Google Maps (ou Google Earth) font désormais partie de notre quotidien. On s’en sert pour se déplacer, étudier les distances entre deux points, ou juste pour trouver notre maison parce que c’est top rigolo hihihihi. Au-delà de ça, ce service a aussi permis de révéler certains secrets, des trucs qu’on n’aurait peut-être jamais su sans les images satellites.

1. Un squelette au fond d'un lac (glauque)

William Moldt, un quarantenaire américain, a mystérieusement disparu le 7 novembre 1997 en Floride. Pendant 22 ans, il reste porté disparu. A l’été 2019, un habitant de Wellington (pas en NZ, hein) remarque une étrange tâche de couleur dans une mare, non loin de son habitation. Stupéfaction quand on se rend compte qu’il s’agit en fait du véhicule de Moldt… A l’intérieur : son squelette. Glauque.

2. Le vaisseau de Docteur Who à Londres

Y’a le vrai TARDIS de Dr Who dans une cabine téléphonique de Londres ! Je vous jure ! Regardez par vous-même, puisque vous ne me croyez pas (et ça me fait beaucoup de peine)… Pour y accéder, il suffit de double-cliquer sur la flèche, juste en bas de cette cabine bleue. OUI JE SAIS, c’est une animation, mais ça reste quand même beaucoup trop stylé.

Crédits photo (CC BY 2.0) : aussiegall from sydney, Australia

3. Le crime photographié (flippant) (mais en fait, c'est pas un crime hihi)

Le 13 avril 2017, une habitante d’Almere, aux Pays-Bas, poste une photo vraiment dégueu sur Reddit. La mention ? « Un meurtre qui a eu lieu près de chez moi ». Au vu de la photo, on y croit. Et c’est vraiment trash. HEUREUSEMENT, c’est une erreur ! Plusieurs éléments sont pointés pour contrer cette histoire. Premièrement, c’est en plein jour (pas idéal pour jeter un corps discretos.) Deuxièmement, en dézoomant un peu, on aperçoit des cyclistes tout proches (en général, on évite de balancer des cadavres à l’eau en public.) Enfin, en zoomant, on distingue en réalité deux hommes et un chien. La trace au sol ne serait donc pas du sang, mais l’eau du lac projetée sur le bois par l’animal, après une petite baignade. OUF.

4. Des images de corps, vite supprimées (heureusement)

Au lendemain du lancement de son service « Google Street View » en Amérique du Sud, le géant informatique fait une énorme bourde… Parmi les images satellites disponibles partout dans le monde : des images de cadavres, notamment dans plusieurs rues de Rio de Janeiro. Rapidement, les plaintes d’internautes affluent, ce qui permet à Google de supprimer toutes ces images immédiatement.

5. Des architectes pas très doués

Personne ne s’en serait rendu compte sans Google Maps. Malheureusement pour ces architectes, Maps existe, et avec elle, la vision satellite… Tout débute en 1967, lorsque l’armée marine américaine décide de construire une base sur l’ile Coronado. Ce n’est qu’une fois les quatre bâtiments édifiés que les architectes réalisent qu’ils forment en fait… des croix gammées. Mauvais genre. Ça craint grave, les mecs. La Marine s’est quand même excusée, précisant qu’il s’agissait bien d’une grave erreur. Vraiment grave, les mecs.

6. L'Eglise de la science chrétienne, pas très très catho

Encore des archis qui ont chié dans la colle. Encore une bourde qui serait restée secrète sans Maps. OUPSIE. Construite en 2013 par la communauté « Christians & society », dans l’Etat de Dixon, elle ressemble tout simplement… à un pénis géant. Voilà, voilà. Jésus Christ en PLS.

7. Le Fairy Bridge

Cette incroyable arche naturelle n’aurait jamais été découverte sans Google Maps et la détermination de Jay Wilbur. Ce grimpeur américain a repéré l’arche traversant la rivière Buliu (Chine) en 2010, en se baladant sur Google Earth. Il a donc décidé de s’y rendre, pour vérifier son existence et la partager au reste du monde. On le remercie, c’est magnifique.

8. La foret du Mont Mabu

Toujours à la rubrique des secrets longtemps gardés par Mère Nature, cette incroyable étendue tropicale de 43 km2 à 1700m d’altitude, au Mozambique. Une trouvaille des Scientifiques des Jardins Botaniques Royaux de Kew, alors qu’ils cherchaient à avoir une meilleure vision des sections élevées du continent Africain. Découverte en 2005, elle n’est autre que la plus grande forêt pluviale d’altitude d’Afrique. Le plus dingue : elle abrite de nombreux animaux jusque-là inconnus de la science, comme de nouvelles espèces de caméléons, de serpents ou de papillons. MERCI GOOGLE MAPS !

9. Les vestige d'une villa romaine, vieille de 2000 ans

En septembre 2005, Luca Mori, un programmateur informatique de 47 ans se balade sur Google Earth. Il remarque, proche de sa maison de Sorbolo, une étrange tâche. Curieux, il contacte des archéologues locaux. Une riche idée, puisqu’il vient de découvrir l’emplacement d’une villa romaine, remontant à l’époque Antique ! Si le service permet bien des découvertes archéologiques, les professionnels restent divisés sur la question. Malgré les avantages, ils redoutent que cela n’encourage les fouilles illégales.

Parmi les trésors du service, il y a aussi ces lieux cachés par Google Maps, super intrigants, ou encore ces images insolites sur Google street view (vraiment)… Qu’est-ce qui vous est passé par la tête, les gars ?