1789 : l’une des seules dates que même les plus incultes connaissent. C’est pour vous dire ! La Révolution Française, aka L’ÉVÉNEMENT historique qui a tout fait basculer, et avec lequel on nous rabâche les oreilles depuis toujours. Attention, il se pourrait que dans le flot de trucs qu’on vous a appris, quelques petites idées reçues se soient faufilées, on va déconstruire tout ça ensemble main dans la main.

1. Non, le 14 juillet 1789 ne marque pas le début de la révolution

Eh non ! La Révolution ne commence pas avec la prise de la Bastille ! Le processus se met en route quelques mois avant. L’élément déclencheur a lieu le 5 mai de la même année, le jour-là où le roi Louis XVI réunit les États généraux pour essayer de trouver un accord sur une réforme de l’impôt, pour faire face à un pays bien endetté. Les députés du tiers état, fâchés de ne pas avoir d’avis prépondérant, se rebellent. Le 20 juin, ils se réunissent et se promettent de donner une constitution au royaume, pour remplacer l’ordre ancien. Cette promesse-là est plus connue sous… Le serment du Jeu de paume. Le 14 juillet marque simplement l’entrée d’un nouvel acteur sur scène : le peuple.

Crédits photo (Domaine Public) : Jean-Pierre Houël

2. Non, l'assaut de la Bastille n'était pas destiné à libérer les prisonniers politiques

Le jour de l’assaut, seuls 7 prisonniers étaient enfermés entre ces murs. 4 faussaires dont les procès étaient en cours d’instruction, 2 fous, et un noble enfermé sur demande de sa famille. C’est tout. Si les révolutionnaires ont décidé de faire tomber cette prison, ce n’est donc pas pour les détenus, mais tout simplement pour récupérer des munitions. C’est, en tout cas, l’explication donnée par de nombreux historiens. La forteresse, considérée comme un symbole de domination et d’oppression monarchique, a continué à être lentement démolie.

3. La Marseillaise n'a certainement pas été écrite à Marseille

Comme son nom ne l’indique absolument pas, la « Marseillaise » est en réalité… Strasbourgeoise ! Eh oui, le 24 avril 1792, la France est en pleine guerre contre l’Autriche. Le maire de Strasbourg (le baron de Dietrich) reçoit des gradés, dont l’officier, désormais célèbre, Claude Joseph Rouget de Lisle. Sachant l’homme mélomane, le maire l’invite à composer un chant capable de galvaniser les troupes républicaines. Et boom, notre hymne national né, à Strasbourg. Si le chant s’appelle « La Marseillaise », c’est parce qu’il est, par la suite, récupéré par les volontaires marseillais qui s’apprête à rallier Paris pour soutenir les révolutionnaires. Lorsqu’ils entrent dans la capitale le 30 juillet 1792, ils entonnent ce chant, rebaptisé alors « Chant de guerre des armées aux frontières ». Bon après, vous ne seriez pas chaud pour qu’on modernise tout ça?? C’est un peu hors contexte aujourd’hui, ce truc, non ?

4. La guillotine n'a pas vraiment été inventée sous la révolution

Disons que c’est une demi-idée reçue. Disons qu’on n’a pas attendu la Révolution pour faire tomber des têtes, au sens propre du terme. On n’a pas non plus attendu la Révolution pour inventer des machines à décapiter ! Plus de deux siècles auparavant, on trouve déjà la « mannaia » en Italie et le « maiden » en Écosse. Le Dr Guillotin s’inspire de ces deux appareils pour proposer, devant l’Assemblée nationale, une machine capable de « faire sauter la tête en un clin d’œil », en 1789. En 1791, la guillotine devient l’instrument systématique de mise à mort judiciaire, car elle met fin aux morts lentes et douloureuses causées par la pendaison ou l’écartèlement. La guillotine en tant que telle est donc vraiment apparue pendant la Révolution, mais les machines à décapiter existent depuis bien plus longtemps.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Sylvain Larue

5. Finalement la guillotine n'a pas tué TAAAAANT de monde que ça

Environ 17 000 personnes ont été guillotinées pendant la Révolution, dont Louis XVI et sa famille. C’est beaucoup, mais par rapport aux quelque 50 000 morts abattues ou décédés de maladie dans les prisons ou les 200 000 morts dans la guerre civile qui éclate en Vendée en mars 1793, bah la guillotine, finalement… C’est loin d’avoir été l’arme la plus meurtrière.

6. La Révolution Française n'est pas un mouvement antireligieux

En 1789, la France est profondément chrétienne. La Révolution ne change pas la donne. D’ailleurs, nombreux sont les hommes d’Église, notamment des prêtres, qui prennent part à la Révolution (cc l’Abbé Grégoire) ! Le député montagnard avait d’ailleurs déclaré » Jésus-Christ a été le premier des sans-culottes ».

Crédits photo (Domaine Public) : Pierre Joseph Célestin François

7. Non, la Révolution Française de 1789 n'a pas directement conduit au renversement de la monarchie

Nope, nope, nope ! Les révolutionnaires de 1789 instaurent d’abord une monarchie constitutionnelle. En effet, le 14 septembre 1791, la Constitution française entre en vigueur, mais on est encore loin de la première République ! Ce jour-là, le roi Louis XVI prête serment et devient roi des Français sous régime de monarchie constitutionnelle. Rupture avec la monarchie absolue, mais continuité, toujours, du système de royauté. Il faudra attendre le 22 septembre 1792 pour que la monarchie soit abolie, et que la première République soit finalement proclamée.

8. Le célèbre "qu'ils mangent de la brioche" de Marie-Antoinette... Plutôt une légende qu'autre chose

Vous avez sûrement entendu parler de cette histoire, peut-être même en cours d’histoire, eh pourtant… C’est visiblement une sombre fake news ! La rumeur raconte que, lorsqu’on a dit à Marie-Antoinette que le peuple n’avait plus le moindre bout de pain à manger, elle aurait simplement répondu « Qu’ils mangent de la brioche ! ». AH. AH. AH. Très drôle Marie. Si cette phrase a peut-être bien été prononcée par une princesse, rien ne prouve réellement qu’elle fut sortie par la femme de Louis XVI.

Bon, après, y’a pas que des mythos, hein. On doit quand même beaucoup de choses à cette Révolution !

Sources : Ça m’intéresse, l’internaute