On les appelle les « lockdowns parties » ou « fêtes du confinement », ce sont tous ces petits rassemblements qui ont eu lieu depuis le début de la mise à l’arrêt du monde et parfois ça donne lieu à des histoires qui font presque rire (presque, mais pas toujours). Allez courage les gars, on tient encore un peu avant de se jeter sur le premier apéro venu, ce serait con de se taper une amende pour un pauvre verre de vin !

1. Une boum dans le 18e arrondissement à Paris avec DJ aux platines du balcon

Encore une belle occasion de caser avec dégoût cet ignoble nom d’oiseau qu’est le « bobo parisien ». En effet, il n’y a pas si longtemps, on considérait comme la lie de l’humanité les violeurs et les tueurs de chatons ; ce sont désormais les passants qui improvisent quelques pas de danse dans un espace public alors qu’un autre salopard avait eu l’outrecuidance de balancer du Dalida aux platines. Alors ouiiii je saiiiis c’est le confinement il faut le respecter pour désengorger les hôpitaux OK. Mais franchement, vous auriez imaginé il y a deux mois qu’un événement si anodin suscite autant de haine ? Le vrai truc vraiment scandaleux que je vois là-dedans c’est le choix de la musique.

2. Il organise une fête pendant le confinement : ça part en injures racistes

Ça se passe en Haute-Rivoire. Alors que la France est plongée en plein confinement, un homme qui de toute évidence a le goût du risque a invité quelques amis chez lui. Sauf que, en dehors du fait que les festivités s’opéraient en toute illégalité, ça a commencé à chahuter un peu quand 2 invités ont commencé à insulter une tierce personne d’origine maghrébine. Clairement une super soirée qu’on regrette carrément d’avoir loupé. Source.

3. Il organise une fête pendant le confinement : ça part en tirs à balles réelles

On se trouve cette fois-ci dans l’Oise alors qu’une soirée clandestine s’était installée dans une maison de Balagny-sur-Thérain. Alors que la bière Relais coulait à flots (je brode un peu, en vrai je sais pas si c’était de la bière 86, du gin ou du vin biodynamique, la source ne le précise pas), les invités ont commencé à s’embrouiller. Sauf que l’hôte avait un pistolet et qu’il a fini par l’utiliser pour faire valoir son droit de parole. Aucun blessé, juste des coups de feu tirés en l’air et une belle ribambelle d’amendes pour ces jeunes inconscients. Source.

4. Malgré le confinement, ils sont chauds patates pour louer une maison entre potes

Les Marseillais ne reculent devant rien, et certainement pas devant une mesure de confinement national. Un groupe de jeunes a ainsi loué une maison à Aix pour faire la boum entre eux. Après tout pourquoi pas, s’ils restaient confinés entre eux, cela aurait moins posé de problème. Malheureusement, leur soif inextinguible de liberté les a poussé à foutre un sacré bordel dans le quartier, à montrer notamment leur teub et à menacer de mort les voisins. Forcément, ce comportement quelque peu irraisonnable a achevé d’écourter leur séjour. Source.

5. L'équipage d'un sous-marin britannique s'est enquillé d'une petite teuf

S’il y a bien des gens pour qui le confinement ne change pas grand chose ce sont les membres d’un équipage sous-marin. Et pourtant, figurez-vous qu’ils sont logés à la même enseigne que le reste de la planète à la surface : ils doivent eux aussi respecter les règles de confinement et les gestes barrières. Malgré ces consignes, un équipage aurait fait la nouba après une mission de plusieurs mois à leur retour à la base navale. Source.

6. En mode yolo la famille : un bar ouvre clandestinement pour accueillir du monde en plein confinement

Honnêtement je ne suis pas là pour faire la morale. Je suis surtout là pour dire à quel point c’est méchant de nous rappeler qu’il existe des bars et qu’on pourra pas boire de pinte fraîche en terrasse avant belle lurette. Bref. Toujours est-il que cette petite festivité improvisée à Bourg-En-Bresse s’est soldée par une intervention de la police et une amende salée pour tous les invités et la patronne. Ça fait cher la pinte quand même. Source.

7. Dans l'Aisne plusieurs personnes atteintes de fièvre... DU SAMEDI SOIR (vous l'avez ?)

C’est pas tant que des gens improvisent une petite fête dans la rue le problème, c’est surtout que les 10 imprudents étaient passablement torchés et ne respectaient aucune règle du confinement et gueulaient à tue-tête. Alors forcément, les voisins n’ont pas apprécié.

Source.

8. Le joueur Everton Moise Kean organise une soirée en confinement : son club lui inflige 182 000 € d'amende

Je vous rassure, dans le jargon du foot, ça équivaut à une dizaine d’euros. Mais quand même. LES BOULES. Source.

9. Des voisins prennent l'apéro tranquillou et écopent de 945 € d'amendes

A Saint-Pol-de-Léon, on aime faire la fête. Surtout ce groupe de voisins qui a eu la brillante idée de se caler des chaises et des tables sur le trottoir afin de s’en jeter un p’tit. Ils étaient 7 et se sont tous pris une amende. C’est con quand même les gars, fallait aller dans votre cour ! Source.

10. Un homme se fait verbaliser pour avoir rajouté la case "Apéro" à son attestation

La police manque parfois d’humour et depuis le début du confinement, on peut dire qu’elle en manque de plus en plus. Alors quand ce Normand s’amuse à écrire n’importe quoi sur son attestation ça marche moyen. Source.

Pas idéal de faire la fête. Il va falloir se taper encore quelques soirées Apéro visio même si on a épuisé tous nos jeux d’alcool à distance à faire avec nos potes et tous les jeux de balcons à faire avec nos voisins.