Puisque avoir ses règles pendant des décennies ne suffit pas, quand elles décident enfin de nous foutre la paix, VLAN, c’est la ménopause qui se pointe (la ménopause correspond à la fin des règles et à l’arrêt du fonctionnement des ovaires. A partir de là, ils ne produisent plus ni oestrogènes, ni progestérone.). Se débarrasser d’un boulet pour en récupérer un nouveau SU-PER. Trop easy d’être une meuf. Heureusement pour nous, tous les mythes qu’on entend sur cette période ne sont pas vrais. Un petit top qui devrait vous rassurer, mesdames.

1. La ménopause fait forcément grossir

En effet, avec l’âge, on peut prendre un peu de poids, mais ce n’est pas directement lié à la ménopause. Avec le temps, il y a une réduction du métabolisme, et donc, l’organisme brûle moins vite les calories. Ce qui est vrai, c’est que la silhouette change avec la ménopause. En fait, ce sont juste les graisses qui changent de place. Avant la ménopause, elles se stockent principalement dans le bas du corps (cuisses, ventre, fesse). Après la ménopause, la distribution de la masse grasse se rapproche de celle des hommes : elles migrent vers l’abdomen. La silhouette peut aussi changer à cause d’une insuffisance hormonale favorisant la rétention d’eau, les gonflements ou un peu de cellulite dans certains cas. Et ce n’est pas grave du tout. C’est juste l’évolution de la vie et du corps. C’est beau.

2. La ménopause arrive avec vos 50 ans

Eh non ! 51 ans est l’âge moyen, mais vous pouvez l’avoir plus tôt (même à partir de 30 ans) ou bien plus tard : certaines femmes ne sont ménopausées qu’à 60 ans ! Dans tous les cas, ce n’est pas grave du tout. L’âge de la ménopause peut-être influencé par certains facteurs extérieurs comme le fait de fumer ou de prendre certains médicaments, mais c’est surtout une question génétique. D’ailleurs, l’âge de la ménopause est souvent héréditaire : si une femme l’a eu tardivement, il y a de grandes chances pour que ce soit également le cas de sa fille.

3. Plusieurs mois sans règle veut forcément dire que vous êtes ménopausée

Avant la ménopause, vous passez par deux autres phases : la péri et la pré ménopause. C’est là que vos cycles menstruels commencent à s’allonger, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de follicules et que la sécrétion d’œstrogènes s’arrête. On considère que vous êtes ménopausées seulement si vous n’avez pas eu vos règles pendant une année entière. D’ailleurs, ce n’est pas parce que vous n’avez pas vos règles pendant des mois que vous ne pouvez plus tomber enceinte. Avant la ménopause, il est donc conseillé de continuer votre contraception, si vous en avez une.

[ g y n é c o ] Vers l’âge de 50 ans, le corps d’une femme subit un changement hormonal de taille : le processus de la...

Posted by Santé Magazine on Monday, October 18, 2021

4. L’âge des premières règles influence l'âge de la ménopause

Ce point confirme le précédent : l’âge de la ménopause dépend de la génétique, de l’hérédité et de quelques facteurs extérieurs. Avoir vos règles à 10 ans ne veut pas dire que vous serez ménopausée à 40, tout comme les avoir à 18 ans ne veut pas dire qu’elles disparaîtront à 60. Voilà.

5. La ménopause entraîne une dépression

Il faut différencier dépression clinique et sautes d’humeur. Si la ménopause et le changement hormonal important peuvent entraîner un bouleversement de l’humeur, on ne parle pas de dépression clinique, qui, elle, nécessite un traitement. La dépression n’est donc pas un symptôme avéré de la ménopause.

6. La ménopause marque la fin d'une vie sexuelle active

FAUX ! Voilà un des plus gros clichés à propos de la ménopause. Eh bien mesdames, soyez rassurées, selon les sexologues, la ménopause ne marque en aucun cas une pause dans la sexualité récréative ou dans la possibilité d’avoir des orgasmes ! S’il est vrai que la baisse de testostérone (eh non, ce n’est pas que pour les hommes) peut diminuer la libido chez certaines femmes, l’inverse est aussi vrai ! Pour de nombreuses personnes, la variation des taux de cette hormone, mais aussi de l’œstrogène et de la progestérone, augmente l’appétit sexuel.

7. Une fois ménopausée, plus besoin d'aller chez le gynéco

NON, NON et NON. Ne plus être réglée n’est pas une raison valable du tout pour fuir ces rendez-vous médicaux. De 50 à 74 ans, les mammographies de dépistage du cancer du sein doivent être faites tous les 2 ans. Jusqu’à 65 ans et à partir de 25 ans, des examens sont aussi fortement conseillés pour prévenir les risques de cancer du col de l’utérus. On sait que ce n’est jamais une partie de plaisir, mais on prend soin de soi et de sa santé, s’il vous plait.

8. On a forcément des symptômes

Pas complètement faux, mais à nuancer ! Le seul symptôme que toutes les femmes ont à la ménopause : c’est l’arrêt des règles. Pour tous les autres symptômes, rien de systématique ! Vous pourrez très bien vivre votre meilleure vie, et on se réjouit pour vous, comme cumuler des éléments désagréables (bouffées de chaleur, problèmes urinaires, troubles de l’humeur, fragilité osseuse ou encore sécheresse vaginale) et on vous soutient.

9. Les symptômes durent toute la vie

Heureusement pour celles qui sont symptomatiques, non ! Dans la majorité des cas, les deux premières années sont les plus désagréables. En général, il faut entre 4 et 7 ans à votre corps pour s’habituer à la chute hormonale. Passé ce laps de temps, les désagréments disparaissent dans la majorité des cas. Bien sûr, chaque personne est différente, et certaines mettent malheureusement plus de temps à s’adapter, mais promis, ça viendra.

Encore un tabou en train de tomber ?

Posted by ELLE on Wednesday, February 2, 2022

10. La ménopause est purement réservée aux femmes (comme les règles, youpi)

Eh bien, navrée de détruire toutes vos croyances, mais non ! Les hommes sont, eux aussi, confrontés à une chute hormonale liée au vieillissement. On parle alors d’andropause ou de « ménopause masculine ». En revanche, ce phénomène masculin est bien différent que celui connu par les femmes : du côté des hommes, le changement est bien plus progressif et ne marque pas la fin de la fertilité.

Les idées reçues ont la dent dure, surtout quand il s’agit de parler de sexualité ou de question de santé encore (beaucoup trop) tabous. Mais vu qu’on est gentil et solidaire, on vous a déjà déconstruit des idées reçues sur la première fois ou sur le périnée. SPOILER ALERT : ce n’est pas que pour les meufs.

Sources : Bright Side , Santé magazine, ça m’intéresse, femmes actuelles