La Tour de Pise n’est pas la seule dans le monde à ne pas se tenir droite. Un penchant qu’elle partage avec plusieurs édifices dans le monde, qui sont du genre à courber l’échine quitte à ce qu’on les regarde souvent de travers.

1. La Tour Capital Gate d’Abu Dhabi

Ce gratte-ciel de 35 étages et 160 mètres de haut est 4 fois plus penchée que la Tour de Pise. De quoi en faire l’édifice le plus cabré au monde avec une inclinaison de 18 degrés qui ne débute qu’à partir du 12ème étage de cet hôtel de luxe.

2. La Tour penchée de Suurhusen en Allemagne

Selon le Guinness Book, on tiendrait là la seconde tour la plus inclinée du monde après le Capital Gate d’Abou Dabi ! Sauf qu’ici, les bâtisseurs à l’origine du projet ne l’ont pas fait exprès… Le clocher haut de 27 mètres a en effet été construit au 15ème siècle sur des fondations en chêne qui ont fini par pourrir avec le temps, au point de provoquer l’affaissement de l’édifice. Fermé au public de 1975 à 1985 pour permettre des travaux de consolidation, il accueille de nouveaux les curieux et trône fièrement depuis 2007 dans le livre des records.

3. La tour penchée de l'église de Walfridus aux Pays-Bas

Haute de 36 mètres, cette tour située dans la ville de Het Hogeland au nord de la Hollande est depuis une dizaine d’année plus inclinée que celle de Pise. Non pas que cette dernière se casse la binette, mais à cause ou grâce aux travaux de restauration dont a bénéficié l’édifice italien.

4. La pagode de Tiger Hill à Suzhou en Chine

Construite au Xème siècle, cette pagode haute de 47m n’a cessé depuis de s’incliner au point qu’aujourd’hui la différence entre la base du bâtiment et son sommet dépasse les 2,3 mètres ! Des travaux de renforcement de la structure effectués dans les années 1950 ont bien tenté de stabiliser l’édifice, mais ce dernier continue sa lente et inexorable chute à cause de fissures dans les colonnes de soutien. A défaut de réussir complètement leur coup, les ingénieurs de l’époque sont tombés pendant le chantier sur un coffret en pierre contenant des écritures bouddhistes qui indiquaient la date d’achèvement de la pagode : le dix-septième jour du douzième mois de la deuxième année de l’ère Jianlong… soit au doigt mouillé 961 après JC.

5. La Tour penchée de Burano en Italie

Située sur l’île vénitienne de Burano, l’église de San Martino titube au pied de la lagune depuis le 15ème siècle. Son clocher qui culmine à 64 mètres de hauteur est ainsi 1,85 mètre décalé par rapport à sa base. Un détail qui lui vaut le surnom de « Tour ivre » donné par les habitants de l’île.

6. La Tour penchée de Neviansk en Russie

Voilà ce qui arrive lorsque l’on confie la construction d’un bâtiment à… un forgeron. Nikita Demidoff, riche industriel russe et forgeron de père en fils accepte au début du 18ème siècle d’ériger une tour en l’honneur de Pierre Le Grand. Comme il a pas mal de fer sous la main, il décide de l’utiliser comme matériaux pour la construction de l’édifice. Le sol fait la gueule et s’affaisse brutalement suspendant pendant plusieurs années le chantier. Nikita décède dans la foulée et c’est son fils qui rattrapera plus tard tant bien que mal les bourdes de son père. Résultat : la Tour de Neviansk est aujourd’hui penchée de 2,20 mètres, distance qui sépare le socle de la tour, de son sommet.

7. La Tour de Bad Frankenhausen en Allemagne

Cette tour est aujourd’hui plus penchée encore que celle de Pise. Le phénomène débuté vers les années 1650 n’a depuis cessé de s’accentuer. Il se serait même accéléré ces dernières années, la flèche s’inclinant de 6 cm par an ! A ce rythme-là, elle pourrait définitivement basculer dans la prochaine décennie. A moins que les travaux de 1,5 millions d’euros ne relèvent le défi… en même temps que la tour.

8. La Tour de la collégiale Saint-Martin d’Étampes

Lorsque les travaux de construction de l’église d’Etampes dans l’Essone débutent au 12ème siècle, très vite les responsables se rendent compte que le chantier va être une grosse galère. Le sol est trop meule et bouge sous le poids des premières pierres. Peu importe, une tour est construite, qui logiquement peine à rester droite. Les travaux sont même interrompus pendant près d’un siècle avant de reprendre en essayant de corriger l’inclinaison du bâtiment au fur et à mesure de la construction des niveaux supérieurs. D’ailleurs, la partie haute du clocher est bel et bien verticale par rapport au sol, alors que jusqu’à 40 mètres de hauteur, le manque d’aplomb s’élève à 1m12 !

9. Les tours Asinelli et Garisenda de Bologne

Hautes respectivement de 97 m et 48 m, ces deux symboles de la ville penchent l’une vers l’autre, alors qu’à leur construction au 12ème et 13ème siècle, rien ne semblait pouvoir les rapprocher. A l’époque, les familles Asinelli et Garisenda se tiraient la bourre pour savoir qui aurait la plus longue, sans se soucier de la débandade à venir. La Tour Garisenda dût même être raccourcie de 13 mètres afin d’éviter qu’elle ne s’effondre. Elle affiche aujourd’hui une inclinaison de 3,22 m de son sommet par rapport à sa base, contre 2,23m pour celle d’Asinelli !

10. Big Ben à Londres

La tour du Parlement britannique s’incline de 0,26 degrés ou 43,5 cm et augmenterait de près d’un centimètre par an depuis 2003 ! La faute aux nombreux travaux souterrains pour l’extension du métro et de parkings attenants, qui auraient fragilisé le sol en même temps que la structure de l’édifice. Good job guys !