Avec la peur-flemme de prendre les transports, on voit de plus en plus de bicyclettes dans les rues des grandes villes. Chevauchées magistralement par des humains en quête de déplacement, ces vélos vaillants défilent tels la parade militaire un 14 juillet sur des pistes cyclables élargies. Quel spectacle ! Quelle allure ! Mais le risque c’est de moins faire le malin quand un malandrin de passage s’emparera de votre précieux.

1. Achète un vélo qui ne coûte pas une blinde

Parce que si on doit le laisser dans la rue, tout notre investissement ne servira à rien. Avoir un vélo de compet’ c’est super, mais uniquement si on a un garage à vélos. Sinon, investir 100 balles (ou moins) suffit largement et pour deux raisons : il attirera moins le regard des voleurs potentiels et en cas de vol il déchirera moins le cœur.

2. Utilise 12 antivols

Ouais ça fait chier pour les clés, pour le transport et surtout si tu es poursuivi par un serial killer et que tu veux t’enfuir en vélo alors qu’il faut utiliser 12 clés, mais c’est quand même encore le truc le plus dissuasif contre le vol. Pour trouver les cadenas les plus sexy de ta région tu peux mater nos meilleurs accessoires pour fans de vélo.

3. Et n'oublie pas d'attacher ta selle

A défaut de te piquer ton vélo, tu risques de te faire chouraver ta selle si tu ne l’as pas solidement harnachée. Non, vraiment, n’oublie pas ta selle, plus elle s’est attachée à toi la petiote et elle serait trop triste si elle devait te quitter et alors ensuite tu as déjà vu des psy pour selles ? Non ? Eh bah imagine sa souffrance, alors.

4. Attache toujours le cadenas principal au cadre de la roue arrière

Parce que la roue avant peut être détachée. Et que revenir du taf et retrouver sa seule roue avant accrochée à l’équipement public, ça donne envie de pleurer (et aussi éventuellement des idées pour faire du monocycle sur une roue afin de rentrer chez soi).

5. Laisse une marque distinctive sur ton vélo

Une rayure à une endroit précis ou une photo de tes gosses au pochoir. Prends les signes distinctifs en photo. Si tu retrouves ton vélo sur Leboncoin trois jours plus tard, tu auras une preuve que c’est bien le tien. Et tu pourras aller au rendez-vous avec deux gros malabars et des agents du FBI. Vu que tu n’iras pas seul parce que tu es un poltron qui a peur de se faire taper.

6. N'accroche pas ton vélo à un poteau simple

Si les mecs (ou les meufs, ou les mecs et les meufs, le vol est hyper inclusif) sont plusieurs, ils pourront toujours récupérer le vélo en le faisant glisser vers le haut. Tu auras l’air d’un con. Et un panneau sens interdit n’est clairement pas une protection suffisante si ton vélo vaut 12.000 euros. Parce que ça s’enlève, un panneau – et un vélo également du coup.

7. Mets une étiquette sur ton vélo

Avec un texte du genre : « Ce vélo contient une alarme interne en antivol ». OK c’est bidon, mais ça peut toujours faire flipper. Tu peux aussi carrément mettre « Attention, vélo méchant », mais ça a très très très peu de chances de marcher. Sauf si, bien sûr, ton vélo est méchant. Et qu’il mord. Et qu’il aboie. Auquel cas il serait tout de même important que tu t’assures qu’il s’agit bien d’un vélo et non d’un chien sans quoi c’est un coup à se retrouver avec toute la fondation Brigitte bardot sur le dos.

8. Crever tes roues, enlever la selle et péter le guidon toi-même de manière à rendre le vélo le moins attractif possible

Oui, on ne te cache pas que cette solution un brin drastique présente des inconvénients. Mais au moins tu pourras l’abandonner l’esprit tranquille.

9. Attacher un haut-parleur qui diffuse en permanence <em>Le petit bonhomme en mousse</em> au cadre

Et là tu peux être à peu près persuadé que personne ne voudra le voler, que tout le monde fuira ton vélo comme la peste et que tu auras peut-être même la médaille Fields de la meilleure invention pour dissuader des gens de te piquer ton vélo 2020/2021. Oui en fait c’est mon idée et je viens donc de m’auto-décerner une médaille qui n’existe pas, mais sachez que j’en tire grand plaisir.

10. Rouler en vélo partagé

Et ne pas être paranoïaque, sans quoi tu risquerais, dès que tu croises une autre personne en Vélib, de croire qu’on t’a volé ton vélo alors que non, c’est pas le même, puisqu’il n’existe qu’un seul modèle et qu’en plus bah c’est pas ton vélo, c’est le vélo de la municipalité parisienne qui a accordé une délégation de service public à une société privée et qui accepte de te le prêter mais certainement pas de te le donner, sans quoi il te faudra payer une amende salée et quand on dit salée on veut dire élevée, pas une amende sur laquelle on a renversé un pot de sel la Baleine.

Tu peux aussi dormir avec si vraiment tu es flippé (mais nettoie les roues, quand même).

Et pour plus de vélo en folie, je vous invite à découvrir les différents types de vélo et ce que ça veut dire de votre personnalité.