La critique est au monde ce que le monde est à la vie, un miroir déformant et néanmoins lucide de l’intrinsèque et du caché. Inextinguible paradoxe de ces écrits laissés, lassés, pour être lus, mais qui n’expriment au fond qu’une subjectivité, fatalement partiale, forcément partielle, poil aux aisselles.

1. <i>Pédale dure</i> de Gabriel Aghion

« Sur l’homoparentalité, et avec un Bertrand Blier digne des Côtelettes aux dialogues, cette non-suite mal titrée est la plus mauvaise pioche du réalisateur, toute en fausses bonnes idées. »

Ce qu’on appelle un gros coup de pédale dans la gueule.

2. <i>Independance Day Resurgence</i>, de Roland Emmerich

« Triste constat : l’original, nanar à la gloire des Etats-Unis, fait, en comparaison, figure de chef-d’oeuvre. »

Vous entendez ce bruit de mitraillette ?

Source photo : Giphy

3. The Last Face, de Sean Penn

« Ralentis, zooms, effets musicaux incongrus, tout est si obstinément ridicule que le message humaniste se dissout dans le grotesque. »

Critique des Cahiers : « Peut-être le plus mauvais film du monde »

4. <i>San Antonio</i> de Frédéric Auburtin

« Rien ne va dans ce film : scènes d’action ruineuses pour les jeunes, tirades supposées salaces pour les vieux… Le film ne cesse de se zapper lui-même. »

Et nous de zapper finalement.

Source photo : Giphy

5. <i>Vercingétorix</i> de Jacques Dorfmann

« Le bide du siècle, par Toutatis ! »

6. <i>L'Ile aux trésors</i> d'Alain Berbérian

« L’Ile aux trésors n’est qu’une idée de film, avec des acteurs qui rament pour faire vivre des personnages réduits à des déguisements. »

Le coup des déguisements, c’est sympa pour la costumière.

7. <i>Promenons-nous dans les bois</i> de Lionel Delplanque

« Clotilde Courau hurle tellement faux qu’on en meurt… de rire. »

J’aime bien l’idée qu’elle joue tellement faux qu’elle en vient à hurler faux.

8. <i>Terre champ de bataille</i> de Roger Christian

« Sachant que le scénario est adapté de L. Ron Hubbard (…) et qu’il y a Travolta (…), on traque l’embobinage dans les recoins de ce pot-pourri SF. Inutile, puisque tout est dit au premier degré. »

Je te tiens, tu me tiens, par la violence gratuite.

Source photo : Giphy

9. <i>Donjons et dragons, la puissance suprême</i> de Gerry Lively

« Un grand moment de comique involontaire. »

Un grand moment de critique volontaire.

10. <i>Beowulf</i> de Graham baker

« Cette croisade désespérément cheap, mâtinée de kung-fu et d’érotisme toc, est aussi ennuyeuse qu’un vieux jeu vidéo dont on connaîtrait tous les pièges. »

Violence des échanges en milieu médiéval.

11. <i>Cinéman</i> de Yann Moix

« Avec cet hommage à la magie du cinéma, Yann Moix a commis le pire des navets : un héros inutilement ringard, un scénario bâclé, des acteurs en roue libre et un montage au petit bonheur la chance. »

L’étape d’après, c’était la comparaison à un téléfilm moldave.

12. <i>Incontrôlable</i>, de Raffy Shart

« Même Michaël Youn, pro de la provoc régressive, a déjà été plus drôle. »

Comment doublement attaquer un film tout en saignant un mec.

Source photo : Giphy

13. <i>Bimboland</i>, d'Ariel Zeitoun

« Moralité de cette comédie vite essoufflée : si une fille est intelligente, elle est forcément moche. Si elle est belle, elle ne peut qu’être conne. »

Substantifique moelle de bêtise résumée en une phrase.

14. <i>Gomez et Tavarès</i> de Gilles Paquet-Brenner

« L’intrigue, anémiée, se réduit à des poursuites médiocrement filmées et des dialogues éléphantesques. C’est ça, le nouveau cinéma d’action français ? »

Apparemment, oui.

15. <i>Le Raid</i> de Djamel Bensalah

« Des loub’ de banlieue, teint d’endive et résistance zéro, crapahutant entre forêt vierge et rapides bouillonants ? L’idée fait sourire, le film non. »

En revanche, plus personne ne dit loub’ depuis 1980.

Source photo : Giphy

16. <i>Blanche</i> de Bernie Bonvoisin

« Blanche se plante dans un improbable no man’s land de cinoche en carton-pâte. »

IL Y A QUELQU’UN ?

17. <i>Les fils du vent</i> de Julien Séri

« Les fils du vent est un long clip speedé, du cinéma mécanique, plombé par des préceptes de pacotille mêlant sans grâce taoïsme, culture samouraï et valeurs hip-hop. »

Ca marcherait aussi presque pour un Dolan.

Source photo : Giphy

18. <i>Le Concile de Pierre</i> de Guillaume Nicloux

« Une actrice bankable n’est pas forcément une bonne actrice. Un roman à succès ne fournit pas forcément la base d’un scénario de qualité. »

Un film de merde n’est pas toujours agréable à regarder.

19. <i>Humains</i> de Jacques-Olivier Molon et Pierre-Olivier Thévenin

« Mal fichu et malheureusement ridicule. »

Deux fois mal dans une phrase. C’est pas bien.

20. <i>L'Entente cordiale</i> de Vincent de Brus

« On a rarement vu scénario de comédie aussi affligeant d’à-peu-près et d’invraisemblance. Les deux comédiens rament, jamais stimulés par leur mariage façon carpe et lapin. Francis Veber, à côté, c’est du Lubitsch. »

Double dézingage.

Deal with it Telerama.

Source : Allociné