Des années durant, les hommes et les femmes ont eu des activités quotidiennes assez semblables aux nôtres : vous imaginez bien qu’avant l’invention du foot, les gens ne passaient pas pour autant leur vie à lire des magazines le dimanche soir. Avant le foot il y avait un autre sport et avant cet autre sport un autre sport encore et le temps a fait son oeuvre. Reconnaissons que le temps fait souvent son oeuvre avantageusement. Personne ne se plaindra de la disparition du lancer de renard – surtout pas les renards.

1. Le lancer de renard

Au cours des XVII° et XVIII° siècle, l’aristocratie (surtout dans ce qui allait un jour devenir l’Allemagne) s’amusait à pratiquer le lancer de renard. Au sein d’une enceinte, deux personnes tenaient à distance l’une de l’autre une corde posée sur le sol. On lâchait un renard et au moment où il passait au-dessus de la corde vloum les deux personnes tiraient sur la corde pour propulser le renard en l’air. Le but était de l’envoyer le plus haut possible. Il va de soi qu’à la fin l’animal mourait.

Le lancer de renard se pratiquait aussi avec d’autres animaux (des lièvres, des blaireaux ou des loups). Le sport a aujourd’hui presque totalement disparu et c’est tant mieux parce que les renards c’est mignon (on a plein de cadeaux renard si tu trouves que les renards, c’est mignon).

Crédits photo (Domaine Public) : Johann Friedrich von Flemming

2. Le combat de coqs

Bon alors ça a pas totalement disparu, mais c’est quand même interdit dans pas mal de parties du monde et on ne peut que s’en féliciter. Les combats de coqs, comme leur nom l’indique, consistent à mettre aux prises deux coqs de combat appelés à s’affronter au sein d’une arène circulaire. Les coqs se blessent et/ou se tuent mais le pire c’est qu’ils subissent en amont des mutilations avec remplacement de leurs ergots par des pointes en métal et injection d’hormones pour les rendre plus agressifs. Depuis 64, la pratique est interdite en France mais continue d’exister sous une forme clandestine.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Amshudhagar

3. La soule

Venue du Nord-Ouest de la France, la soule était un sport populaire dès le début début du Moyen-âge et dont le déroulé peut rappeler celui du foot ou du rugby. On devait marquer dans un but unique contre une autre équipe ; la différence avec le rugby et le foot, c’est qu’il n’y avait pour ainsi dire aucune règle et que donc les parties étaient extrêmement violentes. Aujourd’hui partie prenante du patrimoine immatériel normand, la soule est encore pratiquée mais avec des règles encadrantes qui évitent la violence et les débordements.

Crédits photo (Domaine Public) : Unknown authorUnknown author illustrator (based on a sketch by M.J.L. de Condé)

4. Le tir à la corde

Disparu du programme olympique en 1924, le tir à la corde consistait donc à faire s’affronter deux équipes de 6 personnes autour d’une corde. On tirait et l’équipe qui faisait tomber l’autre gagnait. Une épreuve de force complètement conne, donc, qui devait faire super mal aux mains, et qui existe de fait encore un peu en Asie mais qui n’a plus de dimension olympique. Bon au moins, ça ne fait pas partie des sports les plus chers.

Crédits photo (Domaine Public) : Le Sport universel illustré

5. La boxe à mains nues

Inventée dans l’Angleterre de la fin du XVII° siècle, la boxe à mains nues était une discipline précurseure de la boxe moderne qui se distinguait du combat de rue parce que bon y’avait des règles. En gros, comme vous l’imaginez, cela consistait à se bastonner à mains nues avec pour seules protections des bandes de gaze sur les articulation. Ca devait faire bien bien mal.

Crédits photo (Domaine Public) : José María Mora

6. Le saut sans élan

Entre 1900 et 1912, les JO ont accueilli une discipline d’athlétisme intitulée « saut sans élan ». Donc en gros ça consistait à sauter en longueur ou en hauteur mais sans élan, ce qui devait considérablement affaiblir les performances et donner à ce spectacle un habillage d’une tristesse et d’un ennui considérables.

Crédits photo (Domaine Public) : CIO

7. Le jeu de balle précolombien

La plupart des civilisations précolombiennes pratiquaient le jeu de balle, qui se jouait essentiellement avec les coudes et les genoux. En gros, il fallait faire passer une balle en caoutchouc de 3 kilos à travers un anneau fixé à plusieurs mètres du sol sans utiliser les mains. Compliqué cette affaire. Selon certains chercheurs, c’était l’équipe gagnante qui se voyait sacrifiée aux dieux, le sacrifice étant considéré comme un honneur suprême. Les types se portaient volontaires pour jouer et ne faisaient même pas exprès de perdre. Ça devait être déprimant, la vie, à l’époque, mais si vous voulez en savoir plus sur les Mayas, on a un top pour ça.

Le badminton, c’est mieux. C’est un sport pas fatiguant. Et si tu es motivé, on aussi les sports les plus difficiles du monde.