Il existe deux types de personnes. Ceux qui restent statiques dans les escalators (d’après les études ils sont 75 % de lambins) et ceux qui marchent dans ces mêmes escalators (25 %, donc) pour aller plus vite. Et je fais irrémédiablement partie de la deuxième catégorie. Mais j’ai une confession à vous faire : je suis qu’un con. Faut pas faire comme moi. Toutes les études le prouvent. Pas que je suis qu’un con, mais qu’il faut pas faire comme moi. On vous explique pourquoi.

1. Les études prouvent qu'on avance plus vite quand on ne marche pas

Une étude scientifique a prouvé qu’il fallait rester statique dans les escalators pour aller plus vite. En gros, en observant simplement un escalator du métro de Londres, les chercheurs ont conclu qu’on pouvait faire passer près de 113 personnes à la minute sur un escalator où tout le monde se tenait statique contre seulement 81 personnes quand on laissait une voie libre aux usagers qui marchaient. D’un point de vue sociétal, il vaut donc mieux ne pas marcher.

2. C'est dangereux de marcher dans les escalators

La hauteur des marches dans les escalators est un tiers plus élevée que les marches standard des escaliers. De ce fait, les accidents peuvent arriver très rapidement. En octobre 2018, un gigantesque accident a ainsi blessé 20 personnes à Rome. Or, personne ne veut mourir en étant broyé par des escaliers mécaniques. En restant bien tranquillou, ça ne risque pas d’arriver.

3. Quand tout le monde se concentre sur la droite de l'escalator pour laisser passer les gens, celui-ci s'abîme

Parce que si on met tout le monde d’un côté de la machine, le poids endommage le dispositif. Et après on se retrouve avec des escalators hors service pendant des semaines dans le métro et on se plaint.

4. On s'évite l'étrange sensation d'être porté vers l'avant même quand l'escalator est en panne

Tout le monde connaît cette sensation : en mettant le pied sur un escalator en panne, le corps, habitué à être emporté vers l’avant, reproduit la sensation alors même que l’escalator n’est plus qu’un escalier comme les autres. Et bah c’est aussi parce qu’on a l’habitude de marcher sur l’escalator et donc de se servir de cette impulsion initiale pour avancer (on explique ces sensations étranges du quotidien dans un top). En restant tranquille, on se l’évite et on évite dans le même temps de se poser la question de pourquoi notre cerveau est aussi stupide, ce qui est toujours bienvenu.

5. De toute façon, on va nous l'interdire bientôt

C’est déjà le cas à Hong Kong et dans d’autres pays asiatiques : la croissance de la population fait que les flux de passagers sont toujours plus nombreux dans les transports et les centres commerciaux ; or, pour gérer ce flux, il va être nécessaire d’accélérer les temps de passage (voir point 1). De fait, il sera bientôt interdit de marcher dans les escalators donc autant se mettre au diapason avant de se prendre une amende ou de devoir se le faire rappeler par un contrôleur qu’on déteste.

6. La promiscuité avec les gens, c'est l'enfer

Alors vous me direz : oui, mais quand on reste debout sur un escalator on subit aussi la même promiscuité. Ok. Mais je vous ferai remarquer que c’est pas pareil d’être statique à côté de quelqu’un que de devoir frôler les gens, de leur toucher les fesses sans faire exprès et d’être gêné, de devoir dire « pardon » quinze fois de suite… Franchement, c’est un moindre mal.

7. Si tu veux vraiment aller vite, y'a des escaliers

Et si tu montes les escaliers 4 à 4, tu iras encore plus vite que sur l’escalator puisqu’il y aura moins de monde. Donc ton urgence a sa solution, et celle-ci ne passe pas par l’utilisation des escalators.

8. Ça évite de s'énerver

Parce que rien n’est plus pénible que de s’énerver contre un con de touriste qui prend toute la place avec sa valise à gauche alors qu’on veut passer mais que comme on est lâche on n’ose pas lui dire qu’il nous gêne alors on rumine en détaillant une litanie de jurons intérieurs et c’est crevant. Et le touriste n’est pas le seul ennemi de la personne pressée dans le métro. Au moins, si tu marches pas, tu t’évites ça et c’est tant mieux pour ta santé mentale.

9. S'il marche pas, ça fera une bonne excuse pour arriver en retard

Bah ouais, tu pourras dire : « je suis resté coincé dans l’escalator désolé, du coup je vais pas pouvoir venir bosser ». Et si on te dit : « Mais pourquoi tu as pas marché dans l’escalator ? », tu répondras : « Bah Topito m’a dit qu’il fallait pas et je suis très obéissant. » Et en plus tu auras suivi nos conseils pour t’occuper pendant que tu étais coincé dans l’escalator donc tu auras passé une bonne journée.

10. T'aimerais, toi, qu'un escalator te marche dessus ?

« Ne fais pas subir aux autres ce que tu n’aimerais pas subir toi-même. » Je sais pas si c’est Lao-Tseu qui a dit ça, mais c’était pas la moitié d’un con Lao-Tseu donc y’a moy’.

Dans mal en patience, il y a patience.