Les superstitions partagent avec le complotisme le besoin de s’inventer des vérités alternatives qui reposent davantage sur des croyances que sur des faits avérés. Un simple sifflement peut ainsi, selon le pays où l’on se trouve, être de plus ou moins bon augure.

1. En Turquie, siffler la nuit attirerait les démons

La superstition remonte aux calendes grecques (et non turques). Selon ces croyances antiques, les âmes des défunts erraient alors le long du fleuve de l’oubli, cherchant désespéramment à boire son eau pour effacer les douloureux souvenirs de leur vie d’antan. Épuisées par leur vagabondage, elles n’auraient plus la force d’articuler le langage humain et se contenteraient de siffler pour communiquer entre elles. Cette histoire a survécu au temps et aux rivalités régionales pour nourrir aujourd’hui l’imaginaire turc qui en a fait une énième superstition à dormir debout.

2. En Norvège, siffler en direction du soleil provoquerait la pluie

On sait au moins pourquoi il fait souvent moche en Norvège. La bonne nouvelle, c’est qu’avec un peu de chance, on tient là, LA solution contre les problèmes de sécheresse dans le monde, voire contre le réchauffement climatique !

3. En Russie, siffler dans une maison attirerait les problèmes d'argent

Pour être précis, siffler à l’intérieur d’un appartement ou d’une maison empêcherait l’argent d’y entrer. Ce qui en soi, n’a aucun sens. C’est d’ailleurs pour ça qu’on appelle ça une superstition, qui ne protège que ceux qui y croient… puisqu’ils ne s’y essaieront logiquement jamais.

4. Au Japon, siffler attirerait les malfrats

Cette superstition se transmet du bout des lèvres et remonterait de l’époque d’Edo – au doigt mouille vers 1600 – au cours de laquelle les sifflements d’un jeune homme aurait attiré des bandits dans sa maison. Une superstition qui encore aujourd’hui continue de faire peur aux crédules et d’emmerder les vivants !

5. En Lituanie, siffler à l’intérieur provoquerait la malchance

Selon cette obscure croyance lituanienne, siffler à l’intérieur d’un bâtiment attirerait les esprits maléfiques. Ce n’est en fait qu’une énième déclinaison d’une croyance moyenâgeuse qui associait les sifflements aux mondes souterrains et à tout ce qui fout les jetons !

6. En Angleterre, siffler annoncerait une grave catastrophe

Cette croyance vient de l’histoire des « sept siffleurs », des oiseaux de mauvais augures qui abritaient jadis des esprits maléfiques dont le chant annonçait, au choix la mort ou une énorme catastrophe naturelle. La légende est tellement ancrée dans les esprits britanniques qu’au XIXè siècle des centaines de mineurs de fond cessèrent le travail pendant une journée après avoir entendu un mystérieux sifflement d’oiseau.

7. Au Québec, siffler sur un bateau attirerait la tempête

Comme quoi, on peut être un vieux loup de mer et croire aux histoires de malédictions les plus farfelues. Au Québec, comme en Russie ou en Angleterre, siffler en mer ferait lever les tempêtes ! Tout ça par que leurs ancêtres utilisaient cette astuce lorsqu’ils se retrouvaient sans vent. A l’inverse, les cuistos ne seraient pas concernés par cette malédiction, selon la logique que tant qu’ils sifflent, ils ne s’empiffrent pas avec les provisions… Bonjour la confiance !

Crédits photo : Topito

8. En France, il est interdit de siffler sur scène ou dans les coulisses

Cette superstition remonte à une époque où les régisseurs de théâtre avaient l’habitude de communiquer entre eux pour coordonner les changements de décors. Siffler un air pour le plaisir pouvait ainsi créer un sacré bordel dans le déroulement des spectacles. Et si l’organisation en coulisses a bien évolué depuis, siffler en coulisses voire même sur scène, est toujours associé à la crainte de gâcher la fête et de s’attirer les sifflets du public !

9. En Corée, siffler la nuit attirerait les fantômes

Siffler la nuit en Corée serait presque aussi mal vu que d’écouter en France de la Kpop à fond chez soi. Dans les deux cas, cela pourrait attirer les mauvais esprits, y compris ceux des voisins excédés (et un brin plus mélomanes que vous).