Le sport est bon pour la santé, qu’ils disent. C’est pas faux. Mais tout dépend de la façon dont on pratique. Je crois que les bienfaits d’un énorme tacle dans la gueule ou bien d’un hupercut hyper violent dans la mâchoire (RIP la jaw line), n’ont pas été encore prouvés. Après, je crois hein, je suis pas sûre, ça reste à voir. Voici quelques exemples d’âmes charitables qui ont testé ça pour nous.

1. Alexis Palisson prend cher face au Racing

Au pays des oreilles en choux fleur et de l’ovalie (le rugby quoi), porter un casque ne suffit pas à se protéger. Et ce n’est pas Alexis Palisson qui dira le contraire après son tampon avec Henry Chavancy lors d’un match entre le Racing et Toulon en août 2012. Et évidemment, après un petit point médecine bien compréhensif, ça joue et ça se sert la main, c’est ça le rugby.

2. Zach Dumas ne s'encombre pas de gens sur son passage

Le Football américain n’est pas un sport de poètes, on le sait bien. Avec leurs armures de gladiateurs des temps modernes et des peintures noires sous les yeux, autant dire que les mecs ne sont pas là pour se faire des chatouilles. En tout cas, Zach Dumas, lui, n’a pas choisi cette méthode et préfère mettre tout le monde ko sur son passage. Hobby pour lequel il est tristement connu.

3. Mike Modano, le double headshot

On le sait tous, le Hockey est un sport prétexte pour des chocs en tous genres. La preuve, on autorise même quelques bastons façon combat de boxe pour faire le show et amuser la galerie. Comme si ça empêchait les mecs de trouver un autre moyen de s’en foutre plein la gueule. Comme Jeremy Roenick, qui envoie un coup d’épaule appuyé dans la face de Mike Modano, alors en pleine course lors d’un match de NHL en décembre 2002. Heureusement pour lui, les ambulanciers lui ont réservé leurs services premium.

4. John Terry envoyé à l'hosto

John Terry en a pris plein la tronche ces dernières années, la faute à une sombre histoire d’adultère avec la femme de Wayne Bridge, alors coéquipier de l’ancien capitain des Blues. Mais la plus grosse trace sur la tête de Johnny restera sans doute le coup de pied d’Abou Diaby lors d’un match entre Chelsea et Arsenal en finale de la Coupe de la Ligue. Le plus étonnant dans toute cette histoire, c’est que le Français s’en soit sorti indemne. Bon, après il a été privé de match pendant huit mois, donc ça valait peut être pas le coup de se prendre pour Bruce Lee.

5. Sébastien Chabal montre l'heure à Chris Masoe

En plus de ses cheveux longs, sa barbe de Néandertalien, sa grosse voix et son charisme taille patron, Sebastien Chabal s’est fait connaître pour avoir assommé le Néozélandais Chris Masoe d’un plaquage fou dans l’antre des Blacks dans un match France vs Nouvelle-Zélande en 2007. Et non, évidemment que Chabal n’a pas présenté ses excuses. Au lieu de ça, un regard monstrueux pour confirmer qu’il est partout chez lui, ça c’est la classe (ou pas).

6. Taylor Mays fait deux victimes avec son épaule

Encore du football américain : parfois, dans le feu de l’action, on n’a pas le temps de bien discerner les choses. Comme Taylor Mays qui, emporté par son élan, dégomme un de ses adversaires et mais aussi un partenaire uniquement avec son épaule et les 100 kilos de muscles qui la composent. Une pierre, deux coups, comme on dit chez nous.

7. Mike Tyson se fait démonter par Lenox Lewis

Mikey n’était pas un tendre. Il a même bouffé l’oreille de Holyfield, histoire de tester un peu le goût (chelou quand même). Mais, comme pour les plus grands, Tyson s’est aussi fait déboiter salement la tronche, comme lors de ce combat contre Lenox Lewis dans lequel Iron Mike se retrouva au tapis avec un oeil hors-service suite à un parpaing de L.L. Depuis, tout va mal. La terreur s’est fait faire un tatouage sur la face a même joué dans un film algérien avec Smaïn et Lorie. Comme quoi, la vie ne se joue pas à grand chose.

8. Sylvain Kastendeuch assommé par Jérôme Bonnissel

La légende messine n’a pas eu la fin de carrière espérée. Alors qu’on s’attendait à des feux d’artifice et pourquoi pas une haie d’honneur, la sortie de scène fut différente pour celui qui a quand même porté 513 fois le maillot du FC Metz. Les festivités ? Une balle dans la gueule suite à un centre de Jérôme Bonnissel. Résultat, K.O et langue avalée, direction l’hosto le plus proche. Dégueulasse, pour le Maldini lorrain.

9. En Volley aussi, on risque sa peau

Dans le rayon des knockouts, il n’y a pas que les sports virils de bonhomme. On peut aussi aller jeter un coup d’oeil dans les gymnases du côté des volleyeuses. Et là, l’incident se passe aux Etats-Unis, lors d’un match universitaire entre les Holy Trinity Catholic et les Winfield-Mount. Le pire, dans tout ça, c’est qu’en plus du ballon dans la tronche de son adversaire, la joueuse des Holy Trinity Catholic a fait une autre victime, puisqu’une personne est tombée dans les gradins suite à ce smash sonique. La main de Dieu, sûrement.

10. Le plaquage destructeur de Ryno Pieterse

Lors d’un match de Top 14 en 2021 en Castres et Bordeaux-Bègles, notre cher Rani Peterse a décidé de péter son câble et a réalisé un plaquage du futur sur Maxime Lucu. Résultat, une commotion (oui carrément). Eh bien forcément, ça mérite au moins un petit carton rouge.

11. Quinton O Moore, le rouleau compresseur

Pour conclure, un dernier stop en provenance de la NFL (encore). Cette fois, c’est Quinton Moore qui n’est pas d’avis à ce qu’un mec d’Arkansas State intercepte le ballon. De son côté, le tamponné ne semble pas disposé à répondre à la charge qu’il vient d’encaisser.

Ça fait quand même des belles blessures tous ces KO…