Le discours de Macron sur le coronavirus était assez clair : fermeture des écoles, des facs, des collèges, des crèches et des lycées. Et où se trouvent généralement les enfants quand ils ne se trouvent pas dans leurs institutions habituelles ? A la maison pardi. Et qu’est-ce qui manque à un enfant enfermé à la maison ? La surveillance d’un adulte, le plus souvent un de ses parents. Et où est-ce qu’il est d’habitude cet adulte ? Au travail. Mais du coup que fait-il ? Et bah il est en chômage partiel à la maison. Et il souffre.

1. La joie : une occasion en or de se retrouver et de faire des choses inoubliables

Quel bonheur ! On va faire plein de choses ! « Tiens si on listait tout tout tout ce qu’on va pouvoir faire ensemble pour ne rien oublier ? » Soudain, ta voix ressemble à celle de la dame dans la parade à Disneyland. Passer du temps ensemble, c’est rien que du bonheur comme dit Arthur.

2. La surprise : tu ne te souvenais pas que les trucs racontés par les enfants étaient aussi longs et chiants

C’est quand il s’est agi de faire une liste que numéro 1 a raconté qu’ils avaient fait un exercice similaire à l’école il y a six semaines et qu’en fait Timothée il avait eu bon mais c’est parce qu’en fait en fait y’a Arié qui lui avait dit aussi que la maîtresse elle… Parce qu’en fait Arié il connaît Gabrielle, et Gabrielle, elle, elle a eu faux, tu vois. Tu vois pas ? On recommence ?

3. Le subterfuge : tu essaies de faire passer pour cool des activités qui te plaisent

« Hey les enfants ! Ca vous dit qu’on regarde tous les films que j’ai adorés quand j’était petit ? »

Sur le papier, ça semblait une bonne idée. Maintenant, de deux choses l’une : soit tu vas te rendre compte que tes enfants trouvent tes goûts cinématographiques ringards et ridicules ; soit tu vas te retrouver face à une crise façon missiles de Cuba quand tu retireras le DVD de Die Hard 3 après trois scènes en te souvenant que tes enfants n’ont que 3 ans et que c’est un peu jeune.

4. La dérobade : tu sors un puzzle 1000 pièces et les 8 films <em>Harry Potter</em> que tu déposes dans le salon le matin et tu t'enfermes toute la journée dans ta chambre, avec ton ordi

D’aucuns parleraient d’abandon de navire, tu préfères parler de « réalisme de situation ». J’ai comme dans l’idée que ce puzzle de 1000 pièces ne va pas être commencé.

5. La panique : Y a plus de chocolat. COMMENT ON VA FAIRE SANS CHOCOLAT ?????

Tu as eu vent de l’information au cours d’un raid furtif en sortie de chambre pour aller dans la cuisine. A priori, ils ne t’ont pas repéré mais aussitôt qu’ils auront conscience de l’absence de chocolat dans cette maison, tu seras confronté à une crise nucléaire. Et puis toi aussi tu boufferais bien du chocolat.

6. Le mensonge : "Macron a dit que pour des raisons de santé publique, on n'avait plus droit d'écouter baby shark ni de sauter sur le canap'"

« Et en plus, Macron a dit que si vous arrêtiez de faire ça, j’irais acheter du chocolat. »

« Y’A PLUS DE CHOCOLAT ? QUOI Y’A PLUS DE CHOCOLAT ? ET LE GOÛTER ? »

7. La sortie en éclaireur : direction Franprix pour y découvrir...

Pour y découvrir qu’il n’y a plus ni chocolat, ni pâtes, ni papier-toilette parce que les gens sont complètement tarés et égoïstes et qu’ils ont, en conséquence, rafler l’intégralité des stocks de toute la petite distribution. Te voilà bien.

8. La résignation : tu dissocies les deux parties de ton cerveau pour annoncer la mauvaise nouvelle

« Y’A PLUS DE CHOCOLAT ? QUOI Y’A PLUS DE CHOCOLAT ? ET LE GOÛTER ? »

Ces phrases sont à prononcer avec des sanglots dans la voix.

« Et pourquoi pas faire un foot dans le couloir pour oublier cette histoire de chocolat ? »

« OUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAIS »

Erreur. Grave erreur.

9. L'auto-apitoiement : la haine de soi n'est pas très loin

Il faut bien te rendre à l’évidence que « faire un foot dans le couloir » était une des activités proposées dans la liste. Il devient évident maintenant que ce n’est pas toi le chef de cette maisonnée mais bien eux qui décident du programme, des horaires et des repas. Au loin des cris, des pleurs : le petit s’est tordu la cheville en cassant une commode. Tu appelles le 15 autant pour cette histoire de cheville que dans l’espoir d’entendre la voix amie d’un adulte; si tu n’as pas le coronavirus, ce n’est pas la peine d’appeler, comme on te le fait comprendre.

10. L'appel à l'aide : un coup de fil au bureau pour savoir s'ils n'ont pas besoin d'aide. Un peu d'aide ? Par hasard ? PAR HASARD

« Non tout va bien ! Profite de ton chômage forcé ! »

Combien de temps cela durera-t-il ?

En vrai, on a plein d’idées d’activités à faire avec les enfants à Paris par ici et plus encore d’idées pour occuper les enfants pendant les vacances là.