Si vous trouvez que votre frère est chiant, con, méchant ou simplement relou, alors on va vous apporter tout de suite de quoi relativiser. Dans ce top, vous trouverez des frères bien plus cons et méchants. Des gros bourrins ou des êtres tellement vils qu’ils sont prêts à zigouiller leurs proches. Qu’ils soient réels ou fictifs, leurs noms ont traversé l’Histoire pour qu’on se rappelle à quel point les frères peuvent être des connards entre eux. On vous prévient, c’est du haut niveau.

1. Caïn et Abel

Tout le monde se rappelle des deux premiers fils d’Adam et Ève dans la Bible. Un jour, ils ont décidé de faire chacun une offrande à Dieu. Caïn, l’aîné, lui a offert des fruits de son agriculture, et Abel des nouveaux-nés de son troupeau de moutons. Plutôt sympa, donc. Sauf que Dieu, il a préféré les petits moutons, et ça, Caïn il l’a super mal pris. Du coup il a emmené son petit frère faire une promenade dans les champs, et il lui est tombé dessus. Premier crime de l’humanité. Premier frère pas très sympa de l’Histoire.

Crédits photo (Domaine Public) : Titian

2. Romulus et Remus

Avec ces deux-là, l’histoire avait plutôt bien commencé : être élevé par une louve, c’est plutôt classe. Mais c’est au moment où ils ont décidé de fonder Rome que les frérots ont pété un plomb. Ils voulaient chacun avoir le privilège de nommer la ville, du coup il se sont lancé dans un concours d’auspices : chacun se met sur une colline, et celui qui voit le plus de vautours pendant le temps imparti gagne. Remus voit 6 vautours, Romulus 12. A l’issue du décompte, les deux frères se sont battus, et Romulus a tué son frangin. Pour une ville qui n’existait même pas encore. C’est pas un peu débile comme comportement ?

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : EmDee

3. Caracalla et Geta

Les deux frères étaient les fils de Septime Sévère, empereur romain du IIe siècle. Déjà tout petits, ils ne pouvaient pas trop se saquer et leur papa avait essayé de les réconcilier, mais il est mort avant d’y parvenir. Pour ses funérailles, ils se sont vite fait rabiboché, mais ça a fini par repartir en complots. Geta et Caracalla flippaient tous les deux de se faire tuer par leur frère, et c’est ce qui a fini par arriver : un jour, Caracalla a demandé à sa mère Julia Domna d’inviter Geta à venir seul en prétextant qu’il s’agissait d’un dîner pour réconcilier les deux frères. Bien sûr, quand Geta est arrivé, les partisans de Caracalla lui sont tombés dessus et l’ont zigouillé. Est-ce que c’est une attitude convenable ? Pas du tout. En plus, après la mort de son frère, Caracalla a tout fait pour effacer Geta de l’Histoire en faisant détruire les statues à son effigie et fondre les pièces de monnaie le représentant. Il pouvait vraiment pas le piffrer.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : originally uploaded by CharlesS in 2004

4. Les fils de David

Dans la Bible (encore), David, roi d’Israël, avait 4 fils de mères différentes : Amnon, Absalom, Adonias et Salomon. Bien sûr, quand David a commencé à se faire vieux, les fils ont, eux, commencé à se fighter pour hériter du royaume. Absalom a tué Amnon (qui avait violé la sœur d’Absalom, au passage) avant de se faire tuer par un général du roi. Salomon, lui, s’est débarrassé d’Adonias et de ses partisans, et il s’est retrouvé seul fils vivant de David. C’est donc Salomon qui a raflé l’héritage. Bravo, mais c’était pas bien jojo.

Crédits photo (Domaine Public) : Pedro Berruguete

5. Artaxerxès II et Cyrus le Jeune

On part pour la Perse au Ve siècle avant JC. Artaxerxès II et Cyrus le Jeune étaient les fils de Darius II, roi de Perse. Quand le papa est mort, Artaxerxès a hérité du trône, mais Cyrus avait bien envie de devenir roi à sa place. Pour réaliser son rêve, il a comploté contre son frère qui a fini par le bannir pour s’en débarrasser. Pas hyper content, Cyrus a levé une armée de combattants grecs pour renverser Artaxerxès. Avec 30000 hommes contre 40000, il s’est lancé dans la bataille durant laquelle il a été tué. Seuls 10000 de ses hommes ont réussi à prendre la fuite. Impliquer autant de gars dans une guerre fratricide alors qu’on pourrait tout régler en faisant un pierre-feuille-ciseaux, c’est quand même un peu abusé.

Crédits photo (Domaine Public) : Adrien Guignet

6. Les fils de Shâh Jahân

En 1657, Shâh Jahân, l’empereur Moghol, tombe malade. Il a plusieurs fils, et, comme bien souvent, ça va partir en baston pour savoir qui va lui succéder. Aurangzeb, le troisième fils de l’empereur, n’avait pas du tout envie d’attendre son tour, et il s’est mis à faire la guerre à ses frères Dârâ Shikôh (l’aîné) et Mûrad Baksh (le cinquième frère qui était lui aussi très chaud pour prendre le trône). Il les a vaincus puis exécutés. Le deuxième frère dans l’ordre de descendance, Shâh Shujâ, a préféré s’enfuir dans la jungle birmane pour ne pas subir le même sort. Il a sûrement bien fait, parce qu’Aurangzeb avait pas l’air d’être du genre à le laisser prendre le trône pénard. Aurangzeb a ensuite régné hyper longtemps en continuant de faire la guerre à tout le monde. Ce mec aimait bien le sang.

Crédits photo (Domaine Public) : Kelson

7. Liam et Noel Gallagher

On termine sur de l’Histoire récente, sur l’Histoire du rock. Dans ce domaine, s’il y a bien une fratrie où ça se tire dans les pattes, c’est chez les Gallagher, les leaders d’Oasis. Ici, on est dans la rivalité maximale. On a d’un côté Noel qui fait des aller-retour en quittant et réintégrant le groupe, et Liam qui ne peut pas jouer sans picoler, donc forcément ça part souvent en disputes et en grosse bagarre. Le point d’orgue du truc arrive le 28 août 2009 : alors que le groupe est prêt à se produire à Rock en Seine, les deux frères se battent en coulisses, et le concert est annulé. A partir de là, ils n’ont plus jamais arrêté de se faire la gueule et de se défoncer plus ou moins subtilement par médias interposés. Sympa l’ambiance.

Crédits photo (CC BY-SA 2.0) : Will Fresch

N’hésitez pas à dire à votre frère que vous l’aimez.

On reste dans la famille avec le top des fratries improbables, celui des fratries de stars qui réussissent le mieux, et des études scientifiques sur le dernier de la fratrie.