Si vous êtes friands de sensations fortes, vous connaissez probablement les meilleurs parcs d’attractions du monde ou les meilleurs parcs d’attractions de France et peut être même les parcs d’attraction peu connus mais cool et tout ça c’est sympa, mais est-ce que vous connaissez l’histoire du tristement célèbre Action Park, le plus dangereux de l’histoire ? Si c’est pas le cas vous êtes au bon endroit, parce que vous êtes exactement là où il a été construit. Non je déconne, j’ai aucune idée d’où vous êtes, ce serait flippant d’ailleurs, c’est juste qu’on va en parler, donc vous êtes au bon endroit sur ce point là.

1. Sur le papier, ça avait tout d'un parc à peu près normal

Construit à Vernon Township dans le New Jersey (USA) en 1978 le parc avait tout d’un truc assez classique : plusieurs zones à thème aux noms sympathiques (Waterworld, Motorworld et Alpine Center), des publicités télévisées trop cool et un cadre idéal au milieu d’une station de ski de montagne… Bref, que du positif concrètement, pourtant il y a eu tellement de merdes qu’aujourd’hui on se demande comme ça n’a pu fermer qu’en 1996, soit 18 ans plus tard.

2. Un homme d'affaires assez louche est à la base du projet

Quand je dis louche, c’est pour dire escroc. Le monsieur en personne, Eugene Mulvihill avait fait fortune à Wall Street dans les années 70 jusqu’à ce qu’on réalise qu’en fait c’était un fraudeur, et ça se fait pas trop ce genre de trucs dans le milieu des affaires. Il s’est fait éjecter et a décidé de placer son capital en rachetant deux stations de ski du New Jersey.

Mais le truc qui est chiant avec les stations de ski c’est que l’été ça rapporte que dalle, du coup il a eu l’idée d’ouvrir des attractions estivales pour faire de la thune. Historiquement c’était une bonne idée de merde qu’il a eu là le Eugène.

Crédits photo (CC BY 2.0) : Joe Shlabotnik from Forest Hills, Queens, USA

3. Le staff était composé de gens beaucoup trop jeunes et irresponsables

Engager des petits jeunes pour travailler c’est sympa, on a tous fait des petits jobs d’été, mais dans un parc d’attractions faut pas non plus déconner et prendre que des adolescents ou des gens qu’on ne forme pas du tout. Encore moins à qui on file de l’alcool à longueur de journée.

4. L'alcool coulait littéralement à flot

Si plusieurs témoignages relèvent la consommation d’alcool du staff du parc comme on en parlait plus haut, les clients aussi pouvaient en profiter allègrement. Dans le parc on trouvait de nombreuses buvettes qui donnaient gratuitement de la bière sans se soucier de l’âge des clients et les lois américaines sur la vente d’alcool aux mineurs étaient régulièrement bafouées (des jeunes de 14 ans buvaient). Plusieurs médecins ayant traité des blessés sur les lieux ont signalé que beaucoup de jeunes étaient sous l’emprise de l’alcool au moment de leur incident.

Crédits photo (CC BY 2.0) : Joe Shlabotnik from Forest Hills, Queens, USA

5. Les attractions étaient conçues par des gens sans expérience

Bon on va rentrer dans le vif du sujet, pourquoi c’était le parc le plus dangereux de l’histoire ? Parce que les attractions (majoritairement des attractions aquatiques) étaient fabriquées et élaborées par les employés du parc dont ce n’était donc pas du tout le métier. Plusieurs sources rapportent que le propriétaire n’hésitait pas à changer un peu les plans de fabrication au dernier moment pour les rendre encore plus extrêmes, sauf que là c’était plus amusant, c’était juste dangereux. Vraiment dangereux.

6. Il y a eu BEAUCOUP de blessés et de morts

Si le parc garde cette réputation du plus dangereux de l’histoire c’est malheureusement parce qu’un nombre important d’accidents plus ou moins graves sont arrivés dans le parc. Des peaux arrachées dans des parcours, des blessures ouvertes, des os cassés et au final six morts… À un certain point, le parc a même acheté sa propre ambulance parce que l’hôpital le plus proche ne pouvait plus dépêcher un véhicule plusieurs fois par jour, ça vous donne une idée de la gravité du truc.

Crédits photo (CC BY 2.0) : Joe Shlabotnik from Forest Hills, Queens, USA

7. Les attractions étaient complètement abusées

Voici une petite liste de quelques attractions ayant existé dans le parc :

– Une piscine à vague beaucoup trop grande et mal étudiée dans laquelle deux personnes se sont noyées.

– Un toboggan à looping tellement abrupt qu’on a offert aux employés 100$ pour le tester avant le public et un employé a déclaré « 100$ ne pouvait pas acheter assez d’alcool pour oublier cette expérience ». Nez cassés et douleurs de dos, il y avait tant de blessés que l’attraction est restée ouverte seulement quelques jours sur deux étés avant d’être définitivement fermée.

– Un lac sur lequel les gens pouvaient faire du bateau mais où aucune règle de sécurité n’était respectée, du coup les gens jouaient aux « bateaux tamponneurs », jusqu’à ce qu’un bateau coule un jour. Oh et le lac était visiblement infesté de serpents.

– Un parcours de kayak dans des faux rapides qui étaient provoqués par un système électrique. Le truc était mal réglé et les gens se renversaient souvent ou se retrouvaient bloqués dans l’attraction. On a fermé le parcours le jour où un client est tombé à l’eau et s’est électrocuté mortellement.

Crédits photo (Creative Commons) : Daniel Case

8. Quatre gros problèmes qui résument la condition catastrophique du parc

Pour résumer, les plus gros problèmes du parc étaient ces quatre points qui, quand on les additionne sont suffisants pour créer l’enfer sur terre :

– le fait que la plupart des attractions n’étaient pas du tout sécurisées et designées par des amateurs : « On ouvrait les attractions au public sans être sûr qu’elles allaient marcher » déclare un ancien employé.

– la présence d’alcool gratuite sur le site aussi bien pour les employés que pour le public.

– le staff du parc, en partie trop jeune ou inconscient, mais surtout pas du tout sensibilisé aux règles de sécurité ou à une conduite professionnelle sur le site.

– certains clients qui faisaient également n’importe quoi et ne se conduisaient pas du tout de la bonne façon. (Bon en même temps on les mettait pas en garde sur les éventuels dangers).

9. L'équipe avait un regard détaché sur la situation

Entre indifférence et inconscience, la gestion du parc était catastrophique. Les employés renommaient certaines attractions en fonction des accidents qui y avaient eu lieu : la piscine à vagues « wave pool » était rebaptisée « grave pool » (le cimetière) après la mort de deux personnes dans un endroit spécifique (appelé « death zone ») et le parc était appelé « Traction Park » en référence au terme médical « traction » qui parle du traitement des os brisés. Certains employés faisaient leur pauses déjeuners devant une attraction de glisse dans laquelle les gens se rentraient dedans et se blessaient plusieurs fois par jour pour rigoler.

Crédits photo (CC BY 2.0) : Joe Shlabotnik from Forest Hills, Queens, USA

10. Ils ont magouillé pour rester ouvert

Le parc est resté en activité pendant 18 ans alors que chaque année de nombreux accidents avaient lieu. Plusieurs affaires entourent le parc, notamment la mort d’un jeune homme de 18 ans au cours d’une attraction de luge d’été. Comme la victime avait travaillé pour la station de ski locale en hiver (et pas pour le parc) le directeur a décidé de dire à la presse qu’il s’agissait d’un membre de l’équipe plutôt que d’un visiteur car ça ne donnait pas une bonne image. Alors je suis pas spécialiste en droit, mais ça s’appelle du mensonge concernant un décès ce genre de trucs.

Vous pouvez aussi aller voir les attractions les plus flippantes du monde, promis c’est des autres.

Sources : Wikipédia, DailyMail, New-York Times.