Il y a plein de trucs qu’on savait faire enfant et puis, avec le temps, on se rend compte qu’on ne sait plus rien faire correctement. Il y a des trucs qu’on regrette de ne pas avoir fait plus tôt, quand on était jeune et fringuant, et d’autres qu’on regrette de ne plus pouvoir faire parce qu’on a perdu notre âme d’enfant.

1. Passer le code de la route

Quand on a 16 ans, qu’on est au lycée et qu’on habite chez ses parents, ce n’est pas trop difficile de passer le code. Pourquoi ? Parce qu’on a du temps et de la motivation : il faut absolument avoir son permis pour pouvoir bouger.

Quand on a 30 ans, un taff à plein temps, du ménage à faire, un chien à sortir et des pintes en terrasse à boire, c’est tout de suite plus compliqué.

2. Se faire des amis

À 6 ans, c’est facile de se faire des copains et des copines. Il suffit d’aller voir le premier gosse qui passe et de lui demander s’il veut jouer avec toi.

Quand on est adulte, c’est un peu chelou de demander à des inconnus s’ils veulent bien jouer avec toi.

3. S'endormir n'importe où

Quand on avait 8 ans, on pouvait s’endormir partout. Dans le train, dans la voiture ou dans un manège à Disney, on n’avait aucune limite. Le plus fort était de s’endormir sur les chaises de la salle des fêtes pendant que tes parents et leurs amis dansaient le rock.

Aujourd’hui, tu n’arrives même pas à dormir dans ton lit si un minuscule rayon de lumière passe à travers le volet.

4. Ouvrir son courrier

Quand tu avais 12 piges, tu adorais recevoir du courrier parce que c’était généralement des trucs fun comme des cartes postales de tes potes ou de l’argent de ta grand-mère.

Dès l’âge adulte, ton courrier est devenu beaucoup moins intéressant. Quand ce n’est pas une facture, c’est une pub pour un serrurier avec un numéro surtaxé.

5. Se lever super tôt

Toute notre enfance, on adorait nous lever tôt pour profiter de la journée. Et le pire, c’est qu’on n’avait même pas besoin de réveil. Et vas-y que ça se réveille à 7h30 pour regarder les dessins-animés en mangeant des céréales.

Quand on est adulte, on profite de chaque seconde de sommeil disponible. Pas question de profiter de quoi que ce soit d’autre que de son lit.

6. S'émerveiller devant la neige

Quand tu avais 5 ans, 10 ans ou même 15 ans, tu étais toujours content de voir la neige tomber par la fenêtre. Content de pouvoir faire des bonhommes de neige et des batailles de boules de neige, certes, mais surtout content de ne potentiellement pas pouvoir aller à l’école.

À 30 ans, tu penses surtout à l’enfer que ça va être pour dégivrer les portières de la voiture et à tes pauvres plantes qui doivent être mortes de froid.

7. Savoir ce que tu veux faire de ta vie

Quand on est enfant, on ne manque jamais d’idées pour occuper son avenir. On voulait tester mille métiers différents, devenir astronaute, instituteur, ou danseur étoile.

Une fois adulte, on veut juste travailler le moins possible tout en pouvant payer son loyer.

8. Prendre des décisions

Quand tu étais gosse, personne ne te laissait jamais prendre de décision alors que tu savais très bien ce que tu voulais. Tu savais ce que tu voulais faire de ta journée, ce que tu voulais manger, quel film regarder, à quelle heure te coucher…

Aujourd’hui, alors que tu peux enfin faire ce que tu veux de ta vie, prendre une décision est devenu un enfer. Tu cherches 3h un film à regarder pour au final remater la même série débile et tu ne sais jamais quoi manger (et tu finis par commander McDo).

9. Oser dire que tu détestes les carottes

À 7 ans, cela ne te gênait pas le moins du monde de crier haut et fort que tu détestais les légumes.

À 35 ans, tu dis « Oui, avec plaisir » quand ta belle-mère te demande si tu veux plus de gratin.

10. Côtoyer des enfants

Bizarrement, c’est beaucoup plus difficile de supporter les cris d’enfants, les questions débiles et les odeurs de couche quand on est adulte.

C’est relou un enfant. Heureusement que c’est mignon.