Couleur souvent mal aimée en Occident, le jaune traîne son lot de clichés et de superstitions dictées par l’histoire. Exemple des conséquences dramatiques de ce désamour, les crocodiles Haribo jaunes sont toujours ceux qui restent en dernier au fond des paquets ! Et ça c’est moche ! Heureusement, ailleurs dans le monde, on prête au jaune d’autres attributs.

1. La couleur du sexe en Chine

Jadis, couleur de l’Empereur à tel point que ceux qui l’arboraient sans autorisation pouvaient y laisser leur tête, le jaune est associée en Chine au sexe depuis la fin du XIXe siècle. Le mot « jaune » est même utilisé aujourd’hui pour désigner des contenus adultes : les « films jaunes » pour les films pornographiques, ou encore les « romans jaunes » pour les livres érotiques.

2. Une couleur divine en Inde (mais pas que…)

Dans un pays où à peu près tout ce qui traine possède une signification divine, le jaune ne déroge pas à la règle et est associé à un paquet de significations. Par exemple, porter du jaune voudrait dire que vous êtes d’humeur particulièrement sage voire méditative. Le jaune serait également le symbole du renouveau. C’est le cas notamment lors du festival hindou de Vasant Panchami qui marque le début du printemps.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Nitin Das

3. La couleur de la chance en Égypte

Couleur du deuil à l’époque des Pharaons, les Égyptiens ont gardé de ce lointain héritage l’idée que le jaune, qui ressemble quand même pas mal à l’or, pouvait leur porter chance. Et si en plus leur œil droit se met à trembler, les Égyptiens en sont convaincus, c’est jackpot assuré !

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Most likely Hamish2k, the first uploader

4. La couleur des fous et des prostituées en Russie

Au pays de Vladimir, les maisons jaunes désignent les hôpitaux psychiatriques depuis que celui des femmes situé à Saint-Pétersbourg a vu ses murs peints en jaune. Quant aux prostituésE, il faut remonter au milieu du 19ème siècle et au billet jaune qui leur était distribué pour afin de bénéficier de bilans de santé et de dentifrice gratuits ! Aujourd’hui encore en Russie, la presse jaune désigne les revues pornographiques.

5. La couleur de la sagesse au Tibet

Très présent dans le Bouddhisme notamment tibétain, le jaune symbolise l’humilité et la renonciation au matérialisme. Ce n’est pas pour rien si le Bouddha Ratnasambhava n’est jamais représenté en en rose fluo… mais bien en jaune qui pète. Même méditer sur la couleur jaune permettrait de transformer l’orgueil en sagesse. Vous avez 3 heures !

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : PHGCOM

6. Le jaune, symbole de joie et de mouvement pour les ricains

Longtemps malmené par les teintures capillaires de Donald Trump, le jaune (non pisseux) a repris des couleurs ces derniers mois, redevenant pour les Américains un symbole positif et optimiste. On le retrouve également régulièrement sur les panneaux de signalisation qui bordent les routes, sans oublier ceux qui trônent sur les taxis.

7. Le jaune cocu en France

Le jaune cocu ne date pas d’hier. Plus exactement, il faut remonter au 18ème siècle pour qu’une certaine Lady Wortley Montagu introduise en Occident le langage des fleurs, faisant au passage de la rose jaune, le symbole de l’infidélité. Une idée qui aurait pu passer inaperçue mais qui fit son bout de chemin dans la société française, au point que cent ans plus tard, les syndicats ouvriers attribuèrent le surnom de « jaunards » à tous ceux qui osaient trahir la cause prolétarienne en refusant de faire grève. Les caricaturistes de la Belle Époque (1874 à 1914) finirent de salir la réputation du jaune en dessinant systématiquement des accessoires de cette couleur pour désigner les hommes trompés.

8. La couleur de la jalousie en Allemagne

Le jaune a mis du temps à être réhabilité en Allemagne après avoir été sali par le régime nazi. A tel point que les autorités considèrent que le drapeau allemand est noir, rouge et or… et non jaune. Au-delà de cette symbolique officielle, il est d’usage de ne jamais offrir de fleurs jaunes à une personne à moins que l’on souhaite lui faire comprendre qu’on aimerait bien avoir la même vie qu’elle.