« L’art est fait pour déranger » disait Francis Lalanne, ce qu’il s’est toujours efforcé de faire mais pour les mauvaises raisons. Dans le monde de la peinture c’est également le cas avec plusieurs tableaux qui ont fait scandale à leur époque, ce qu’on vous propose de voir dès maintenant.

NDRL, il est dans ma nature d’être honnête donc je préfère vous le dire tout de suite, je n’ai aucune foutue notion en peinture, mais vraiment que dalle, du coup je vais vous présenter les faits sans plus pousser l’analyse et me ridiculiser davantage.

1. Le jugement dernier - Michel-Ange

À sa sortie dans les bacs cette oeuvre de Michel-Ange a un peu foutu le bordel parce que l’Eglise n’aimait pas du tout la sur-représentation de la nudité de tous les personnages de la fresque. Et si l’artiste aimait bien imaginer que tout le monde serait à poil pendant le jugement dernier c’était pas du goût des représentants de la parole de Dieu, c’est pour ça qu’après sa mort on a embauché un peintre pour venir habiller certains personnages et peindre des toges sur une grande partie des corps.

Crédits photo (Domaine Public) : Michel-Ange Buronarroti

2. La Maja nue - Francisco Goya

Sans surprise ce qui a posé problème avec les moeurs de l’époque sur ce tableau c’est évidemment le fait que le lit n’était pas fait. Ça fait négligé et chambre mal rangée. Ah oui et aussi apparement la nudité c’était tabou et le regard direct vers le spectateur sans honte de cette femme a posé également problème. Vous avez remarqué à quel point les peintres ils aimaient surtout peindre des femmes à poil ? C’est fou cette manie chez les femmes de se mettre à nu dès qu’un peintre arrive.

Crédits photo (Domaine Public) : Francisco de Goya

3. Les Demoiselles d’Avignon - Pablo Picasso

Vous saviez que Pablo Picasso était un gros enfoiré ? Voilà, c’est dit. Sans surprise ce tableau « Les demoiselles d’Avignon » a pas mal posé problème à l’époque parce qu’il représentait des prostituées nues super mal dessinées. Bon ça c’est mon avis totalement subjectif mais en vrai le truc est mal passé auprès des critiques.

Crédits photo (Creative Commons) : Pablo Picasso

4. Carré blanc sur fond blanc - Kasimir Malevitch

En regardant ce tableau, est-ce que vous vous dites au premier regard qu’il a fait une immense polémique et que son auteur a été emprisonné ? Si vous avez répondu oui vous êtes super fort en peinture. Considéré comme le premier monochrome de la peinture contemporaine, le tableau a fait un énorme scandale parce qu’on le considérait limite comme la mort de l’art. Non seulement le tableau a été censuré mais on a foutu Malevitch en prison à Leningrad. C’est fou ce que les gens sont prêts à faire quand ils n’aiment pas un tableau.

Crédits photo (Domaine Public) : Kasimir Malevitch

5. Un enterrement à Ornans - Gustave Courbet

On voit sur ce tableau de Gustave Courbet une scène d’enterrement assez classique. Pourquoi ça a posé problème ? Parce que les gens de l’époque étaient quand même assez cons : le tableau mesure plus de six mètres sur trois et les critiques trouvaient que c’était beaucoup trop gros comme dimensions pour représenter un enterrement de gens du peuple. Ce genre de dimensions était réservé aux peintures bibliques ou de gens importants. On devait bien se faire chier en ce temps là pour gueuler contre des trucs pareils.

Crédits photo (Domaine Public) : Gustave Courbet

6. Le déjeuner sur l'herbe - Édouard Manet

Considéré par Émile Zola comme le meilleur tableau de Manet, « Le déjeuner sur l’herbe » n’a pas fait que des heureux lors de son exposition. Les raisons sont d’une part la nudité (on commence à voir une tendance) mais aussi le décor que les critiques considéraient comme plat. La scène semble beaucoup trop théâtrale pour la représentation de gens qui font un pique-nique si vous voulez. Perso je capte pas trop pourquoi une personne sur quatre est à poil et pourquoi c’est l’une des femmes mais bon, apparement c’est un beau tableau.

Crédits photo (Domaine Public) : Édouard Manet

7. L'enfant malade - Edward Munch

En peignant le souvenir qu’il avait de sa soeur malade avant qu’elle ne décède de la tuberculose à 15 ans, Munch ne s’attendait peut-être pas à ce que le tableau provoque un scandale. Si le thème des enfants malades existait déjà, ce tableau a provoqué l’indignation lors de sa présentation à Oslo. La raison est que les gens y voyaient une oeuvre inachevée, brouillonne et floue. Munch s’est défendu en disant « je n’ai pas peint ce que je vois mais ce que j’ai vu ». C’est classe. Les nazis ont qualifié plus tard les peintures de Munch comme de « l’art dégénéré » avant d’enlever ses oeuvres des musées allemands, et franchement énerver les nazis c’est une raison suffisante pour faire de l’art.

Crédits photo (Domaine Public) : Edvard Munch

8. La Mort de la Vierge - Caravage

Ce tableau qui représente la mort de la vierge Marie a posé deux problèmes majeurs à l’Église : le premier c’est le réalisme de la scène : il n’y a aucun ange ou personnage biblique dans le champ et on voit à peine le halo autour de la tête de la vierge. Le second problème c’est que le modèle utilisé par Caravage pour représenter Marie était une prostituée célèbre… Ça passe pas bien ça auprès de l’Église, Dieu est amour mais pas sous forme tarifée.

Crédits photo (Domaine Public) : Caravaggio

9. L'origine du monde - Gustave Courbet

À ce stade c’est plus du nu, c’est du porno. Mais Gustave Courbet voulait déranger, ou faire parler de lui pour choper du buzz. Toujours est-il que même Facebook censure ce tableau aujourd’hui, ça veut dire qu’il dérange encore.

Crédits photo (Domaine Public) : Gustave Courbet

10. L'Homme contrôleur de l'univers - Diego Rivera

Commandée par la famille Rockefeller pour être installée au Rockefeller Center, la fresque de Rivera a rapidement posé problème avant d’être terminée. Elle devait représenter le capitalisme en opposition au communisme sauf que des journalistes du New-York Telegram ont accusé l’oeuvre d’être anti-capitaliste en voyant l’oeuvre en pleine création. En guise de réponse Rivera a peint la tête de Lénine sur la fresque, ce qui a encore plus foutu en rogne tout le monde et a causé la destruction de l’oeuvre originale quand il a refusé de l’enlever.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Gumr51

11. La Source - Francis Picabia

Cette oeuvre en partie financée par l’argent public pour être affichée au Salon d’Automne a fait scandale à l’époque. Jugée « oeuvre barbare » par le conseil municipal de Paris on a même fait un débat à la chambre des députés de Paris pour discuter de ce nouveau mouvement qui avait l’air de bien faire chier tout le monde.

Crédits photo (Creative Commons) : Francis Picabia