Quand t’es confiné, tu fais du pain (tu es même devenu fan du pain, ce qui est franchement bizarre), tu recommences des jeux vidéos que t’as déjà fini 50 fois, tu te coupes les ongles des pieds. Les personnages suivants n’ont pas fait ça du tout, ils ont plutôt passé du temps en prison ou enfermés dans une grotte. On commence un peu à les comprendre.

1. Egalité ou confinement

Pour Nelson Mandela, c’est gros confinement ! À peu près 27 ans de confinement. Et lui, c’était pas dans sa maison de vacances de l’île de Ré sud africaine. Non, lui c’était confinement sans Netflix ni Zelda. Madiba (son nom tribal) prône, grâce à la lutte pacifique, l’égalité des droits entre Noirs et Blancs en Afrique du Sud et donc la fin du régime de l’apartheid. Après le massacre de Sharpeville en 1960, il se lance dans la lutte armée. Il est emprisonné en 1962 sur délation de ces coquins de la CIA (toujours dans les bons coups ceux là) et passe 27 ans confiné. Il est libéré en 1990, met fin à l’apartheid, est élu en 1994 président d’Afrique du Sud et continue à prôner la non violence. On est sur une forme de respect.

2. Le Masque de l’enfer

Double confinement pour l’homme au masque de fer. Confinement de son corps et confinement de sa tête. Il s’agit d’une légende partie d’un confiné mort en 1703 dont personne ne connaissait l’identité. Voltaire s’est emparé de cette histoire, comme une Elise Lucet des Lumières, pour en faire le parangon des victimes de la monarchie absolue. Les rumeurs les plus folles et les plus tenaces ont couru, jusqu’à en faire le frère jumeau du Roi. Le confiné ne portait en fait un masque que pour dissimuler son haleine fétide liée à une mauvaise hygiène bucco-dentaire. Gérard Depardieu approuve cette théorie (cf. L’homme au masque de fer, une des plus grosses bouses cinématographique de tous les temps).

3. Le confinement soviétique

Le confinement aura été l’oeuvre de la vie d’Alexandre Soljenitsyne. Pas qu’il ait fait, comme nous, 12 pains en moins de 24h, une sacrée oeuvre ou… une boulangerie. Non, il aura plutôt décrit le confinement dans les goulags soviétiques où il passe 8 ans pour avoir critiqué Staline. À travers les yeux d’un prisonnier, il décrit l’ineptie et la dureté de la détention dans les steppes Sibériennes. Il récoltera tout de même un Prix Nobel pour son oeuvre qui, en France et dans le reste du monde, fera éclater au grand jour le système carcéral soviétique légèrement dictatorial. L’acteur russe Gérard Depardieu approuve également cette théorie.

4. Le confiné de l’amour

Jean Sourdrille, cette espèce d’anachorète (aurait dit le capitaine Haddock) vivait dans une grotte de la banlieue rennaise au début du 20e siècle. Ce confiné volontaire, “professeur d’amour” comme il avait été surnommé, révélait des prophéties pour faire s’unir les couples. Les jeunes femmes venaient le voir pour trouver leur mari. Mais le plus fou, ce qui a véritablement choqué les habitants de la région qui l’ont qualifié d’original, c’est qu’il se baignait nu dans la rivière, LE MALADE !

5. Confinement et sodomie

Homme de lettres et homme politique, Donation Alphonse François de Sade, dit Marquis de, vivra un confinement assez productif. La coquette période de treize ans qu’il passera en prison lui permettra de créer une oeuvre athée, anti-cléricale et surtout érotique, (comme l’année 69). Plus que son contenu licencieux, l’oeuvre de Sade effraie par son caractère subversif, d’où l’héritage péjoratif qui colle à son nom. Bon, après le monsieur a quand même publié les Cent Vingt Journées de Sodome qui est, à peu de choses près, un snuff movie avant l’heure. Donc Donatien, tu vas rester bien tranquille !

6. Confinée colombienne

Ingrid Betancourt, femme politique et franco-colombienne, candidate à l’élection présidentielle colombienne de 2002, vivra un confinement des plus humide. Elle passera 6 ans dans la jungle amazonienne aux mains des FARC, un groupe révolutionnaire communiste luttant contre le pouvoir colombien et financé en partie par le trafic de drogue. Sa capture et sa libération seront très médiatisées en France. Elles auront permis de beaucoup voir Dominique de Villepin à la télé. Petit ange parti trop tôt !

7. Le confiné le plus nazi

Et voilà ce qui arrive quand on est naziste. Rudolf Hess a eu la mauvaise idée, alors oui d’être nazi, mais aussi d’avoir une longévité insupportable de 93 ans. Il meurt donc en 1987 à l’âge de 93 ans après 42 ans de taule. On aurait presque envie de dire qu’il l’avait cherché.

8. Confinement alcoolisé

Puisque ce classement manquait un tantinet de femmes, on y ajoute la Veuve Clicquot, le champagne qui, pour arriver à maturation, doit rester confiné au moins 12 mois en fût. Le nom Veuve Clicquot vient lui d’une véritable femme en chair et en bulle : Barbe Nicole Clicquot. En 1805 à l’âge de 27 ans, elle devient la première femme à diriger une exploitation de Champagne et l’une des premières femmes d’affaire post révolution industrielle. Pas mal quand même.

9. Sommeil et confinement

En 1938, Nathaniel Kleitman et son assistant se confinent pendant 32 jours dans une grotte du Kentucky pour étudier le cycle circadien. Ils s’imposent des journées de vingt huit heures pour déterminer si le changement de repères permet de modifier le rythme veille/sommeil. L’expérience démontre que peu importe que tu sois à la surface ou dehors, quand tu es allongé, tu dors.

10. Le confiné alternatif

Alexei Navalny, le célèbre opposant politique de Poutine, opère des allers-retours réguliers confinement/liberté avec les prisons de Sibérie. Alors c’est pas génial pour le bilan carbone mais il semble toujours revenir une fois les élections terminées, étrange quand même. On espère qu’une fois, il restera jusqu’au bout.

Et vous saviez qu’il y a des gens qui laissent des commentaires sur les prisons ? Ce monde court à sa perte.