une-heroine
Montage photo : Topito

Comme bien des domaines, la littérature a longtemps été relativement sexiste et donc peuplée de mecs puissants et de meufs un peu concons qui ne vivaient que pour trouver le grand amour. Heureusement, quelques écrivains nous ont tout de même offert des personnages féminins intéressants, costauds et indépendants. Des personnages avec lesquels ont aurait bien aimé traîner le mercredi après-midi.

  1. Jo March (Les Quatre Filles du docteur March) Indépendante, intelligente et drôle, Jo c'est la sœur March que l'on a toutes voulu être. Celle avec un caractère de chien qui ne se laisse pas marcher sur la gueule et surtout qui ne considère par le mariage comme le seul but de son existence (un exploit à l'époque). Rappelons au passage qu'elle est aussi généreuse puisque cap' de vendre ses cheveux pour subvenir aux besoins de sa famille.
  2. Elizabeth Bennet (Orgueil et Préjugés, Jane Austen) Un peu comme Jo, Elizabeth a du caractère à une époque où globalement quand t'avais des ovaires t'étais censée te marier pour assurer l'avenir de ta famille et pondre des chiards tous les dix mois. Sauf que Elizabeth elle, elle a décidé que non, elle ne se marierait pas par nécessité, mais pour être heureuse. Et ça, c'est la classe. (D'autant plus que nous sommes toutes secrètement amoureuses de Mr Darcy qui est clairement le prétendant le plus cool de l'histoire de la création).
  3. Scout Finch (Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, Harper Lee) En partie autobiographique, le roman de Harper Lee raconte le quotidien d'une famille de l'Alabama au milieu des années 30. Son héroïne, Scout, est une petite fille espiègle, bagarreuse et garçon manquée qui refuse de porter les robe à smocks que lui refourgue sa vieille tante. Une petite fille qui, pour couronner le tout, met la misère aux ségrégationnistes.
  4. Hermione Granger (Harry Potter, JK Rowling) De première de classe moralisatrice et gonflante dans le premier tome, Hermione prend de l'épaisseur au fur et à mesure de la saga Harry Potter pour devenir une héroïne trop cool qui pète des nez et fricote avec des roux. La meilleure amie que l'on aurait tous rêvé d'avoir, notamment parce qu'elle est loin d'être con et que c'est toujours pratique quand on a Voldemort au cul.
  5. Arya Stark (A Game of Thrones, George R. R. Martin) Bon, soyons clairs une bonne fois pour toutes : Arya est de loin le personnage le plus cool de Game of Thrones. Fille de noble devenue une moins que rien après la mort de papa (et de maman, et de Robb, et de toute la famille), elle manie l'épée comme personne et a très très envie de ratatiner la tronche des Lannister et de leurs petits copains. Un esprit de vengeance qui fait d'elle l'un des personnages féminins les plus badass de la littérature.
  6. Matilda (Matilda, Roald Dahl) Du haut de ses quatre ans, Matilda est un génie. Elle sait lire, écrire, compter, et s'ennuie donc ferme en classe. Autre petit souci : ses parents sont des abrutis totaux et la directrice de son école est une veille mégère qui refuse de lui faire sauter une classe. Heureusement pour elle, elle a aussi des supers pouvoirs qui lui permettent de déplacer des objets et donc de pouvoir maltraiter (un peu) ceux qui sont méchants avec elle. Une petite héroïne intello et rigolote avec laquelle on aurait bien traîné dans la cour de récré, ne serait-ce que pour pouvoir se venger de cette pétasse de Chloé.
  7. Jane Eyre (Jane Eyre, Charlotte Brontë) Dans la catégorie des héroïnes qui n'ont vraiment pas de bol, Jane Eyre est peut-être championne du monde. Maltraitée à plusieurs reprises, amoureuse d'un homme marié à une zinzinette et relativement fauchée, la pauvresse aurait pu baisser les bras et se laisser tranquilou mourir à la trentième page du roman, mais pas du tout. Parce que Jane elle a la niaque et elle a besoin de personne pour être heureuse. Et toc.
  8. Lisbeth Salander (Millénium, Stieg Larsson) Lisbeth c'est le genre de meuf avec laquelle il vaut mieux pas se mettre mal parce que Lisbeth la bagarre ça la connaît. Sous ses apparences de petite meuf malade et maigrichonne, se cache en effet une pro de la boxe et une fervente défenseur des droits de la femme. En gros, avec elle les violeurs prennent très très cher. Et en livre comme au cinéma, ça fait quand même sacrément plaisir.
  9. La marquise de Merteuil (Les Liaisons dangereuses, Choderlos de Laclos) Pour beaucoup, la marquise de Merteuil n'est rien d'autre qu'une connasse manipulatrice qui écrase les autres pour s'amuser. Ce n'est pas tout à fait faux, mais il faut néanmoins lui reconnaître une grande modernité. Parce que la Merteuil c'est surtout une femme sacrément indépendante qui assume sa passion pour le cul et qui est autrement plus maligne que toutes les gourdes de son milieu.
  10. Antigone (Antigone, Jean Anouilh) Pour ceux qui n'auraient pas suivi les cours de Français au lycée, Antigone c'est l'histoire de la fille d'Œdipe et de Jocaste, Antigone donc, et de son combat pour avoir le droit d'offrir une sépulture décente à son frère. Un combat contre son tonton, Créon, qui est une belle enflure. Pour la faire très très courte, Antigone c'est un peu LE symbole de la résistance et du libre-arbitre. Une fille qui en impose, vous l'aurez compris.

Si vous n'êtes pas d'accord avec ce classement, faites le nous savoir par courriel, fax ou pneumatique. Merci bien.

Source : Ranker