Pendant le confinement, et pour aider les personnes Sans Domicile Fixe à rester en contact avec leurs proches et à avoir accès aux services d'urgence grâce à leurs téléphones, la Fondation de l'Armée du Salut lance l'opération #FreePlugs : il vous suffit de laisser une prise à disposition dans la rue, en la faisant passer par une fenêtre par exemple, pour leur permettre de recharger leurs téléphones ! Toutes les infos sur l'opération sont ici !

Top partenaire [?]

Depuis le début du confinement, on est bien nombreux à se plaindre de devoir rester cloîtré chez soi. Et pour cause, le confinement n’est pas une situation rêvée pour tout le monde. Mais encore moins pour ceux qui n’ont même pas de quoi se confiner. Eh oui, on en parle des sans-abris ? Comment ça marche pour eux dans la mesure où ils n’ont pas de logement, pas toujours de quoi se laver les mains et clairement aucun moyen de se protéger contre le virus ? Bonne nouvelle : vous pouvez leur venir en aide.

1. Leur offrir un accès à une prise

Aujourd’hui, 50 % des sans-abris possèdent un téléphone portable, et les portables, ça a besoin de batterie. Sauf que sans logement ce n’est pas toujours chose aisée de trouver une prise où charger la bête. Certes, certains arrêts de bus fournissent des prises mais cela n’est pas le cas dans toutes les villes. L’Armée du Salut a ainsi mis en place l’opération #FreePlugs, destinée aux personnes qui vivent jusqu’au 2e étage d’un bâtiment et qui peuvent laisser pendre une prise depuis leur fenêtre vers la rue.

2. Prenez connaissance des structures d'entraide du coin

Ça vous prendra deux minutes et vous pourrez renseigner les sans-abris sur les points d’accueil où ils pourront obtenir un repas le midi ou le soir, et parfois même se laver. Par exemple, si vous vivez à Paris, tous les centres de distribution alimentaire, ainsi que les fontaines libres d’accès sont indiqués ici.

3. Leur acheter à manger

Il n’est pas toujours évident pour les sans-abris de se faire des courses, le plus simple c’est donc de leur demander s’ils ont faim et ce qui leur ferait plaisir à manger. Si possible pas une côte de bœuf, parce que c’est pas ultra pratique à grignoter sur le pouce.

4. Leur donner du gel hydroalcoolique

Encore une fois, l’accès à l’hygiène n’est pas automatique, le mieux c’est donc qu’ils puissent au moins avoir un gel hydroalcoolique sous le coude pour se désinfecter les mimines.

Attention, les bains douches ont des horaires qui ont changé depuis le début du confinement, certains ont fermé, il faut donc faire gaffe à ne pas les envoyer vers des lieux qui ne pourront pas les accueillir. En revanche, les centres d’accueil de jour encore ouverts offrent un espace pour se laver.

5. Faire un brin de causette

Eh oui les gars ! Même papoter c’est déjà super. Les sans-abris souffrent plus que jamais d’isolement alors qu’ils sont « coincés dehors » paradoxalement. En parlant avec eux, on établit un lien social ô combien nécessaire. Et franchement, ça ne représente pas un si grand effort de causer avec des gens qu’on croise tous les jours.

L’association Entourage a même concocté un petit guide du communication. C’est tout bête mais il arrive qu’on manque de tact en abordant un type à la rue en cherchant à tout prix à ce qu’il raconte « son histoire » ou en lui imposant de se rendre dans telle ou telle structure. Bref, le genre d’impairs à éviter. A la place vous pouvez plutôt dire bonjour, demander comment ça va, informer sur les gestes barrières, demander de quoi ils peuvent avoir besoin et les diriger si possible vers les structures compétentes. Si tout cela relève du bon sens, beaucoup d’entre nous n’osent pas franchir le pas. Promis c’est pas si compliqué. Vous pouvez parler avec un sans-abri sans vous engager à le faire emménager chez vous.

6. Leur demander leur numéro de téléphone s'ils en ont un (ou leur donner le vôtre)

Cela s’applique surtout pour les sans-abris que vous connaissez déjà, avec ce numéro vous pourrez prendre de leurs nouvelles plus facilement et être vous-mêmes contactés en cas de problème.

7. Les informer sur les symptômes et leur demander s'ils ont besoin de soins

Difficile d’aller chez le doc quand on dort dehors. Heureusement, il existe des permanences d’accès aux soins de santé (PASS) dans la plupart des hôpitaux (pour la région parisienne, la liste se trouve ici). Encore une fois, il ne faut pas imposer cette visite médicale mais plutôt informer sur ces lieux d’accueil accessibles mêmes pour ceux qui ne sont pas couverts par la sécurité sociale. Quant aux symptômes : fièvre, toux sèche, maux de tête et difficultés respiratoires peuvent être de bonnes raisons d’aller de consulter.

Evidemment, en cas d’urgence ruez-vous sur le 15 (pour le Samu) ou le 18 (pour les pompiers).

8. Les aider à remplir leur attestation

Ça peut sembler absurde, mais les sans-abris doivent aussi fournir des attestations lors d’un contrôle de police. Même si ces derniers sont censés faire preuve de discernement et piger que les attestations de sortie des sans-abris n’ont pas vraiment de raison d’être, il est parfois nécessaire d’avoir au moins une attestation dûment remplie, ne serait-ce que pour leur expliquer quels déplacements sont autorisés, même si dans ce cas-là, l’explication reste purement théorique…

Pour ceux qui ne parlent pas bien le français il existe des attestations simplifiées (à imprimer ici)

9. Leur demander s'ils ont froid

L’hiver a beau être derrière nous, on continue de se peler les miches la nuit surtout dehors. Le mieux c’est donc de toujours vous trimbaler avec une couverture de survie et de les distribuer quand le besoin se présente.

ATTENTION, les couvertures de survie sont super utiles mais peuvent aussi être dangereuses, il ne faut surtout pas les utiliser sur une bouche de métro par exemple parce que la chaleur dégagée peut carrément entraîner des brûlures.

10. Faire du bénévolat

Par temps de confinement, les associations ont plus que jamais besoin de notre aide, alors on peut bien sûr leur donner de l’argent, mais on peut aussi apporter physiquement notre aide parce que beaucoup de bénévoles étant retraités, il leur est désormais impossible de continuer leur activité pour limiter leur exposition au virus. On peut donc proposer son aide, soit en contactant les associations directement, soit en vous rendant sur la plateforme gouvernementale Je veux aider pour rejoindre la réserve civique.

Argument bonus : faire du bénévolat c’est cool parce qu’on apporte son aide déjà de une, mais ça fait aussi du bien parce qu’on sort de chez soi en tout légalité et qu’on parle à d’autres gens qu’à ses enfants, son mec, sa meuf ou tout simplement ses meubles si vous êtes tout seul chez vous et franchement ces interactions sociales n’ont pas de prix.

Et grosso modo toutes les informations utiles à connaître et à partager ont sur le Soliguide (pour « guide solidaire » pas pour « guide de la sole » attention).

Sources : Entourage,

Pendant le confinement, il existe un moyen simple d'aider les personnes Sans Domicile Fixe à rester en contact avec leurs proches et à avoir accès aux services d'urgence grâce à leurs téléphones : laissez une prise à disposition dans la rue, en la faisant passer par une fenêtre par exemple, afin qu'ils puissent recharger leurs batteries ! Toutes les infos sur l'opération sont ici !