Hier soir, on a appris qu’on était en guerre et que cette guerre, on allait la passer chez soi. Si le terme confinement n’a pas été prononcé par le Président de la République, faut quand même souligner qu’il a l’art de la litote, parce que c’est bien de ça qu’on parle : un confinement. Mais comment tout cela va-t-il se passer ? Parce que c’est bien gentil de faire des annonces, mais ça ne répond pas à toutes les questions.

1. Il faut refaire une attestation chaque jour ?

C’est pas du tout clair, cette histoire ; parce que sortir son chien, c’est trois fois par jour. Une attestation à chaque fois ?

Réponse : Oui, il faut une attestation par jour. Soit c’est l’employeur qui la donne pour justifier le travail, soit c’est à toi de remplir la déclaration, soit en l’imprimant, soit sur papier libre. Le modèle est disponible ici.

2. Même pour descendre en bas de chez soi ?

Je veux dire, si je vais juste là en bas est-ce qu’on considère vraiment que je suis « sorti » ?

Réponse : Oui. Le principe c’est que tu dois pas sortir. Donc si tu sors, tu as besoin d’une attestation. C’est comme ça. Pas le choix.

3. On risque quoi ?

Oui parce que globalement, me faire engueuler par un flic, je m’en fous un peu.

Réponse : Tu risques pas mal. Tu risques une première amende de 38 euros dès demain mais, d’ici quelques jours, le montant passera à 135 euros. Les malades qui iraient dehors pourraient eux encourir une peine de prison. Sortir est devenu un truc interdit et tu le sais pas (enfin si, tu le sais, puisqu’on te le dit).

4. Pourquoi une attestation et pas simplement une discussion ?

A quoi bon faire une attestation sur l’honneur pour un truc qu’on pourrait justifier oralement ?

Réponse : Pour deux raisons. La première est symbolique : s’il suffisait de se justifier au cas où on croiserait des flics, tout le monde sortirait. La deuxième est légale. Avec une attestation, il y a moins de risque d’être traité à la tête du client.

5. On a le droit de sortir pour quels motifs ?

Genre aller voir son plan cul, c’est ok ?

Réponse : D’après Castaner, sont autorisées les sorties « nécessaires pour faire des courses ou pour les besoins de première nécessité, pour motifs de santé, pour les déplacements au motif familial impérieux, pour les personnes vulnérables, pour venir en aide à un proche dépendant ou pour des parents séparés pour aller chercher ou déposer les enfants. » Sont également autorisés les trajets pour se rendre à son travail si celui-ci est considéré comme indispensable.

6. Et Macron, il avait pas parlé de faire du sport ?

Bah ouais, du coup le foot est maintenu ?

Réponse : Non. L’activité physique restreinte est considérée comme une sortie nécessaire, mais il est interdit de rester trop longtemps dehors et surtout de faire du sport en groupe. On a le droit d’aller courir 45 minutes en faisant gaffe, mais pas de faire un foot. C’est aussi mort pour la pétanque.

7. Ça va vraiment durer que 15 jours ?

Parce que les rumeurs disaient 5 semaines…

Réponse : Pour l’instant oui, mais il s’agit de « 15 jours renouvelables ». En réalité, il y a peu de chances pour que le confinement se limite à 15 jours, car c’est à peu près le temps d’incubation de la maladie. Il est probable que cette durée sera allongée au fur et à mesure en concertation avec le corps médical, pour atteindre des durées comparables à celles décidées en Espagne et en Italie.

8. Comment ça se passe si ton employeur veut que tu viennes travailler alors que c'est pas indispensable ?

Bah ouais, en quoi mon travail est-il indispensable ?

Réponse : Alors là c’est très compliqué. D’après Muriel Pénicaud, l’employeur n’a pas le droit de refuser le télétravail quand celui-ci est possible. Mais ça veut dire quoi, possible ? Plein de boulots peuvent se faire à distance avec des outils adéquats, mais toutes les entreprises n’en sont pas pourvues. Bref, c’est à l’appréciation de chacun et il y aura fatalement des employeurs qui abuseront. Peu, on l’espère.

9. Y aura l'armée dans la rue ?

Logique, vu que « nous sommes en guerre ».

Réponse : Non. L’armée sera mise à contribution pour déplacer des malades d’une zone en saturation à une autre et ouvrira aussi ses centres de réanimation mobiles. Mais elle ne sera pas mobilisée pour faire respecter le confinement. C’est à la police que revient cette tâche.

10. On va mourir ?

Je me pose la question, là.

Réponse : Non. Mais tu risques par contre de te retrouver en pénurie de papier-toilette à cause de tous les cons qui pensent qu’ils vont mourir. Et pour ce qui est de mourir, tu peux savoir de quoi l’avenir sera fait grâce au quiz « de quoi vais-je mourir ?«

Tout devient plus clair. Et on le répète parce qu’on ne le dira jamais trop : restez chez-vous, respectez les consignes de sécurité, matez les meilleures séries Netflix de 2019 et prenez soin de vous. Merci.