Il fut un temps où les jeux vidéo avaient mauvaise presse, accusés de rendre la jeunesse violente et pervertie ou d’être tout simplement inutiles pour la population. Mais ce médium qu’on reconnait ENFIN comme un art est extrêmement varié et est réalisé par des humains comme vous et moi qui se soucient du monde et des problèmes qui l’entourent. C’est pour ça que certains d’entre eux ont tenté des expériences utiles pour l’humanité, fait d’immenses dons pour des causes ou tout simplement de bonnes actions, ce qu’on vous propose de voir tout de suite au travers de quelques exemples qui réchauffent nos coeurs.

1. Les studios qui ont donné des millions à l'Ukraine

Ce n’est pas la première fois que des studios de jeux vidéo faisaient des dons importants à des oeuvres caritatives ou au profit de pays en difficulté, mais c’est probablement l’exemple le plus récent. Des centaines de studios indépendants avaient créé un pack de près de 800 jeux que les joueurs pouvaient se procurer pour 10$ dont les bénéfices étaient intégralement reversés à l’Ukraine, et autant vous dire que l’opération a été un véritable succès puisque c’est 26,5 millions qui ont été récoltés. Dans le même temps le studio derrière Fortnite (Epic Games) avait reversé 70 millions de dollars pour la même cause, s’ajoutant à une autre opération d’envergure qui avait fait monter ce total à 114 millions.

The gaming industry and gamers have donated generously to charities supporting Ukraine.

Posted by GAMINGbible on Tuesday, March 29, 2022

2. Cell Slider : le jeu qui a fait avancer la recherche sur le cancer

Développé conjointement entre des chercheurs contre le cancer et des gens du domaine du jeu vidéo, Cell Slider a été réalisé en 2012 et permettait aux joueurs de trier des échantillons de cellules entre des cellules sanguines, cancéreuses, irrégulières ou mutées. Dit comme ça c’est pas forcément super clair, mais les gens se sont prêtés au jeu et ont traité près de 1,6 millions d’échantillons en à peine trois mois après le lancement du jeu, ce qu’aurait réalisé en dix-huit mois l’ordinateur le plus puissant de la fondation, faisant gagner un temps de traitement plus que précieux aux chercheurs. C’est ce qu’on appelle un succès.

3. Stall Catchers : le jeu qui fait avancer la recherche sur Alzheimer

Dans la même idée que Cell Slider le jeu Stall Catchers permettait aux joueurs de traiter des informations (en l’occurence des images de scanners cérébraux) pour trouver des traces de la maladie d’Alzheimer. Le projet a quand même permis de traiter 50 fois plus d’informations qu’auraient pu faire les scientifiques dans le même temps, ce qui, si on simplifie un peu le truc leur laisse le temps de se concentrer sur la partie plus complexe des recherches. Merci les gamers.

4. "Runes & Stones" : le jeu qui fait avancer la recherche sur les chimiothérapies

Le studio derrière Cell Slider a développé un second jeu qui ressemble à un genre de Candy Crush et qui s’appelle Rocks & Runes. Le but est de détruire des pierres pour assembler des runes (pierres précieuses) de couleurs différentes, du moins ça c’est ce que le joueur pense faire. Mais en arrière cuisine les décisions du joueur sont analysées et enseignées à un algorithme, et elles représentent le traitement de composés chimiques pouvant être efficaces ou inefficaces dans la recherche sur les chimiothérapies. En résumé vous vous amusez mais en même temps vous entrainez un algorithme à traiter les données super importantes.

5. Le jeu vidéo développé pour détecter les glaucomes

C’est l’idée originale d’une équipe de chercheurs japonais qui se sont concentrés sur la création d’un jeu mobile qui permet de détecter un glaucome (la deuxième raison de la cécité en France). Présenté comme un jeu de tir en quatre niveau, les scores et réactions du joueur sont analysées sur plus de 16 critères et celui-ci donne une note entre 1 à 5 au joueur une fois qu’il a terminé sa partie : si le joueur obtient 4 ou 5 il lui est conseillé d’aller consulter un médecin. Jouer pour surveiller sa santé vous admettrez que c’est quand même bien pensé.

Des scientifiques japonais disent avoir élaboré un jeu vidéo pour mobile capable de détecter le glaucome ?

Posted by Sciencepost on Friday, September 16, 2022

6. L'ange bleu de Fortnite

Inutile de présenter Fortnite, ce jeu adoré des plus jeunes. Pendant la période de confinement les violences infantiles ont beaucoup augmenté et les plus jeunes ont beaucoup de mal à entrer en contact avec l’extérieur pour le faire savoir. C’est là que l’association « l’enfant bleu » est entré en scène sur Fortnite en utilisant un avatar représentant un ange bleu auquel les jeunes joueurs pouvaient venir se confier. L’opération secrète a été alors relayée de façon assez discrète par plusieurs streamers et joueurs suivis par de nombreux jeunes spectateurs. Disponible 24h sur 24 tous les jours, l’ange bleu était alors un moyen « sécurisé » de dénoncer des abus et c’est grâce à un travail de concert entre l’association et les streamers qu’il a été un succès.

7. "Glyph" : le jeu qui étudie les alphabets du monde entier

Et pourquoi pas de la recherche sur l’écriture ? C’est le projet du studio qui a créé Glyph, un autre jeu « citizen science » (science des citoyens), comprenez par là un jeu qui étudie les réponses des joueurs comme plusieurs exemples précédemment cités. En demandant aux joueurs de classer des symboles de tous les alphabets du monde par forme ou par logique (les arrondis ensemble, les verticaux ensemble…) le jeu permet aux chercheurs de comprendre comment les alphabets ont évolué et comment notre cerveau réagit aux lettres. C’est pointu.

8. Sony qui a planté une forêt pour la sortie du jeu "Horizon Forbidden West"

L’initiative « Play and Plant » de Sony consistait à planter un arbre à chaque fois qu’un joueur obtenait un trophée particulier du jeu Horizon Forbidden West (un trophée est une récompense immatérielle obtenue en cours de jeu, dans ce cas-ci un trophée obtenu au tout début de l’aventure). Trois forêts aux États-Unis mais également dans d’autres pays comme la France étaient ciblées pour replanter un arbre à chaque trophée (tous les 5 joueurs en France), une initiative plutôt sympathique d’autant qu’elle ne demandait aucune participation financière aux joueurs à part de jouer au jeu et de partager la preuve sur Twitter.

9. Les développeurs de "Ghost of Tsushima" nommés ambassadeurs d'une ile du Japon

En développant un jeu qui raconte la vie des habitants de Tsushima pendant les invasions mongoles (une histoire authentique) les développeurs de Ghost of Tsushima ne s’attendaient probablement pas à obtenir une telle distinction. Si le scénario s’émancipe très rapidement de la réalité historique et que la carte du jeu diffère grandement de celle de l’ile originale, le maire de celle-ci a apprécié que son histoire soit racontée autour du monde grâce au jeu. Les deux réalisateurs ont été décorés et nommés ambassadeurs du tourisme de Tsushima (et toute l’équipe invitée sur l’ile) et un projet de parcours touristique autour du jeu a été créé. Relancer l’économie touristique d’une ile et en faire connaitre mondialement l’histoire c’est pas un truc qu’on fait tous les jours.

10. Les jeux éco-responsables

Difficile de le nier : l’industrie du jeu vidéo pollue énormément, qu’il s’agisse de sa production de consoles ou des ressources énergétiques pour le streaming. Plusieurs jeux ont fait des dons, des opérations de sensibilisation ou d’adaptation de leurs moyens de développement face à ces problèmes mais certains en ont carrément fait le sujet de leur scénario : Bee Simulator, Little Mouse encyclopedia ou encore Endling : Extinction is forever où vous jouez la toute dernière mère renarde au monde qui tente de sauver sa portée dans un univers détruit par les humains. Un jeu qui a fait pleurer beaucoup beaucoup de monde et qui a néanmoins sensibilisé les gens sur les réalités de la déforestation ou de la pollution pour le monde animal.

Et sinon allez voir les bonnes actions de joueurs, mais je vous préviens, pas impossible que vous ayez une poussière dans l’oeil.

Sources : MyGaming, Discovery, GreenMatters, NME, Ars Techniqua.