Il y a des prénoms plus difficiles à porter que d’autres, c’est évident. Certains prénoms sont associés à des chansons, d’autres à des films ou à des sketchs, et puis il y a les prénoms de personnages historiques. Quand tu t’appelles Jeanne, c’est le jackpot car tu coches toutes les cases. Si tu portes ce prénom joli mais maudit, tu te reconnaitras sûrement en lisant ces lignes.

1. Les références à Jeanne d'Arc

Quand on s’appelle Jeanne, on est condamné à avoir des références à Jeanne d’Arc dès l’enfance. Si les gens du collège sont un minimum cultivés, tu pourras même te retrouver avec le super surnom de Pucelle d’Orléans ; ou même Pucelle de [insérer nom de ta ville]. C’est très peu drôle mais tu ris quand même parce que c’est toujours mieux que de pleurer.

2. La blague de Jeanne et Serge

« Ah tu t’appelles Jeanne ? Et il est où Serge ? Tu fais du volley-ball ? Hahaha. » Excellent, tout le monde adore les blagues qui font référence à des séries animées très moyennes des années 80. Si tu as de la chance, tu as peut-être même eu la phrase de drague « Je peux être ton Serge ». À gerber.

3. "Jeaaanne, elle est où Jeaaanne ?"

En 2011, le Palmashow crée le programme court « Very Bad Blagues » qui devient rapidement très populaire. Grégoire Ludig et David Marsais incarnent plusieurs personnages et les plus connus sont sûrement Michel et Francis, les fonctionnaires incompétents. Dans tous les épisodes, ils parlent de Jeanne : leur collègue que l’on ne voit jamais. Et puis, la phrase « Jeaaanne, elle est où Jeaaanne ? » est devenue culte, un nouveau cauchemar pour toutes les personnes qui portent ce prénom.

4. Jeanne, au secours !

Le 1er mai 2015, ce bon vieux Jean-Marie Le Pen criait « Jeanne, au secours ! » au pied de la statue de Jeanne d’Arc et la phrase et son intonation sont devenus un meme sur les internets. Combien de fois ai-je entendu « Au secours ! » après avoir entendu mon prénom ces cinq dernières années ? Je ne les compte plus (et j’aimerais bien que ça s’arrête).

5. Avoir des surnoms tout claqués

S’appeler Jeanne, c’est aussi hériter de tout un tas de surnoms plus nuls les uns que les autres. Pour ma part, j’ai imposé le « Jeannou » comme seul surnom autorisé mais j’ai bien évidemment eu droit, comme tant d’autres Jeanne, aux fameux Jeannette, Jeanneton, Jeannot et compagnie.

6. Ça ne rime avec rien à part âne et banane

De tous temps, le peuple a toujours aimé faire rimer les prénoms avec des mots aléatoires. Marie la souris, Benoit l’anchois, Quentin l’acarien… (je pourrais continuer toute la journée). Et puis, il y a Jeanne. Le prénom qui ne rime avec rien. Jeanne la cocaïnomane, à la limite.

7. Jeanne de Laurent Voulzy

En 2011, Laurent Voulzy sort une nouvelle chanson qui s’appelle Jeanne, comme par hasard. Et bien évidemment, la chanson est un succès et tout le monde la connait (alors que franchement, personne n’est fan de Laurent Voulzy). Avec les années, je me suis résignée, comme les autres Jeanne, à n’être qu’une image perdue dans les âges.

8. C'est un prénom de vieille

Aujourd’hui, la moyenne d’âge des personnes qui portent ce prénom est de 80 ans puisqu’au milieu des années 90, seules des personnes très âgées portaient encore ce prénom classique. Et puis, sans savoir pourquoi, une armée de Jeanne naît entre 1995 et 2000.

9. C'est un prénom d'enfant de bobo

Dans les années 2000, c’est la mode des prénoms en -o pour les garçons (Enzo, Timeo, Matteo..) et en -a pour les filles (Léa, Lola, Sarah, Julia..). Les Jeanne ont disparu des maternités. Et puis, petit à petit, on retrouve des Jeanne dans les familles de bobos. Elles apprennent le mandarin dès 6 ans, font des pique-niques aux Buttes Chaumont et leurs frères s’appellent Basile et Augustin.

10. Mademoiselle Jeanne dans Gaston Lagaffe

La dernière référence culturelle, c’est Mademoiselle Jeanne dans la BD Gaston Lagaffe. Mademoiselle Jeanne travaille aux archives de Dupuis et est éperdument amoureuse de Gaston. Elle est fleur-bleue, pot-de-colle et très naïve. Un vrai modèle, donc.

N’hésite pas à identifier toutes les Jeanne que tu connais en commentaires pour continuer de les humilier à cause de leur prénom.