La seconde guerre mondiale, c’était pas une période super sympa (on adore vous apprendre des trucs). On pense évidemment à tous les crimes contre l’Humanité, aux atrocités commises par le Japon et aux bombes retrouvées longtemps après qui pourraient toujours exploser. Heureusement, il y avait aussi des femmes badass pendant la guerre et des héros qui ont fait les deux guerres (même s’ils n’avaient pas vraiment le choix en fait). Aujourd’hui, on vous apprend des histoires méconnues sur la seconde guerre mondiale, des anecdotes que vous ne connaissez probablement pas. Vous vous endormirez moins bêtes ce soir.

1. Hitler bloqué en bas de la tour Eiffel

En juin 1940, l’armée nazie a envahi Paris et Hitler débarque pour une visite rapide de la capitale. Après l’Opéra Garnier, le Sacré-Cœur et les Invalides, Hitler et sa troupe souhaitent monter à l’étage de la tour Eiffel mais, pas de chance, les ascenseurs ne fonctionnent pas. Pourquoi ? Car ils ont été sectionnés pour empêcher la visite du dictateur. Plutôt que de monter les 1500 marches qui mènent au sommet, les allemands ont préféré annuler l’ascension et simplement admirer la tour depuis le Trocadéro.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Heinrich Hoffmann

2. Il n'y a eu qu'une bataille terrestre entre les japonais et les américains

Tout le monde connait l’attaque de Pearl Harbor, l’attaque surprise des japonais en 1941 contre la base navale américaine de Hawaï. En effet, le conflit USA-Japon a été majoritairement aéronaval et sous-marin mais il existe tout de même une bataille terrestre entre les deux armées. En juin 1942, les troupes japonaises envahissent l’île d’Attu dans l’archipel au Sud-Ouest de l’Alaska. En mai 1943, l’armée américaine débarque sur l’île pour les déloger. Les conditions climatiques sont terribles et le combat est très difficile. Les soldats américains finissent par prendre le dessus et la bataille se termine au corps à corps.

Crédits photo (Domaine Public) : Ce bandeau n’indique rien sur le statut de l’œuvre au regard du droit d'auteur. Un bandeau de droit d’auteur est requis. Consultez Commons:À propos des licences pour plus d’informations.

3. Un salut nazi pour rendre hommage au drapeau américain

Aux Etats-Unis, il existe un signe associé au Serment d’allégeance au drapeau des États-Unis . Ce serment est une tradition qui perdure, notamment dans les écoles américaines. Depuis 1892 et jusqu’en 1942, le signe du Serment d’allégeance était le salut de Bellamy (du nom de son créateur, Francis Bellamy). Le problème, c’est que ce salut ressemble énormément au salut hitlérien. En 1942, le président Franklin Roosevelt décide alors de remplacer ce signe par le nouveau salut, la main posée sur le cœur.

Crédits photo (Domaine Public) : Auteur inconnu

4. Les pigeons photographes

Vous savez probablement que, pendant la seconde guerre mondiale, des pigeons voyageurs étaient utilisés pour délivrer des messages en toute discrétion. Ce dont on parle moins, c’est de l’utilisation de ces oiseaux en tant que photographes. Les pigeons étaient équipés d’un appareil photo à retardateur pour pouvoir prendre en photo la position des ennemis depuis le ciel. Cette méthode aurait été utilisée du côté allemand comme chez les français.

Crédits photo (Domaine Public) : Pigeon_wingtips.jpg: Julius Neubronner (1852–1932).

5. Les troupes américaines ont été aidées par des soldats de la Wehrmacht

En mai 1945, le château d’Itter en Autriche est une annexe du camp de concentration de Dachau et est toujours sous occupation allemande. La bataille du château d’Itter est considérée comme une des plus insolites du conflit. La raison ? Elle opposait des troupes américaines aidées par des soldats de la Wehrmacht et des éléments de la Waffen-SS. Cette alliance improbable a été également accompagnée de personnalités politiques françaises qui étaient détenues dans le château et qui venaient d’être libérées.

6. L'uranium disparu du régime nazi

En 2013, Timothy Koeth reçoit un étrange cadeau emballé dans un sac en papier. Koeth, chercheur américain du Maryland, trouve dans le paquet un cube d’uranium de cinq centimètres de côté qui pèse près de 2kg. Avec le paquet, Koeth trouve une note qui dit : « Pris en Allemagne en provenance du réacteur nucléaire que Hitler a essayé de construire. Cadeau de Ninninger ». Après quelques recherches, il s’avère que Ninninger est un physicien qui a travaillé sur le Manhattan Project (le projet américain destiné à la fabrication de bombes atomiques en 1943). Le morceau d’uranium fait bel et bien partie du stock d’uranium nazi datant de l’époque où Hitler souhaitait créer un moteur nucléaire. Personne ne sait où se trouve le reste de l’uranium.

7. L'origine du nom des plages du Débarquement

Pour se repérer dans leurs préparatifs, l’armée américaine décide de nommer les plages normandes en prévision du Débarquement du 6 juin 1944. Pour Omaha Beach et Utah Beach, les commandants américains ont simplement choisi le nom de l’Etat et de leur ville d’origine. Le général anglais Montgomery décide de prendre des noms de poissons : goldfish (poisson rouge) et swordfish (espadon). Les plages sont donc nommées Gold Beach et Sword Beach. La dernière plage devait s’appeler Jelly Beach pour Jelly Fish mais l’Etat-Major trouvait cela inapproprié. La plage est alors rebaptisée Juno Beach, du prénom de l’épouse d’un commandant canadien.

Crédits photo (Domaine Public) : Chief Photographer's Mate (CPHoM) Robert F. Sargent

8. Les œuvres du Louvre sauvées du pillage

Avec l’Occupation de Paris, un grand danger pèse sur les œuvres d’art de la capitale qui sont menacées par le pillage. C’est le musée du Louvre qui semble le plus menacé. Dès 1939, le directeur des musées nationaux Jacques Jaujard et les conservateurs du musée commencent à évacuer les œuvres pour les protéger des Allemands, mais également du gouvernement de Vichy. Au fil des années, 4 000 œuvres disparaissent de la capitale et sont cachées aux quatre coins du pays. La Joconde effectue plus de dix voyages avant son retour au musée parisien.