Vous savez, l’Histoire, ce n’est pas simplement une litanie de dates et de faits obscurs relatés par un prof barbu en veste en velours qui pue de la bouche. L’Histoire, c’est aussi un monceau de petits détails qui juxtaposés dressent les contours de la vie humaine. Et à l’image d’une biscotte bien fraîche, ces petits détails peuvent être tout à fait croustillants quoique moins bourratifs.

1. Le fils d'Abraham Lincoln a été présent à trois assassinats de présidents

Robert Todd Lincoln était présent lors de l’assassinat de son père. Nommé secrétaire à la Guerre en 1881, il est également présent lors de l’assassinat du président James Garfield cette même année. En 1901, le président William McKinley l’invite à Buffalo pour la Pan-American Exposition pendant laquelle il se fait à son tour assassiner. Par la suite, Robert Lincoln n’a plus accepté d’invitations présidentielles.

Crédits photo (Domaine Public) : Harris & Ewing

2. Le Montenegro et le Japon ont été en guerre pendant 101 ans : ils avaient oublié de signer la paix

Allié de la Russie, le Monténégro a déclaré la guerre au Japon lors de la guerre russo-japonaise de 1904. En l’absence de marine, le Montenegro s’est contenté de faire les gros yeux au Japon, laissant la Russie d’occuper du reste. Et puis… Le Monténégro s’est retrouvé rattaché à la Serbie puis à la Yougoslavie et le traité de paix permettant aux deux pays de rétablir des relations diplomatiques n’a été ratifié qu’en 2006, lors de l’indépendance du pays.

3. Le marathon des jeux olympiques de 1904 qui fait penser à tous les films des frères Cohen

On va simplifier au maximum, mais en gros : le gagnant du marathon a en réalité fait la route en voiture avant d’être victime d’une avarie qui l’a obligé à terminer la course à pied sur une dizaine de kilomètres ; le deuxième était empoisonné par son entraîneur et a perdu dix kilos en route ; le quatrième était un facteur cubain qui n’avait rien à foutre dans cette course à laquelle il n’était pas du tout inscrit. Le tout avec un juge arbitre qui refusait que les athlètes puissent boire pendant la course alors qu’il faisait 45 degrés. Une histoire digne d’un film.

4. Le chef du contre-espionnage américain a été formé par le meilleur agent double au service de l'URSS

D’un côté Kim Philby, un intellectuel anglais, haute figure du renseignement britannique et accessoirement agent double des Soviétiques à qui il avait prêté allégeance par conviction ; de l’autre, James Angleton, élève moyen devenu patron du contre-espionnage américain entre 1954 et 1974 dont la paranoïa anti-communiste finira par paralyser totalement la CIA. Et pourtant les deux mecs étaient potes. C’est Philby, lors de son affectation aux Etats-Unis, qui a formé Angleton au contre-espionnage et l’a recommandé auprès de ses supérieurs de la CIA. A tel point qu’une fois Philby découvert, on a soupçonné Angleton d’avoir été lui aussi un agent double. Les deux hommes déjeunaient ensemble chaque semaine. Une amitié improbable.

Crédits photo (Domaine Public) : Auteur inconnuUnknown author

5. La Colombie a une période de son histoire que les historiens nomment "La patrie stupide"

La Patria Boba, pour être exact, qui se déroule donc entre a déclaration de l’indépendance du pays en 1810 et l’entrée de la reconquête espagnole à Bogotà en 1816. Une succession de mauvais choix par des dirigeants incompétents, de déclarations de guerres régionales, de désaccords entre indépendantistes conduisant à la guerre civile et d’instabilité politique a mené à une chute de la République. Ou comment ruiner tout ce qu’on a accompli.

6. Le soir de la mort de Lady Di, Chirac était introuvable. Et pour cause

Le soir de la rencontre de Ladi Di avec le pont de l’Alma, c’est Bernadette qui s’est rendue seule sur les lieux du drame. Le président Chirac, qui aurait dû se déplacer pour l’occasion, était en effet introuvable. En réalité, il était a priori chez Claudia Cardinale. La vie de Chirac ne manque pas d’anecdotes improbables.

Crédits photo (CC BY 4.0) : Christian Lambiotte

7. La première bombe tombée sur Berlin pendant la guerre n'a tué personne. A part un éléphant

L’éléphant se trouvait dans le zoo de Berlin. Certaines sources disent aussi qu’une girafe est morte dans le même temps. Pas très cool pour les espèces protégées.

8. Lors d'une bataille pendant cette même guerre, les Américains se sont battus aux côtés de la Wehrmacht contre les SS

Le 5 mai 1945, la bataille du château d’Itter, en Autriche, a mis aux prises d’un côté les Américains, des membres de la résistance autrichienne, des prisonniers de guerre français ET L’ARMÉE ALLEMAND CONTRE les SS. Le château abritait des prisonniers de guerre français de haut rang (Jean Borotra, Édouard Daladier, Paul Reynaud, plusieurs officiers généraux ainsi que la sœur de Charles de Gaulle). Les SS cherchaient à prendre le château alors que les prisonniers ayant fraternisé avec certains de leurs geôliers essayaient de tenir leur place forte.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Steve J. Morgan (of Portland, Oregon, USA)

9. Une fois l'Australie découverte, tout le monde trouvait ça à chier

Au tout début du XVII° siècle, des explorateurs néerlandais ont accosté un peu par hasard en Australie. Aussitôt, ils ont saisi leur plus belle plume pour livrer de la terre ainsi découverte leur description la plus fidèle : « De grandes surfaces ne sont même pas cultivées, et les habitants sont sauvages et barbares. » Conclusion : « rien à en tirer ». Un rapport officiel recommanda par la suite à tout explorateur d’éviter la zone.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Diliff

10. Louis XVI a participé à l'amélioration de la guillotine

En 1792, le médecin Antoine Louis met au point la guillotine (qui n’est d’ailleurs pas la machine de Joseph Guillotin) pour rendre les exécutions plus rapides et plus propres. Mais son prototype prévoit une lame droite ou en croissant qui n’est pas idéale pour cisailler un cou. Louis XVI se gratte le menton et en bon bricolo du dimanche, il propose à Antoine Louis d’opter pour une lame en biseau. Et voilà comment Louis XVI a permis l’amélioration du dispositif qui lui a tranché la tête.

Crédits photo (Domaine Public) : Joseph-Siffred Duplessis ; Idranstel

11. La Bastille devait être détruite en 1784

Imaginez une vieille prison en plein Paris : le boulot ! Le coût pour l’entretien ! Dès 1784, Necker avait préconisé son démantèlement au profit d’une place publique qui aurait porté le nom du roi avec en son centre une statue dudit. L’idée était de ne garder qu’une tour en témoignage patrimonial de l’ancienne prison. Bref, le projet était à l’étude et pas tout à fait enterré quand, 5 ans plus tard, une cohorte de ceux qu’on allait ensuite nommer les révolutionnaires ont fait le taf gratuitement.

12. Le drapeau de l’Alaska a été dessiné par un enfant de 13 ans

La Grande Ourse et l’étoile polaire sur fond bleu foncé ? Pas bien compliqué à imaginer. Quand un concours a été lancé pour déterminer quel serait le drapeau de l’Etat, en 1927, Benny Benson n’a pas hésité. Voilà comment il décrivait son oeuvre : « Le champ bleu représente le ciel de l’Alaska et le myosotis, fleur de l’Alaska. L’étoile polaire représente le futur État de l’Alaska, l’État de l’Union le plus au nord. La Grande Ourse symbolise la force. ». Bien ouej c’est gagné ! Benny Benson avait 13 ans. Moi, à 13 ans, j’avais des boutons et une envie irrépressible de me masturber.

Crédits photo (Domaine Public) : Unknown authorUnknown author

13. La France a déclaré la guerre au Mexique pour une histoire de pâtisserie

C’est un chef pâtissier français qui est à l’origine du conflit : après avoir en vain cherché à obtenir réparation auprès du gouvernement mexicain suite à la dégradation de sa pâtisserie par une escouade militaire dont les soldats en avaient profité pour lui piquer plein de gâteaux, il a décidé de se tourner vers Louis Philippe en lui demandant d’intercéder. Aussitôt, Louis Philippe a décidé du blocus des ports du Golfe du Mexique, ce qui à terme a mené à l’invasion française de Veracruz.

14. Le homard était autrefois un plat dégueulasse

Jusqu’au XIX° siècle, vous savez comment on surnommait le homard ? Le « cafard des mers ». Il y en avait partout en Atlantique et personne n’en bouffait. Pour tout dire, les seuls qui mangeaient du homard à tous les repas étaient les prisonniers parce que ça coûtait pas cher et que c’était humiliant. Les bonnes qui avaient de la chance signaient des contrats dans lesquels il était spécifié qu’elles ne seraient pas tenues de manger du homard à tous les repas. C’est à la fin du XIX° siècle que le train reliant les côtes est et ouest américaines s’est trouvé en pénurie de nourriture et a été obligé de trouver une solution rapide : du homard. La compagnie a alors mis en place une campagne de pub en jouant sur le caractère exotique de cette bouffe. Succès, imitation, surpêche, rareté, prix explosif.

Crédits photo (Domaine Public) : Bart Braun

15. Une éclipse totale de soleil a précipité la paix entre les Mèdes et les Lydiens

Dans l’Anatolie du VIe siècle avant JC, les Mèdes et les Lydiens battaient le fer depuis 5 ans quand tout à trac une éclipse totale du soleil (et non du coeur comme dirait Bonnie Tyler) a été comprise comme un mauvais présage par les deux camps qui ont décidé sur le champ de faire la paix.

Vous voyez que c’est cocasse.

Sur une idée inspirée de Reddit