OUF, Joe Biden a été élu Président des Etats-Unis après la plus longue élection de l’histoire de l’humanité et Trump va enfin pouvoir laisser le peuple américain ainsi que le reste du monde tranquilles. Maintenant qu’on est soulagés et que l’on a découvert où était le Nevada, on va pouvoir commencer à penser à la suite. A une suite sans Donald Trump. Faut dire qu’après 4 ans avec cet adorable bonhomme à la Maison Blanche, ça va nous faire bizarre. On s’était presque habitués à le voir tous les jours faire des conneries dans les médias et insulter ses opposants sur Twitter. Allez, par pure nostalgie, on peut faire la liste de ce qui va nous manquer après son départ.

1. Ses innombrables mythos

En juillet dernier, les médias nous annonçaient que Trump avait dépassé la barre des 20000 fake news depuis son élection. Le mec a balancé publiquement plus de mensonges qu’aucun Président avant lui. 20000, vous vous rendez compte ? Le mec mériterait presque une distinction pour ça, une sorte de légion d’honneur du plus gros mytho avec une mention spéciale pour son discours de rageux tellement bourré de fake news conspirationnistes qu’il a été coupé par les médias américains.

2. Ses "FAKE NEEEWS"

Parce que, tant qu’à être soi-même un gros mytho, autant faire croire que ce sont les autres qui mentent. Le pire, c’est qu’il aura réussi à retourner le cerveau de pas mal de gens.

3. Ses tweets bien vénères

Le gars a publié des tweets à la pelle pour dire tout et n’importe quoi, pour insulter des gens ou pour faire de la propagande, et ce dès le réveil à 6h du mat. On aurait dit un gosse qui découvrait Internet et postait ce qui lui passait par la tête. Et surtout TOUJOURS EN MASJUCULES.

4. Son climato-scepticisme

Petit souvenir pour la route : « Dans l’Est, ce pourrait être le réveillon le plus FROID jamais enregistré. Peut-être pourrions-nous utiliser un peu de ce bon vieux réchauffement climatique à cause duquel notre pays, mais aucun autre pays, s’apprêtait à payer des MILLIARDS DE DOLLARS pour s’en protéger. Couvrez-vous ! »

5. La déco de Noel nulle à chier

Bon, pour le coup, c’est Melania qui s’en chargeait, mais elle se casse aussi, donc bye bye la déco qui donne envie de se tirer une balle.

6. Ses petites phrases respectueuses sur les femmes

On parle quand même d’un mec qui a dit que les belles femmes, on pouvait les « attraper par la chatte » ou qui a publié ce genre de truc : « Arianna Huffington est moche autant de l’intérieur que de l’extérieur. Je comprends parfaitement pourquoi son ancien mari l’a quittée pour un homme – il a pris une bonne décision. »

7. Sa couleur orange

On n’a jamais compris pourquoi il n’acceptait pas sa couleur naturelle (car non, il n’est pas né orange) ni pourquoi il se contentait de se colorier le visage en laissant tout le reste intact. C’était presque de l’art.

8. Les combats de poignée de main a chaque réception

Pour lui, c’était hyper important de serrer la main des autres chefs d’Etat hyper fort et de les retenir aussi longtemps qu’il l’avait décidé. On doit apprendre ça dans La virilité pour les beaufs ou un truc du genre.

9. Les conférences de presse surréalistes

Il a quand même réussi à proposer l’idée de s’injecter de l’eau de Javel dans le corps pour se désinfecter du Covid. Et quand on lui a fait comprendre que c’était débile, il a voulu faire croire à une blague de sa part. Un tel culot, on risque d’attendre longtemps avant d’en retrouver.

10. Les vidéos satisfaisantes de Melania le repoussant

Satisfaisant, c’est vraiment le mot.

11. Sa capacité à dire toujours pire que ce qu'on attendait de lui

Être toujours surprenant, c’est ça le vrai génie.

12. Son amour immodéré pour la culture mexicaine

Ainsi que toutes les personnes qui ne sont pas des hommes blancs, riches, hétérosexuels et cisgenres.

13. Il avait un goût pour l'architecture assez raffiné

Et surtout des idées avant-gardistes : construire un mur entre deux pays, quelle audace, vraiment.

14. Sa moumoute

Une belle touffe bien jaune incoiffable qu’on ne verra plus s’envoler dans le vent sur le parvis de la Maison Blanche.

15. Son déni, tout simplement

Déni de l’épidémie de Covid-19, déni des mauvaises décisions qu’il a prises, des mythos qu’il a colportés, de la violence qu’il a encouragée chez les extrémistes et de sa défaite aux présidentielles… Pouvoir nier haut et fort autant d’évidences, ça force presque le respect. Presque.

Et en vrai merci les Etats-Unis d’avoir fait partir ce monsieur de la Maison Blanche, ça faisait longtemps qu’on avait pas eu une bonne nouvelle, et on en avait besoin.