Le statut de freelance concerne de plus en plus de gens, parfois c'est bien pratique, parfois c'est bien relou, en tout les cas il y a plusieurs signes évidents qui permettent de reconnaître ces étranges énergumènes des temps modernes. Et si toi aussi tu en fais partie, HEYME a pensé à tout avec sa mutuelle santé prévoyance simplifiée.

Top partenaire [?]

1. Tu peux travailler à peu près n’importe où

Ton bureau, tu le trimballes avec toi et tu peux aller où bon te semble. Parfois c’est chouette, surtout à une époque de télétravail généralisé, tu peux migrer chez des amis (surtout ceux qui ont une super maison de campagne), tu peux voyager et travailler à distance. Parfois c’est relou parce que tu t’accordes moins de pause qu’au boulot.

2. Tu travailles à n’importe quelle heure du jour et de la nuit

Normal puisque tu n’as plus d’horaires imposés. La rançon de la gloire c’est que du coup tu bosses un peu tout le temps. Tout le temps, oui, MAIS QUAND TU VEUX. PARCE QUE C’EST TOI QUI DECIDES D’ABORD.

3. Tu as plein de boss

Si on dit souvent que les freelances sont leurs propres boss, en réalité ton employeur.se n’est pas une personne seule, ils sont aussi nombreux que tes projets en cours. C’est enrichissant bien sûr (dans tous les sens du terme), mais il faut bien reconnaître que c’est un poil crevant.

4. Tu deviens un as de la paperasse

Etre freelance, ça veut dire gérer sa propre compta (une souffrance que tu peux déléguer à une tierce personne mais généralement à tes débuts tu t’y colles tout.e seul.e comme un.e grand.e). Des mots comme URSSAF ne te font désormais plus peur et on t’admire beaucoup pour ça.

5. Tu es habitué à travailler solo dans ton coin

Normal puisque tu es ton propre patron, et aussi ton propre employé, et aussi ton propre comptable, et aussi ton propre collègue. Le petit souci c’est que toutes ces personnes sont imaginaires. Mais après tu es habitué.e à tenir la conversation avec ta cafetière et à te prendre la tête avec ton mur porteur.

6. Tu deviens super doué.e en négo

HAHAHA. Non c’est faux.

Mais disons qu’avec le temps tu apprends à reconnaître quand on te sous-paye. De là à le signaler, faut pas exagérer non plus.

7. Tout le monde pense que tu es blindé.e alors que pas du tout

Eh oui parce qu’on le rappelle : tu es ton propre patron. Et le patron doit payer des charges sur les salaires. A la fin, tes revenus semblent bien maigres par rapport à l’annonce de départ. C’est pas grave, mais il faut le savoir.

Crédits photo : Topito

8. Tu suis tout un tas de groupes Facebook dédiés à ton sombre statut professionnel

Pour chaque personne en freelance il y a une histoire différente, il est donc tout à fait logique que tu te poses à peu près 15 milliards de questions. Pour cela, rien de tel que les forums et les groupes Facebook sur le sujet.

9. Quand on te met sur un projet c'est TOUJOURS urgent

Tu n’échapperas pas aux petites phrases de l’angoisse du genre « C’est pour hier ! Nan je plaisante mais si ça peut être fait pour aujourd’hui ce serait top ». Respire, calme-toi, c’est pas grave, tout va bien se passer.

10. Soyons honnête, personne ne comprend vraiment ce que tu fais

Assez logique dans la mesure où tu fais souvent pas mal de trucs différents, que tu ne travailles pas dans une bureau classique avec des collègues chiants et une machine à café en panne. Pour tes parents, ça veut dire que tu ne travailles pas, mais ne t’inquiète pas nous on sait que tu trimes.

Et non être freelance ce n’est pas se la couler douce tous les jours dans son canapé, loupé ! Il y a toujours beaucoup d’à priori qui persistent le métier de travailleur indépendant n’est pas si simple. Pour simplifier votre quotidien HEYME pense à vous et crée une mutuelle santé et prévoyance qui s’adapte à votre statut et vos besoins sans prise de tête !