Oui on va avouer ça tout de suite : nous sommes nostalgiques d’Intervilles (même si ok ça a été arrêté en 2013, on y pense encore). Et vous partagez très certainement le même sentiment que nous car Intervilles est tout simplement la meilleure émission de tous les temps, sans conteste. Si vous n’êtes pas convaincu, on vous explique tout de suite pourquoi.

1. C'est l'émission française qui est restée le plus longtemps sur nos écrans

Vous ne le saviez peut-être pas, mais Intervilles a commencé en 1962. Oui c’est presque plus vieux vos parents (même moi je savais pas que c’était possible). Et l’émission a arrêté d’être diffusée en 2013, donc je vous laisse faire le calcul (vous y arrivez pas ? Bon ok, ça fait 51 ans, c’est beaucoup). C’est vrai il y a eu des petites pauses de quelques années, mais ça reste l’une des émissions qui a été diffusé le plus longtemps, et c’est pas pour rien vu qu’on vous affirme que c’est tout simplement LA meilleure émission de tous les temps.

2. C'est l'une des seules émissions françaises qui a été "copiée" à l'étranger

Vous savez sûrement que toutes les émissions du type « The Voice », « Ninja Warrior », ou même « Koh Lanta » sont des adaptions d’émissions étrangères (souvent américaines), eh bien ce n’est pas la cas d’Intervilles (ok ça serait un peu inspiré d’un programme italien, mais globalement ça reste une production française). Beaucoup de pays se sont inspirés de notre petite vachette nationale, comme le Brésil, l’Allemagne, l’Espagne ou encore le Royaume-Uni. Une fierté nationale on vous dit.

3. Ça nous a fait découvrir plein de villes inconnues

Intervilles a pu mettre en lumière plein de petites villes que personne ne connaissait comme Brioude ou Lavelanet. Si c’est pas beau ça !

Crédits photo : Mairie de Brioude

4. Rien que pour Rosa la vachette

Déjà qu’est ce qu’une vachette ? Une petite vache ? On ne sait pas vraiment, et c’est ce qui rend Rosa unique en son genre. D’ailleurs j’ai une triste nouvelle à vous annoncer… Rosa la fameuse vachette est morte en 2020 (oui je sais c’est horrible). Dites-vous qu’elle a vécu presque 20 ans (ce qui est énorme pour une vachette). Et vous savez quoi ? Elle est morte un 14 juillet, bien la preuve que cette émission est la plus belle création française.

5. C'était une émission accessible, et la simplicité, on aime ça

Il faut dire ce qui est, quand on regarde Ninja Warrior ou Koh Lanta même si on se fout ouvertement de la gueule des candidats, on ne pourrait pas refaire le quart de ce qu’ils font.

Alors que pour Intervilles c’était différent, des personnes comme vous et moi participaient (enfin plutôt comme vous, moi je me respecte un minimum) et on se projetait bien plus facilement à travers ces candidats qui affrontaient la vachette et les structures gonflables, que ceux qui doivent littéralement escalader des trucs hyper hauts et hyper glissants dans Ninja Warrior.

6. C'était l'un des seuls "sports" dans lequel on adorait les arbitres

On passe nos vies à insulter les arbitres (et c’est bien normal), et pourtant Intervilles était l’un des seuls endroits où on les aimait bien et où ils nous faisaient rire.

Comment oublier Robert Wurtz, ancien arbitre de football reconverti (on comprend pas trop le parcours d’ailleurs), complément taré qui annonçait les équipes en gueulant avec un accent alsacien à couper au couteau : « SAINT-QUENTIN CONTRE JOURGNAC ».

Alalaaa, on n’en fait plus des comme ça maintenant.

7. Il y a eu une édition VIP au Futuroscope de Poitiers

Quand on a une émission VIP sur Koh Lanta ils l’appellent « le retour des héros » et on voit juste des gens déjà hyper forts qui ont gagné des précédentes émissions s’affronter, bref c’est boriiiiing (oui je suis bilingue). Alors que là, on parle de vrais VIP du type Loana, de type Philippe Candeloro ou encore de type Priscilla : on est sur du très très lourd. En plus de ça, vous l’aurez peut-être compris, il s’agissait d’un classico Paris vs Marseille, et enfin c’était au Futuroscope et c’est trop bien le Futuroscope (si si je vous promets). Cette émission spéciale a été diffusée en 2009. Depuis, on n’a jamais réussi à faire mieux.

8. Tous les présentateurs (les plus beaufs) y sont passés, signe de le qualité du programme

Quand on a dans le même programme Jean-Pierre Foucault, Tex, Nelson Monfort ou encore Nagui comment on peut douter une seule seconde du fait que ce programme pourrait être autre chose qu’un délice créé par les dieux (moi, exagérer ? Jamais) ? Même Julien Lepers y est passé, oui le mec de Questions pour un champion, vous n’avez pas mal lu. On sait, nous aussi on est sous le choc.

9. C'était littéralement jouissif de hurler en même temps que le présentateur "TOP A LA VACHEEETTE"

Je suis allée trop loin ? Ok j’arrête…

10. Parce qu'au fond, Intervilles était la seule émission qui faisait véritablement l'unanimité

Quand on regarde The Voice, on s’énerve contre les jurys qui ne choisissent pas les talents qu’on aime alors qu’ils chantent mieux qu’eux, quand on regarde Koh Lanta, on s’énerve parce que les plus sportifs se font éliminer « car ils ne sont pas stratèges », quand on regarde Questions pour un champion on s’énerve parce qu’on est juste nous même trop con pour répondre aux questions et on se sent blessé dans notre ego.

Oui, il n’y avait qu’Intervilles qui pouvait plaire à tout le monde : on soutenait forcément sa ville, pas de chichis la dessus, et c’était véritablement les meilleurs qui gagnaient donc pas de chichis là dessus non plus (sauf quand il y avait de la triche, coucou Chiabodo).

S’il vous plait, signez la pétition pour qu’Intervilles revienne sur nos écrans.