Le maquillage est l’artifice le plus pratique pour faire comme si on n’était pas trop moche. Heureusement qu’il est là pour nous sauver d’un physique parfois peu agréable. Il y a autant de façons de se maquiller que de s’habiller, il y en a pour tous les goûts, pour le meilleur et pour le pire. On vous livre ici nos exemples de maquillages les plus aboutis en illustrations Paint, parce que décidément ce logiciel est ce qui se fait de mieux dans la technologie artistique.

1. Le maquillage naturel pour les gens qui veulent se maquiller mais faire croire qu'ils se maquillent pas

L’effet nude, c’est le concept le plus malin qu’on ait inventé pour vendre des produits très cher afin de faire comme si on n’était pas du tout maquillé. Mais allez donc vous mettre un peu de fluo sur la margoulette.

2. Le contouring pour ressembler à Kim Kardashian

Décidément la Kardash aura eu une influence historique sur le physique et la mode : elle a légitimé le port du legging moulax (jusque-là réservé aux personnes dénuées de goûts), elle a donné ses lettres de noblesse aux gros culs, et elle a lancé une dangereuse vague de contouring dans la jungle du make-up. Le résultat est le plus souvent pas à la hauteur, il faut bien l’avouer.

3. Le crayon à lèvres pour se sentir comme dans un téléfilm américain du dimanche après midi

Pratique moins courante de nos jours, le crayon à lèvres a fait des ravages dans les années 90. Un mauvais goût qui suscite toutefois une certaine nostalgie aujourd’hui, et l’on se prend à regretter un monde où la vie était plus simple comme un coup de crayon à lèvres marron pour accentuer son arc de Cupidon.

4. Le gloss avec plein de trucs qui se collent sur ta bouche collante dégueulasse

On a tous cru un jour que mettre du gloss serait une brillante idée. Mais cette idée n’a de brillante que le nom contrairement à ta bouche qui n’a de brillante que l’idée (je me suis emmêlée les pinceaux, mais vous avez compris le message).

Le gloss, c’est bien que dans les pubs. Dans la vraie vie, ça revient à se mettre de la colle sur la bouche. Tu chopes toute la poussière, les poils de chats, les miettes de pain. Ta bouche, on dirait une pâte à prout tombée par terre.

5. Le maquillage mission dissimulation de boutons

Paradoxalement, le meilleur moyen de ne pas voir ses boutons s’éterniser, c’est de les laisser respirer. Mais ça tout le monde s’en fout. Ce qu’on veut c’est éclater nos boutons n’importe comment, ne pas les désinfecter et foutre par-dessus une tonne de fond de teint pour cacher l’infection purulente dont on est la cause. C’est ce que j’appelle vouloir le pus et l’argent du pus.

6. Le maquillage kawaï parce que la vie est trop courte pour ne pas ressembler à un animal mignon

Après tout, pourquoi ne pas se laisser porter par la créativité dans nos motifs de maquillage ? Je vous pose la question. Répondez-y.

7. Le eye liner foiré

A ceci je vous dirai qu’il me semble humainement impossible de réussir son eye-liner du premier coup. Ni du deuxième.

8. Le make-up années 2000 : fard à paupière multicolore

Période que l’on pourrait associer à cet état d’esprit malade : « J’ai jamais touché à une palette, mais j’ai envie d’essayer toutes les couleurs pour voir ». Tout le monde n’est pas sorti indemne de cette période trouble.

9. L’overlips : dépasser ses lèvres pour les rendre plus pulpeuses

Autrement appelée la technique du rembourrage facial : elle équivaut à foutre des soutifs rembourrés quand on fait du 75A.

10. Les sourcils redessinés parce que trop épilés

Toutes nos grands-mères + toutes les meufs qui nous ont racketté au collège =