Il y a des gens qui tiennent un peu trop à leurs affaires. Genre ma mère qui n’arrive pas à se séparer des mouchoirs usagés que j’utilisais quand j’ai eu la grippe à 5 ans. Et aussi ces gens qui n’arrivent pas à quitter leur domicile parce qu’ils aiment un peu trop leur propriété (c’est pas Karl Marx qui aurait dit ça…). Sauf que ça devient un peu relou ces histoires quand la baraque se trouve sur un lieu de construction (ou qu’elle appartient à d’autres gens, ça aussi c’est pas ouf). On vous laisse décider si vous auriez aimé ou pas faire la rencontre de ces propriétaires.

1. Une Chinoise ne voulait pas quitter sa maison, les autorités ont construit une autoroute autour

Quand t’as une belle tapisserie dans ton salon, normal que tu aies un peu la flemme de voir ta maison détruite pour construire une autoroute. C’est ce qui s’est passé pour cette habitante de la ville de Canton, dans le Sud de la Chine. Ne voulant pas quitter son logement, elle a refusé toutes les propositions d’autres maisons de la ville (qui en même temps, lui proposait d’habiter à côté d’une morgue).

Mais pas question d’abandonner le projet, c’est pourquoi un pont autoroutier à 360° à tout de même été construit juste au-dessus de la baraque. Pour égayer tout ce béton, la propriétaire de la maison a planté plein de géraniums et sa maison est maintenant une attraction pour les touristes.

Un logement très bien desservi

Posted by Ouest France on Tuesday, August 11, 2020

2. Un homme refusait de déménager, sa maison se trouve maintenant sur un rond-point

En Belgique, dans la ville de Malines, Dirk Van den Broeck a bien fait parler de lui. Alors qu’il vivait dans une petite rue bien tranquille, il s’est vu proposer de se faire racheter sa maison pour qu’elle soit démolie afin de construire un rond-point facilitant les trajets de bus autour de la gare du coin. Mais assez âgé et aimant sa maison, il a refusé. Qu’à cela ne tienne, la mairie a abattu toutes les maisons et placé la maison de Dirk sur un rond-point. Pas hyper sympa comme move, la fête des voisins doit pas être très joyeuse.

C'est l'histoire belge du jour...

Posted by Dernières Nouvelles d'Alsace - DNA on Tuesday, March 8, 2022

3. Leurs fils ne veut pas quitter le domicile familial, ils sont obligés de faire appel à la justice

Michael Rotondo, 30 ans, aurait dû demander à changer de parents avant d’avoir à changer de maison. Ses parents ont en effet tout fait pour le faire quitter la maison familiale car selon eux, il ne « payait pas de loyer » et ne « s’occupait pas des corvées ». À plusieurs reprises, ses parents ont envoyé à Michael des lettres lui informant qu’il était expulsé de chez eux mais rien n’y a fait, pas même les 1100$ proposés : le Tanguy refusait de bouger.

Le couple a donc dû faire appel à la justice américaine pour virer son fils de chez lui. C’est finalement la Cour suprême du comté d’Onondaga qui a ordonné au fils de quitter la maison de ses darons. Il doit y avoir une sacrée ambiance au repas de Noël là-bas.

Les parents d'un homme âgé de 30 ans ont eu recours à des mesures drastiques pour obtenir le départ de leur fils de la maison familiale.

Posted by AfrikMag on Thursday, May 24, 2018

4. Un couple de sexagénaire chinois a sa maison au milieu d'une autoroute

Dans la province orientale du Zhejiang, en Chine, un couple de sexagénaire refusait d’abandonner sa maison au profit de la construction d’une grosse route. Pendant quatre ans, leur maison se trouvait donc au beau milieu d’une deux fois deux voies. Mais le couple, lassé de la médiatisation, a finalement accepté, après plusieurs années de lutte, une compensation plus haute que ce qui leur était proposé au début pour quitter les lieux (mais quand même moins élevée que la somme déboursée pour acheter la maison, et ça, c’est vraiment pas chouette).

5. Un Chinois refuse de déménager, sa maison se retrouve coincée entre deux routes

Les histoires se suivent et se ressemblent, une autre des « maisons-clous » chinoises a beaucoup fait parler d’elle (encore à Canton en plus, ça n’arrête pas là-bas). En 2010, alors que les autorités de la ville souhaitaient construire une nouvelle autoroute, le propriétaire d’une maison qui se trouvait sur le chemin refusait, lui, de bouger.

Après 10 ans de lutte, les autorités ont donc tout simplement décidé, fin 2020, de construite la route autour de la maison. C’est assez impressionnant à voir et ça fait mal au cœur pour la personne qui habite là car ça doit quand même être très très chiant. Pour la tranquillité du quartier, on repassera.

6. Un habitant de Perpignan refuse de quitter sa maison insalubre

En 2020, un cinquantenaire de 270 kilos a été découvert vivant assis au quotidien dans le premier étage de sa maison à Perpignan, entouré de déchets et se faisant nourrir par son frère. C’est une expertise menée dans la maison voisine qui menaçait de s’effondrer qui a permis de découvrir la situation de l’homme.

Mais malgré le désir des services de la préfecture de faire sortir l’homme pour qu’il soit pris en charge, celui-ci a refusé de quitter son domicile. Il a d’ailleurs également refusé l’aide des services sociaux. La situation est d’autant plus bloquée qu’il n’existe pas de moyen légal pour forcer quelqu’un à se rendre à l’hôpital.

L'homme, dans un état de santé précaire, vit dans un appartement appartenant à son frère, entouré de détritus.

Posted by Midi Libre on Friday, February 7, 2020

7. Un Américain a vu sa maison coincée entre deux immeubles car il refusait de déménager

En Floride, à Coral Gables, un homme refusant de vendre sa maison à des promoteurs s’est bien fait troller par ces derniers. Eux, ils n’en avaient rien à carrer de la « valeur sentimentale » de cette maison, et ont donc décidé de quand même faire construire leurs immeubles juste à côté. Mais le propriétaire de la maison a admis se ficher des nuisances et préférer garder sa maison jusqu’à ce qu’elle tienne debout que d’accepter l’argent des promoteurs. Droit dans ses boots le mec.

8. Un espion du KGB refuse de quitter sa chambre Airbnb en Espagne

2022 est une année pleine de surprises, la preuve avec cette info. Un couple espagnol doit vivre depuis janvier 2021 avec un espion russe du KGB dans l’une des chambres de la baraque qu’il louait sur Airbnb. Ce gars n’est autre que Felipe Turover, connu pour avoir facilité l’arrivée de Poutine au pouvoir en dénonçant la corruption de l’ancien président russe.

Et sachez qu’en plus d’être du coup en partie responsable de la guerre en Ukraine, ce mec est aussi un très mauvais locataire qui ne paye plus les propriétaires de la maison depuis des mois et qui refuse de quitter sa chambre. J’imagine que du coup, la répartition des tâches ménagères, ça doit pas être trop ça non plus.

L'affaire a tout d'un roman d'espionnage, mais elle s'apparente désormais davantage à un squat.

Posted by Capital on Sunday, January 16, 2022

Attendez, partez pas, vous n’avez encore rien lu sur les gens qui sont allés trop loin pour leur chien ou leur chat, et croyez-moi, c’est autre chose qu’un appart sur un rond-point.