On sait que la France était en retard sur le reste de ses voisins européens concernant les congés paternité (on vous avait d’ailleurs déjà parlé des pays avec les plus longs congés paternité). Bah oui, parce qu’en 14 jours, tu as à peine le temps de te remettre de cette vague de 50 cm qui refuse de dormir que tu dois déjà retourner en réu pour échanger un peu trop longtemps avec tes collègues sur un projet qui ne t’intéresse que très lointainement. Ce sera donc 28 jours maintenant. ET C’EST SUUUUPER.

En revanche, si tu t’imaginais tranquillement profiter de ce temps “off” pour toi, on va te raconter ce que tu vas vraiment faire.

1. Faire équipe avec ta moitié (genre, vraiment pour de vrai)

Et ce ne sont pas des paroles en l’air. On ne sera pas trop de deux pour affronter ce changement radical dans nos vies. Le temps du “je peux te filer un coup de main tu sais” est révolu. Non, on est deux, on se partage les tâches équitablement. Et ce n’est pas parce que nos pères ne changeaient pas nos couches eux, que le fait de le faire maintenant devient un exploit. C’est normal. La dernière fois qu’on a vérifié, cet enfant vous l’avez fait à deux et vous avez trouvé ça bien. Ca serait normal que la suite soit aussi un duo.

Concrètement ça veut dire quoi ? Prendre le relais pendant que la maman fait des siestes pour se remettre de l’accouchement et des nuits trop courtes quand elle allaite, aller faire des courses, préparer le repas, faire les lessives de body 12 fois par jour, cuisiner des purées de carottes.

2. Dormir (enfin... t’affaler sur le canapé)

On sait que la maman peut être fatiguée (rapport au fait qu’accoucher, même avec une péridurale et de la musique classique en fond, ça reste sortir un enfant de son corps). Mais pour toi aussi jeune papa le changement risque d’être radical. Changement de rythme, un chouilla de stress, nuit écourtée… Pas la peine de jouer au cowboy, et de commencer un nouvel épisode de série à 2 heures du mat’ comme d’habitude.

Concrètement ça veut dire quoi ? Ça veut dire commencer à regarder n’importe quoi sur Netflix et t’endormir comme un vieux flan en 2 minutes. Si on voulait être poli, on dirait faire des siestes de marin. Mais en vrai l’image du vieux flan est plus proche de la réalité. A ce sujet on a aussi les manières de faire ton deuil du sommeil.

3. Prendre un apéro avec Sushis ET alcool. Plein.

Il ne faut pas croire qu’il n’y ait que des choses que l’on subit pendant cette période. Il y aura aussi le moment tant attendu du retour de l’apéro avec ta meuf qui aura enfin le droit après 9 mois à se priver de trucs comme des sushis, du fromage au lait cru… Et peut-être même de l’ALCOOL (dingue non ?), si vous gérez un peu d’avance en cas d’allaitement. Et quand on dit un apéro, en vrai, il y en aura surement plusieurs.

Concrètement ça veut dire quoi ? Prendre une cuite pour fêter ça.

4. T’occuper de toute la partie administrative

Oui il y en a beaucoup. Déclaration de naissance, organismes à prévenir : assurance maladie, mutuelle, employeur… On est clairement pas sur la partie la plus funky, mais il faut bien que quelqu’un s’y colle, mais bizarrement en ce moment vous courrez mieux que madame. Donc ce sera vous. On fait bien gaffe sur la partie “prénom à déclarer”, ça peut tendre un peu les relations si vous vous gourrez.

Concrètement ça veut dire quoi ? Ça veut dire aller à la mairie avec le mauvais papier et devoir y retourner le lendemain mais mince ça ferme à 11h15, attendre au téléphone sur du Vivaldi que le standard de la mutuelle ne soit pas saturé, apprendre à parler à un officier d’état civil qui se fout de votre enfant alors que vous êtes tout fier… Et encore. A ce stade vous ne savez peut-être même pas encore comment appeler l’enfant ! Pour cela, rien de plus simple il vous suffit de faire notre quiz : quel prénom vas-tu donner à ton enfant.

5. Aller voir si il/elle respire quand il dort

Ça te parait un peu excessif ? C’est vrai. Et pourtant tu le feras. Et en même temps tu éteindras la petite lumière qui a aidé à l’endormir.

Concrètement ça veut dire quoi ? Y’a rien à cacher, tout est dans le titre.

6. Faire le bodyguard

Tout le monde va vouloir s’approcher de la nouvelle star, ton enfant, et de celle qui a rendu cela possible (oubliant du même coup que tu y es aussi pour quelque chose finalement). Donc ton rôle va consister à les faire reculer pour que les deux aient un peu d’air, à être sélectif à l’entrée de la chambre à la maternité, à faire que votre appart ne devienne pas un hall d’aéroport.

Concrètement ça veut dire quoi ? Trouver des excuses au téléphone pour expliquer que “ouais tu peux passer bien sûr, mais plutôt la semaine prochaine parce que là on a une panne d’ascenseur c’est pas pratique”.

7. Avoir un plan détaillé des pharmacies de garde dans le coin

Parce qu’on ne sait jamais. En fait on sait même très bien que tu devras y aller, souvent en pleine nuit, parce que c’est fragile ces petites bêtes. Et aussi et surtout parce que nous les parents un brin paumés on aimera se rassurer auprès d’un.e médecin ou d’un.e phamarcien.ne parce que y’a 10 minutes il a recraché un peu de lait.

Concrètement ça veut dire quoi ? Avoir un plan en photo sur ton téléphone. Et aussi un SMS de secours avec les adresses exactes. Et aussi une liste imprimée sur le frigo. Au cas où.

8. Sauvegarder (mal) toutes les photos quelque part

S’il y a bien un rôle qui risque de t’être dédié, c’est d’être le gardien du souvenir photographique. Pas par choix, mais disons que dans la répartition des rôles à la maternité tu as naturellement plus tenu le rôle du photographe que celui qui met l’enfant au monde. C’est aussi bête que ça et ça t’obligé pour les deux décennies à venir à être le responsable des photos. Et qui les classera sur des disques durs, des sauvegardes sur ton PC, un peu sur Google Drive, un peu sur Facebook… Un peu partout et mal rangées donc.

Concrètement ça veut dire quoi ? Tout sauvegarder pour ne RIEN perdre. Et donc doubler les sauvegardes, et donc en foutre partout. Et regarder ces photos avec nostalgie déjà au bout de 10 jours en se disant “dis donc qu’est-ce qu’il/elle a changé…”

9. Checker tes mails

Si. Tu le feras aussi. Parce que le congé paternité a beau être passé à 28 jours, il faut encore que les consciences évoluent et qu’on comprenne que sans être des vacances les congés paternités sont quand même des congés. En même temps on les a pas pris en traitre, c’est dans l’intitulé.

Concrètement ça veut dire quoi ? Savoir dire non. Et que tu vas jongler pour la première fois entre ta vie professionnelle et ta vie de papa. Et que ça ne sera pas facile. Mais couper son portable c’est aussi une option.

10. Profiter

Tout ça c’est bien gentil, mais tu viens d’être papa. Parents même. Alors oui certes il y a plein de trucs à faire, un nouveau né dont il faut s’occuper et qu’il faut comprendre. Mais il y a aussi et surtout un.e petit.e nouveau dans la famille à accueillir, à découvrir… et ça n’arrive pas tous les jours. Alors oublie le reste, et profite bien de ces 28 jours qui ne reviendront pas.

Concrètement ça veut dire quoi ? Profiter.

Un jour si ça se trouve les congés paternité seront aussi longs que les congés maternité.