On a beau en bouffer toute l’année, tous les soirs, dès qu’on mate un film ou une série, après chaque repas en guise de dessert, chaque année on se réjouit de l’arrivée de Pâques, occasion de s’empiffrer plus que de raison de chocolat.

Faut dire qu’à cette occasion, on peut les cacher ce qui rend leur consommation légèrement plus ludique. Toutefois, le choix des chocolats pour lesquels nous optons à Pâques est assez déterminant dans notre profil psychologique.

1. L'oeuf Kinder

Parmi les classiques des classiques, l’œuf Kinder reste la star des chocolats de Pâques EVIDEMMENT. Même si cet objet fait partie étrangement des aliments interdits aux Etats-Unis, allez comprendre.

Notre analyse : depuis ta plus tendre enfance, tu es victime du Kinder Surprise et plus précisément de la surprise qu’il contient. 98 % du temps, cette surprise est nulle mais tu continueras à perpétuer la tradition parce qu’il n’y a rien de plus beau que de manger un œuf et de trouver un cadeau en plastique à l’intérieur.

2. Le lapin Lindt

Evidemment il y a d’autres lapins. Mais le lapin Lindt c’est quand même un peu plus classe, regardez-moi ce petit ruban rouge en velours. Et puis y’a écrit quand même « lapin or », ça veut bien dire que c’est pas en toc.

Notre analyse : tu es une personne distinguée mais aussi extrêmement riche en argent de poche.

3. Les panachés de petits œufs

Là au moins pas de chichi, vous trouverez du chocolat au lait, du chocolat noir, du blanc, du praliné. C’est la fête du slip du chocolat.

Notre analyse : tu as un problème avec la notion de libre arbitre, pour toi le moindre choix représente l’absence d’un autre choix. « Et si j’avais mangé un chocolat au lait plutôt qu’un chocolat noir, est ce que je me ferai vacciner avant juin 2021 ? ». Seule solution pour rester stable : le panaché.

4. Les Schoko-bons

Les Schoko-bons ont fait beaucoup de mal à la langue française en s’arrogeant le droit d’orthographier n’importe comment ce « schoko ». D’autant plus qu’ils se présentent eux-mêmes comme naturellement « bons » alors que c’est pas à eux de le dire. Bon après c’est vrai qu’ils sont vraiment super bons.

Notre analyse : pour toi, chocolat rime avec partage (mais seulement pour toi, parce qu’en réalité « chocolat » ça ne rime pas du tout avec « partage » en fait).

5. Les œufs de Pâques en sucre

Euh.

On a parlé des chocolats de Pâques.

QU’EST-CE QUE VOUS FOUTEZ LA BORDEL ?

Notre analyse : out of competition. nul. naze.

6. Les œufs Milka avec du lait à l'intérieur

Les œufs Milka ne sont pas pour tout le monde. D’abord ils ne sont pas pour les gens qui souffrent de cholestérol, mais pas non plus pour les fragiles du chocolat. Je m’explique : on a ici affaire à un combo de chocolat bien sucré en quantité non négligeable. Si vous êtes plutôt abonnés au carré de chocolat cru et noir à 90 %, vous risquez de faire un malaise, mais si vous aimez la vie vous serez heureux.

Notre analyse : Tu as une espérance de vie assez courte, mais tu as compris que quitte à vivre vite, il fallait vivre fort. Tu n’as pas peur de faire des choix qui ne plairont pas à tout le monde et d’assumer tes convictions.

7. Des Raffaelo

Perso, j’ai rien contre les Raffaelo, mais bon les Raffaelo en chocolat de Pâques…

Notre analyse : Tu sors.

8. Des Célébrations

Et si je prenais des Mars ? Ou sinon des Snickers ? Ou alors des Bounty ? Ou peut-être des Kit-Kat ?

Non attendez.

Et si je prenais tout à la fois ?

Notre analyse : là encore, on n’est pas sur un choix franc du collier. On voit bien que vous avez acheté ça parce que vous ne connaissiez pas les goûts des personnes à qui ils étaient destinés. Bon après on vous en veut pas, personne n’est jamais vraiment déçus par les Célébrations.

9. Des sardines pralinées

Ça vous arrive de vous demander à quel moment on s’est dit que les sardines seraient un bon motif de chocolat ?

Notre analyse : tu es Gémeaux ascendant Sardine.

10. Le père Noël en chocolat

Pas impossible que tu en trouves en promo sur les fins de rayons.

Notre analyse : tu es une grosse radasse.