Les républicains américains baissent la garde : sur la question douloureuse de l'avortement, les lieutenants de Mitt Romney concèdent que dans des cas "très limités", il pourrait être acceptable d'aller à l'encontre de la bonne marche de la Nature. Position étonnante et difficilement défendable : soit on est pour l'IVG, soit on est fondamentalement opposé à l'idée d’ôter la vie à un être vivant, même dans des cas "très limités". Du coup, on a listé ces cas particuliers pour mettre tout le monde d'accord et apporter un peu de sérénité au débat. Y'a pas de quoi.

  1. Quand on a un alien dans le bide En lisant la déclaration de Paul Ryan, le colistier de Romney, on a tout de suite pensé à ça.
  2. Quand on attend des sextuplés et qu'on n'a pas la mémoire des prénoms On ne va pas les appeler "1", "2"... etc.
  3. Quand on a l'intention de demander des allocations familiales L'Amérique n'a pas besoin de nouveaux parasites.
  4. Quand on craint que son enfant ne finisse Démocrate Entre l'avortement et un président noir, les Républicains ont fait leur choix.
  5. Quand on est un homme Parce que sinon, il faudrait allonger les congés de paternité, et c'est déjà la crise.
  6. Quand l'échographie montre que le fœtus a une petite moustache et une raie sur le côté Si vous aviez eu l'opportunité de tuer Hitler avant qu'il ne devienne chancelier, vous auriez fait quoi ?
  7. Quand le fœtus est barbu et qu'il prend des cours de pilotage La lutte contre le terrorisme, c'est avant tout de la prévention.
  8. Quand on n'a jamais eu de rapports sexuels Parce que c'est pas clair cette histoire. Mais on prend le risque de jeter le petit Jésus avec l'eau du bain.
  9. Quand on a peur des séquelles pour le petit parce qu'on a passé sa grossesse devant NRJ12 C'était pas la peine d'arrêter de fumer pour remplacer ça par d'autres pollutions.
  10. Quand on est moche Mais genre vraiment moche.

Et vous, vous avez connu des "cas limites", jeune topiteur républicain ?