Depuis que la Terre abrite des êtres vivants, ces derniers n’ont pas cessé de fricoter les uns avec les autres par plaisir, goût de l’aventure ou simplement pour survivre. Résultat : lorsqu’on étudie leur ADN, on découvre que certaines bestioles que tout oppose ont en réalité un ancêtre commun.

1. Les baleines et les vaches

Des études récentes ont montré que les baleines et les vaches partagent des séquences ADN particulièrement prochess qui suggèrent que les deux espèces ont un ancêtre commun : les mésonychidés. Ces grosses bestioles terrestres entre la hyène, le tapir et le ragondin, vivaient sur Terre il y a 50 millions d’années avant que certains ne décident de se jeter à la bagne. De ce lointain passé, les cétacés portent encore quelques traces, comme leur squelette, ou la présence de nageoires antérieures composées de 5 os, telles des pattes à 5 doigts.

2. Les humains et les kangourous

Le mystère du sac banane accroché à la ceinture pourrait enfin trouver son origine ! Les humains auraient en effet un ancêtre commun avec les kangourous qui vivaient sur Terre il y a quoi… 150 millions d’années à tout casser! Depuis, il y a eu quelques différents, chacun traçant sa route jusqu’à aujourd’hui. Et mis à part quelques séquences de génome, une tendance à la bagarre, sans oublier donc le goût pour les sacs bananes, les deux espèces n’ont plus grand-chose à voir ensemble.

3. Les éléphants et les lamantins

Ce n’est pas pour rien si on confond souvent les lamantins avec les éléphants de mer puisque ces deux cousins partageraient avec les éléphants terrestres un ancêtre commun trahi par un détail pileux qui recouvre leur peau : des petits poilous qui, dans le cas des lamantins, leur permet de se situer dans l’espace.

4. Les méduses et le corail

L’un est en voie de disparition, quand l’autre a tendance à proliférer le long des côtes tels des sacs plastiques, certes moins polluants mais nettement plus dangereux pour les baigneurs. Les deux espèces appartiennent en effet à la même famille des « cnidaires » dont le mot veut dire en grec « urticant »… Ils sont dépourvus de cerveaux (gneu ?) ainsi que de cœur, mais sont recouverts de cellules nerveuses et sensorielles qui leur sert à peu près à tout, sauf à se prémunir de la connerie humaine.

5. Les oiseaux et les dinosaures

Même si plusieurs théories bataillent sur l’origine des oiseaux, la plus répandue mène aux théropodes qui comprenaient tous les grands dinosaures carnassiers du Jurassique. Les premiers volatiles auraient ainsi pris leur envol il y a 160 millions d’années d’après les fossiles découverts un peu partout dans le monde. Il est même admis aujourd’hui de penser que les oiseaux sont des dinosaures ! Avouez que c’est quand même plus classe de se faire chier dessus par un dino que par un pigeon !

Crédits photo : Topito

6. Les chevaux et les rhinocéros

D’après les chercheurs, on serait passé à deux doigts d’avoir des chevaux avec une corne au milieu du front ! En effet, les rhinos et les canassons auraient un ancêtre commun dont ils ont gardé la particularité de faire reposer tout leur poids sur leur orteil du milieu.

7. Les chihuahuas et les loups

Toujours se méfier des chihuahuas, surtout lorsqu’ils sont en meute ! Et pour cause, ces petites saloperies descendent, comme tous les autres chiens, des canis lupus, plus communément appelés les loups.

8. Les échidnés et les ornithorynques

Ces deux mammifères cousins de la famille des monotrèmes ont la particularité de pondre des œufs… et d’avoir un physique pas facile. D’un côté l’ornithorynque se trimballe avec un bec de canard et un éperon venimeux au niveau du coude… De l’autre, l’échidné qui ne vit qu’en Australie et en Nouvelle-Guinée, se paye un pénis équipé de 4 urètres, pas super pratique pour uriner sans en foutre partout !

Vous aussi vous avez un ancêtre chelou ?