Celui/celle qui a ses chouchous

Et qui ne s’en cache pas ! En soi, il agit comme le gentil, mais seulement avec un cercle très restreint de personne. Avec les autres, il agit comme le pion gardien de prison. Du coup, bah… Soit, tu fais partie de l’élite, et forcément, c’est ton pref. Soit, t’es dans l’autre camp, et forcément : tu le détestes. Plus que tout.

« Je déteste tous les élèves, sauf vous hihihihi. »

10. Le/la sportif/sportive

C’est lui qui organise des activités foot ou basket à la pause du midi. Généralement, il est plus déter et heureux de participer aux activités que les collégiens eux-mêmes. En soi, c’est mignon, mais… Ça devient un peu gênant quand il oublie que l’objectif, c’est de se dépenser, pas de faire pleurer la moitié de son équipe quand elle perd. Allez, on se calme et on se reconcentre : l’important, c’est de ? De s’a… ? De s’amu… ? NON KEVIN, DE S’AMUSER, PAS DE GAGNER, PUTAIN !!!

« Le plus important ? Raser les ptits cons du collège Jean Jaurès aux prochaines olympiades ! »

11. Le médiéviste

Tempérament plutôt discret, queue de cheval soigneusement attachée et t-shirt de métalleux fièrement arborés : seuls les élèves du groupe de théâtre le connaissent vraiment. D’ailleurs, il demande à ses petits comédiens en herbe de le surnommer « Lancelot du bahut », pour manier humour, histoire et jargon de djeuns. Un sacré bout en train, ce Lancelot ! Le petit plus : il est plus que balaise en histoire (rapport au fait qu’il est en doctorat à côté de son taff) et n’aura aucun mal à faire ton DM pour toi. Toujours avoir un Lancelot dans sa vie, TOUJOURS.

« LanceloooOOOoot du bahuuuUUUt »

12. Celui/celle qui drague les élèves

Et qui oublie que légalement, draguer un enfant de 14 ans quand on en a 25, ça ne passe pas. Est-ce que le profil du pion numéro 1 peut se charger de lui faire un petit rappel du règlement intérieur et des textes de loi, please ?

« Zaluuuut les nanas, qui veux mon instaaa ? C'est @keep-calm-and-be-pion-sexy-tmtc »

13. La/le documentaliste refoulé(e)

Profil : vêtements colorés, de la marque Desigual, de préférence. Petites lunettes rectangulaires, sacoche en cuir végan de seconde main et personnalité plutôt discrète. Si tu fautes, elle ne te donnera pas de lignes à copier, mais plutôt un roman à lire et une fiche de lecture à compléter. En perm, hors de question de boire du café ! Pour elle, c’est tisane, du matin au soir. Sur une petite folie, elle peut se laisser avoir par un petit thé au jasmin… Mais avec modération ! Son jour préféré : la remise des manuels en fin d’année. L’occasion de toucher des livres toute la journée, et d’accéder aux stocks du CDI… Son paradis sur terre, en somme.

« Je suis un livre. Victor Hugo lui même disait « Un livre est quelqu'un » , alors... Quelqu'un n'a t-il pas le droit d'être un livre ? A méditer. »

14. Celui/celle qui fait chavirer les cœurs

Le/la bg de service qui donne soudainement envie de grandir trop vite. Suffisamment vite pour pouvoir lui déclarer sa flamme et vivre votre amour au grand jour, sans jugement et en toute légalité. Malheureusement, il/elle n’en a rien à carrer de notre tronche et partage déjà sa vie avec une personne de son âge, tout aussi canon. Ce n’est pas facile la vie, quand on a 14 ans.

« Ce que je préfère dans mon travail ? Les poèmes que je reçois dans mon casier. Trop mims ces pitchous ! »

15. Celui/celle qu'on prend pour un élève

Bah ouais, mais bon… Il fait tout jeune, quoi. Typiquement la même personne à qui on demande encore sa carte d’identité au bar et chez le buraliste, alors qu’il a 23 ans et qu’il n’a même plus le « A » sur sa caisse. Pauvre p’tit père.

« Mais je vous juuuuuure que je suis majeur, punaise ! »

Askip au collège, les thugs utilisent aussi un langage dar, mais c’est carré tant que Bae nous comprend, wesh.