Pendant le confinement, on va tous connaître des hauts et des bas. On va tous déprimer un peu, c'est normal. Mais pour certains, l'isolement, l'ennui et les peurs peuvent déclencher des angoisses compliquées à gérer, et si vous faites partie de ces personnes, sachez qu'il est toujours bénéfique de parler, d'échanger et d'avoir un contact humain pendant cette période. !

Top partenaire [?]

Ce top nous est grandement inspiré du Petit guide du confiné conçu par la psychologue Mélanie LAFOND.

1. Limiter les chaînes d'info continue à la télé

Lorsqu’on est face à un drame ou une catastrophe, on a tendance à rester des heures devant les news. Pourtant, je vous rassure, ces deux chaînes n’ont pas plus de trucs à dire que les autres médias. En revanche elles le disent de manière un peu plus alarmante, sans jamais s’arrêter, avec beaucoup plus de spécialistes en carton. Bref, continuez de vous tenir informés bien sûr, mais limitez la consommation d’information (pas plus d’une ou deux fois par jour et pas plus d’une demi heure à chaque fois). Déjà vous retiendrez mieux ce que vous lirez/verrez/entendrez et vous serez moins submergés par les infos anxiogènes du type « on va tous mouriiiiiiiiiiiiiiiir ».

2. Ne pas actualiser votre feed Facebook/Twitter/Instagram/Copains d'avant toutes les 3 minutes

De la même façon, les réseaux sociaux bien que salvateurs quand on est coincé seul.e.s chez soi, doivent aussi être limités. Parce que tout est fait pour qu’on s’y perde des heures durant et on en sort généralement peu grandi (même si les photos de cette meuf en maillot de bain que tu ne connais pas t’ont redonné un tout petit peu goût à la vie).

3. Accepter que par moment dans la journée, on a le droit d'avoir un petit coup de mou

Eh oui faut apprendre à accepter ses émotions. Inutile de vouloir passer pour un.e vaillant.e au cœur de pierre, maître de ses sentiments. C’est normal de se taper des coups de flippe, d’être irrité, ou d’avoir une furieuse envie de manger des fraises (quoique sur ce dernier point c’est peut-être le signe que vous êtes enceinte de 13 mois et en plein déni de grossesse confinée). Alors on assume, on chiale si on a envie de chialer et on évite de s’énerver sur nos proches quand on sent qu’on est au bout du roll’s. L’avantage c’est qu’en assumant vos moments ras-des-pâquerettes, vous apprécierez d’autant plus les moments de joie intense, comme par exemple quand vous avez réussi à finir cette grille de mots fléchés Force 4 en moins de 15 minutes.

4. Privilégier les sources d'informations fiables et laisser tomber tous les messages qui commencent par "Info de la cousine du voisin de la mère travaillant au ministère du coronavirus..."

On l’a déjà dit d’une certaine façon avec les chaînes d’info continue et les réseaux sociaux. La surabondance d’info en temps de crise crée davantage d’anxiété. Et concernant les groupes Whatsapp obscures que tous tes membres de la famille et tous tes potes ont créé, il est tout aussi important de filtrer les infos inutiles des infos inutiles (oui parce qu’en fait, en vrai y’a rarement des infos utiles).

5. Faire des exercices de respiration, de relaxation et de méditation

Ça tombe bien, on t’a sélectionné quelques applis anti-stress ainsi que tous les objets pour t’aider à mieux dormir.

6. Continuer de passer des petits coups de fil à ses proches

Si dans ta vie d’avant le confinement tu rechignais systématiquement à répondre au téléphone, tu as dû réaliser qu’en confinement on a vachement plus envie de répondre au moindre coup de fil, et plus fou encore, de composer soi-même des numéros de gens qu’on aime bien, ou même des gens qu’on aime pas. Parce que ça fait juste du bien de parler à d’autres gens. Tant mieux, continue à entretenir cette fibre sensible, c’est aussi le meilleur moyen de prendre des nouvelles de tes proches qui pourraient notamment être plus exposés au virus.

7. Ecouter des podcasts (qui ne traitent pas forcément de l'actualité)

La radio et les podcasts sont vivement recommandés, parce qu’ils ne font pas appel à tes jolis yeux et te permettent une meilleur concentration, et peut-être même une meilleure évasion.

Et si tu te demandes quoi écouter, pas de panique, on t’a concocté la liste des meilleurs podcasts tout genre confondu, les meilleurs podcast qui parlent d’humour, les meilleures fictions sonores, et pour les parents en galère, on vous a aussi sélectionné les meilleurs podcasts pour enfants.

8. S'accorder un espace de temps seul.e si l'on est confiné avec d'autres gens

Même si notre famille on l’aime beaucoup, pour éviter de péter un câble, il est vivement recommandé de s’en échapper une petite demi-heure chaque jour. Bien sûr c’est pas évident pour tout le monde mais il vous suffit de l’exprimer gentiment. Même mettre des boules Quies pour ne plus entendre les autres pendant un petit laps de temps peut se révéler salutaire.

9. Rendez-vous utiles !

Parce que l’entraide a ceci de chouette qu’elle nous fait aussi du bien, c’est le moment de proposer votre aide à vos voisins plus âgés, ou n’importe quel voisin d’ailleurs, aider pour les courses, prêter du matériel, offrir un repas. C’est aussi le moment de soutenir des associations qui se battent comme elles peuvent pour maintenir la distribution alimentaire. Si jamais tu es en panne d’idée tu peux retrouver tout plein de conseils de la Croix-Rouge Française pour se rendre utile sur cette page.

10. Se prévoir un planning d'activités pour la journée

Inutile de t’imposer de relire tout Proust et de faire 17 pompes par minute. Mais juste une petite routine pour donner du sens à ta journée : te lever à une heure précise, te donner des objectifs surmontables. Le confinement nous donne aussi l’occasion de revoir quelles sont nos priorités dans la vie, par exemple tu peux constater que c’est pas si horrible une vie sans shopping, tant mieux. Et si à la place tu te mettais à apprendre le tricot ? Ou à finir un Rubik’s Cube ? L’important c’est de privilégier les activités qui te font du bien.

11. Préserver son hygiène de vie (lave ce jogging que tu portes tous les jours depuis deux semaines, pitié)

Ça fait suite au point précédent mais on le redit : c’est pas parce qu’on est en confinement qu’il faut se faire caca dessus et manger son cérumen. Fort heureusement, il nous est tout de même possible de maintenir une hygiène de vie correcte. Donc on se sort les doigts pour se mijoter des petits plats (parce que la tartiflette non-stop depuis deux semaines, ça commence à peser sur le karma). Laissez tomber les grignotages, lavez-vous tous les jours (même si vous avez l’occasion rêvée de faire une cure de sébum) et vous tapez pas des acides ou des champi hallucinogènes.

12. Maintenir son rythme de sommeil

Encore une fois, même si le confinement a un effet léthargique, essayez de ne pas passer votre journée affalés sur le canap, ni de vous réveiller à 18h tous les jours. Il est conseillé au contraire de maintenir le rythme de sommeil que vous aviez avant le confinement, ce qui n’empêche pas bien sûr de faire quelques écarts. Comme dans la vie normale en fait.

13. Faire un peu de sport tous les jours

Durant le confinement, il est davantage conseillé de faire un petit peu de sport tous les jours plutôt qu’une grosse séance hebdomadaire. Pas la peine de faire 2 heures de gainage par jour, quelques exercices suffisent pour te maintenant en forme et t’aider à compenser ton absence totale d’activités.

14. Ne culpabilisez pas

Avec le confinement, on a l’impression d’avoir plein de temps libre enfin à disposition pour faire tout ce qu’on ne fait pas d’habitude en particulier sur le plan culturel : regarder des films, lires des livres etc. Malgré cette offre culturelle pléthorique, il n’est pas forcément aisé de se plonger dans La guerre et la Paix ou de vous lancer dans Lawrence d’Arabie. En fait c’est normal, votre cerveau n’est pas complètement disponible lâcher prise. Ne culpabilisez donc pas et suivez tous nos conseils, plus vous serez dans une ambiance sereine, plus vous serez disposé à engloutir de la bonne grosse littérature.

Et sinon, tu peux bien sûr lire tous nos tops, il y en a plus de 20 000, vous me finissez ça avant fin avril ? Le premier qui a tout lu gagne un dérogation de déplacement.

Source : Petit guide du confiné (conçu par la psychologue Mélanie LAFOND)

Si malgré tous ces conseils, vous vous sentez isolé.e ou vulnérable en cette période de confinement, il est important d'en parler ! La Croix-Rouge française a mis en place "Croix-Rouge chez vous", une plateforme téléphonique de soutien pour toutes les personnes isolées ou vulnérables. Et pour continuer à soutenir la Croix-Rouge pendant le confinement, il est évidemment toujours possible de faire un don !