Ce qui est bien sur la peau, c’est que ça protège tes organes et tout. On serait vachement moins beaux sans notre peau, on verrait nos poumons dégueu ou nos clavicules, on pourrait pas porter de beaux habits sans que ça soit louche, et en plus on pourrait même pas avoir les pires tatouages (et croyez-moi, ça m’importe), ça serait super relou. Mais bon, la peau ne fait pas QUE nous rendre beaux gosses, elle a aussi d’autres qualités et aujourd’hui on va énumérer tout ce qu’on sait sur la peau, puis faire une cérémonie d’hommage à la peau en répétant 3 fois d’affilée « merci la peau, merci la peau ». Allez.

1. Les pieds sont le paradis des champignons

A tout moment, votre corps est entièrement couvert de champignons, et on parle vraiment de presque chaque centimètre carré de votre corps. Il y’a des dizaines de types de champignons différents, et un groupe de scientifiques a fait une étude montrant que la tête et la poitrine sont les zones du corps qui abritent le moins de champignons, alors qu’on trouve environ 40 espèces de champignons entre les orteils, 60 sur les ongles de pieds et 80 sur les talons. Ça fait 200 espèces de champignons différentes sur les pieds (et on ne parle pas des petits champignons de Paris), donc ça fait quand même pas mal et ça fait que vous ne pouvez pas faire un pas sans marcher sur des champignons.

Crédits photo : Topito

2. C'est couvert d'une couche d'acide

La totalité de notre peau est recouverte d’un film huileux appelée manteau acide. Le manteau est une combinaison de sueur et de sébum. Le manteau acide maintient un pH d’environ 4,5-6,0, ce qui rend la surface de la peau toujours acide. Rassurez-vous hein, ça ne veut pas dire que vous allez directement brûler tout ce que vous touchez, ça va juste rendre la vie plus difficile aux bactéries qui essayent de s’installer sur votre peau, ce qui n’est pas si mal, au final. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles on ne peut pas toucher les objets dans le musée, parce que l’acidité de nos mains pourrait dégrader les objets anciens. Eh ouais mon pote. Super-pouvoir.

3. Ça peut devenir des écailles

Comme n’importe quel organe, la peau est un mélange compliqué de plein de types de cellules qui travaillent en harmonie pour remplir une fonction homéostatique, mais qui peuvent parfois se dérégler. On appelle l’ichtyose vulgaire, ou « la maladie des écailles de poisson », la maladie où un gène défectueux fait que la peau mue plus lentement. Du coup, la kératine, au lieu de se détacher progressivement de la peau, s’accumule dans la couche supérieure et il en résulte des espèces de tuiles épaisses et sèches qui ressemblent à des écailles de poisson. Le moyen simple de soulager les symptômes, c’est de rester dans des environnements chauds et humides, comme le faisaient nos premiers ancêtres à écailles lors de leur arrivée sur terre.

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : Gzzz

4. Certains livres sont faits avec ça

On compte jusqu’ici au moins 18 exemplaires de livres reliés avec de la peau humaine. On appelle ça la bibliographie anthropodermique, et l’équipe de recherche à l’origine de ça a même un nom. Etrangement, il n’y existe aucun lieu, aucune profession ou aucune ethnie qui explique cette pratique et ce sont juste plusieurs individus absolument pas reliés qui ont eu la même idée macabre. L’autobiographie du criminel James Allen est un exemple célèbre, puisqu’il a insisté, à sa mort, pour qu’un exemplaire soit relié avec sa propre peau et donné à l’une de ses victimes. Glauque, mais bon, on dira rien.

5. Les meubles et les vêtements aussi

C’est possible que vous ayez entendu parler en cours d’histoire des utilisations dégueulasses de certains médecins nazis avec la chair de leurs victimes pendant la Shoah. Ça ne date pas que de cette époque, puisque la peau du criminel Big Nose George, a été retirée de son cadavre par le Dr John Eugene Osborne. Le docteur a transformé la peau en chaussures, qu’il a ensuite portées au bal lorsqu’il a été élu troisième gouverneur du Wyoming. Ça vous dégoute ? Oui, moi aussi. Enormément.

6. Elle représente 50% de la poussière de notre maison

Vous voyez la poussière hyper relou qui vous oblige à faire des gros ménages tous les 3 jours ? Eh bien c’est de la peau. Des études ont montré qu’environ 50% de la poussière de notre maison est en fait composée de peau. C’est pas très étonnant, quand on sait que la peau perd complètement ses cellules et les remplace environ toutes les quatre semaines, ce qui signifie qu’environ 30.000 cellules sont éliminées chaque minute. Quand on additionne tout ça, on sait que notre peau a rejeté environ un milliard de tonnes de poussière dans l’atmosphère.

7. La peau transpire ENORMEMENT

La peau est constamment au travail, et elle produit du sébum et énormément de sueur. Il y a quelques dizaines de millions de glandes sudoripares sur un corps, et lors d’une journée chaude, elles peuvent libérer plus de 11 litres de sueur. La plupart de la sueur vient des glandes sudoripares et elle est presque entièrement composée d’eau. Malheureusement, une petite partie de cette sueur vient des glandes apocrines, et c’est ça qui fait puer la transpi, car l’activité microbienne sur la peau dégrade rapidement son contenu en une huile malodorante. Voilà. Ça n’empêchera pas vos voisins de puer dans la ligne 4 dès 9h du mat’, mais au moins vous saurez d’où ça vient.

8. On peut avoir des ongles qui poussent à la place des poils

Enfin, je dis pas que ça va vous arriver tous les 4 matins hein. Mais quand même, y’a une femme qui s’appelle Shanyna Isom qui est atteinte d’une maladie très rare et très mystérieuse et dont on ne connaît absolument aucun remède. Elle est la seule personne documentée à avoir cette maladie, mais ça fait que ses follicules pileux produisent des ongles au lieu de produire des poils ou des cheveux, en plus de produire 12 fois la quantité normale de cellules de peau sous la forme d’ongles. Personne ne connait la cause de sa maladie, et les ongles poussent sous forme noire et pointue sur presque tout son corps. Franchement, on la plaint.

9. Elle abrite un écosystème entier

La surface de votre peau regorge de microbes, et pas seulement des champignons dont on a déjà parlé au-dessus. Plus de 1000 espèces de bactéries vivent sur notre peau, et, à tout moment, chaque centimètre carré de notre corps abrite des dizaines de millions de bactéries individuelles. Dans les zones les plus humides et sombres de notre corps (je vous dirai pas lesquelles, vous savez), une poignée de souches dominent l’écosystème. L’une des souches les plus populaires, c’est le lactobacillius. Les lactobacillius, ce sont les « bonnes bactéries » qu’on trouve dans les intestins, mais dans les zones les plus sèches et les plus ouvertes de la peau, la diversité bactérienne augmente de façon spectaculaire. On trouve alors une multitude d’espèces de bactéries différentes, de toutes formes, tailles et couleurs différentes. Votre peau est donc un zoo. Vous êtes heureux de l’apprendre, ou pas ?

10. Et un deuxième écosystème juste au-dessus

Si on augmente la taille de quelques ordres de grandeur, il y a un deuxième écosystème entier sur notre peau, juste au-dessus de l’écosystème microbien. Il est encore extrêmement petit donc ne commencez pas à stresser, y’a pas des cafards qui vont commencer à vivre sur votre corps, mais y’a quand même plusieurs espèces d’acariens qui vivent sur votre corps et sur vos cheveux, dont les plus célèbres qui appartiennent au genre Demodex. Les arachnides passent la plupart de leur temps cachés dans nos pores, en se nourrissant tranquillement de sébum, parce que c’est ça leur petit kiff. Ils dorment le jour et sortent la nuit pour manger et s’accoupler, (donc jusque-là les arachnides ont le quotidien normal d’un étudiant en école de commerce), et même s’ils ne sont pas dangereux pour les humains, j’espère que vous êtes heureux d’apprendre que de minuscules arachnides font l’amour sur votre visage pendant que vous dormez. Commencez pas à essayer d’arrêter de dormir hein, c’est pas comme ça que ça marche.

11. La peau pèse environ 3 kilos et demi

Ce qui fait qu’en moyenne, on perd l’équivalent de 18kg de particules de peau tout au long de notre vie. Quand on me demande mon poids, j’ai donc décidé de me retirer d’office 3 kilos et demi à partir de maintenant, parce que vas-y la peau ça compte pas.

Merci la peau.

Sources : Listverse, Doctissimo