La plupart du temps, on emploie des moyens « normaux » pour guérir. Si on a de la fièvre, on prend un doliprane pour faire baisser la fièvre, si on est infecté par une bactérie, on prend des antibiotiques, et si on pisse le sang de la tête, on recoud tout ça à l’ancienne. Bref, vous voyez le délire, c’est assez classique. Mais dans certaines situations, les médecins doivent se creuser la tête pour trouver des méthodes de guérison qu’on qualifiera d’originales, voire complètement cheloues. Disons qu’on n’est pas habitué à ça.

1. On a soigné des cancer de la peau avec l'herpès

L’herpès, c’est une maladie virale qui touche la peau et les muqueuses et qu’on préfère normalement éviter comme la peste. Enfin un peu moins que la peste quand même mais pas loin. Bref, l’herpès, on n’aime pas. Mais si je vous disais que certaines personnes ont été ravies de se voir inoculer l’herpès ? Oui oui, c’est vrai. Il s’agissait de personnes qui avaient un mélanome, autrement dit un cancer de la peau. Des médecins ont trouvé qu’en modifiant le virus de l’herpès et en le refilant à des patients atteints d’un mélanome, leur système immunitaire pouvait détruire leurs cellules cancéreuses. C’est dingue non ? Moi je trouve que c’est dingue alors je le dis haut et fort.

Source

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : Aquoipensentlestcheques

2. Les asticots peuvent soigner une nécrose

A une époque, on utilisait des larves de mouches vertes pour manger les tissus morts mais on a arrêté parce qu’on avait découvert les antibiotiques qui étaient plus efficaces. Mais, assez ironiquement (vous allez voir, c’est vraiment ironique), les asticots sont revenus à la mode dans les cas où les nécroses montrent une résistance aux antibiotiques. Comme quoi y’a rien de mieux que le naturel. N’empêche que ça doit faire bizarre de savoir que des petits asticots se chargent de bouffer les tissus morts de ton pied pour t’éviter une amputation.

Source

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Alvesgaspar

3. On peut provoquer une hypothermie pour soigner un arrêt cardiaque

Les arrêts cardiaques font partie des trucs les plus mortels qui existent puisque dans environ 88% des cas les patients meurent. Même quand le cœur redémarre, les risques que le cerveau ait manqué d’oxygène pendant trop longtemps sont importants. Pour éviter ça, on peut réussir à placer le patient dans un état d’hypothermie pendant une journée, ce qui réduit les risques de lésions sur le cerveau. Je ne sais pas comment cette idée leur est venue à l’esprit mais c’est du génie.

Source

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : https://www.myupchar.com/en

4. La greffe fécale peut contrer une infection bactérienne

Oui, vous avez bien lu « greffe fécale », soit la greffe de caca. Ça existe. Le truc consiste à prendre des matières fécales saines chez un donneur pour les mettre dans le côlon du patient atteint de la bactérie Clostridium difficile. On fait ça quand les antibiotiques seuls ne sont pas assez efficaces pour se débarrasser du Clostridium difficile. En effet, les antibiotiques ont la fâcheuse tendance à détruire aussi toutes les bonnes bactéries de la flore intestinale, et le Clostridium difficile peut très vite recoloniser les intestins du patient. Avec la greffe fécale, le côlon du patient est recolonisé avec plein de bonnes bactéries. Ça permet de remettre de l’ordre dans tout ce bordel. Mais c’est sûr qu’on fera toujours la grimace en entendant les mots « greffe fécale », ça on n’y peut rien.

Source

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : https://www.myupchar.com/en

5. La lobotomie au laser permet de soigner certaines maladies mentales

Oui, « lobotomie » est un mot qui sent bon les expériences barbares pratiquées sur des patients atteints de maladies mentales dans les années 60, mais sachez que la science a beaucoup évolué là-dessus. Plus question d’enfoncer des pics à glace n’importe où. Maintenant, dans certains cas extrêmes de Troubles Obsessionnels Compulsifs, on peut cibler une zone très précise du cerveau avec un laser, et les taux de guérisons suite à cette opération sont excellents. Comme quoi. Comme quoi quoi, je sais pas, mais j’avais envie de dire « comme quoi ».

Source

Crédits photo (Domaine Public) : Photography Harris A Ewing

6. Des virus peuvent soigner certains cas de cécité

Redonner la vue à un aveugle, ça sonne un peu miracle de Jésus, et pourtant c’est bien possible dans certains cas. C’est un peu compliqué, mais en gros, pour certaines maladies génétiques qui affectent la vue, on peut modifier des virus pour qu’ils viennent réimplanter le bon gène de la vue dans le code génétique du patient. On a déjà réussi à rendre la vue à des singes comme ça, et a priori on devrait pouvoir faire la même chose pour les humains. C’est HYPER stylé.

Source

Crédits photo (Creative Commons) : Antonio Cruz/Abr

7. Des vers parasites peuvent soigner des allergies

Mais ouiiii puisque je vous dis que c’est vrai !!! En fait, des chercheurs ont découvert (et c’est bien de découvrir quand on est chercheur) qu’il y avait un lien entre une infection par des ankylostomes, des vers parasites, et une absence d’allergie au pollen. Le plus fort, c’est que certaines personnes étaient allergiques au pollen et ont guéri de leur allergie après avoir été infectés par ces vers parasites. On sent que beaucoup de gens vont chercher à avaler des ankylostomes maintenant.

Source

Crédits photo (Domaine Public) : Angusmclellan

8. Des virus bactériophages peuvent détruire le staphylocoque

Certaines bactéries comme les staphylocoques, et plus particulièrement le staphylocoque doré, sont hyper galères à soigner parce qu’elles résistent particulièrement bien aux antibiotiques. Dans ces cas-là, on peut utiliser une méthode qui existe depuis fort longtemps : l’infection aux virus bactériophages. Ces virus sont tellement sympa qu’ils ciblent et n’infectent que les bactéries reloues pour les détruire. Le problème, c’est que la culture de ces virus coûte relativement cher et qu’on ne les utilise pas en France. Du coup, les patients doivent bien souvent se rendre dans des pays d’Europe de l’Est pour bénéficier de ce type de traitement. Mais comme on commence de plus en plus à plaider leur retour dans nos contrées, on peut s’attendre à un retour des virus bactériophages chez nous dans les prochaines années. Ça nous évitera de bouffer des antibiotiques à tout va.

Source

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : ShiftFn

9. Les vers intestinaux pourraient aider à lutter contre la maladie de Crohn

La maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique sont des maladies du système digestif qui provoquent notamment des inflammations violentes des intestins. Ces maladies, on a du mal à les soigner, et elles sont assez handicapantes pour ceux qui en souffrent, mais un espoir réside, et il repose sur les épaules d’un parasite qui n’a même pas d’épaules : le Trichuris suis, un petit ver qui colonise les intestins. On s’est rendu compte que les personnes qui en étaient infectées souffraient moins d’inflammations intestinales parce que leur système digestif sécrétait plus de mucus en réaction à l’infection parasitaire. Et le mucus, ça protège les parois intestinales des inflammations. Du coup, grâce au Trichuris suis, on a un espoir de traitement au moins temporaire.

Source

Crédits photo (Domaine Public) : Universidad de Córdoba

Et si vous voulez devenir un grand médecin plus tard, ne vous inquiétez pas, il reste plein de mystères médicaux non résolus.