Monsieur X s’en va aujourd’hui. 15 ans de boite, ça fait un bail. Alors forcément à 18h00 à la cafet, c’est la fête pour au moins un 1/4 d’heure. Sourires de circonstance et verres en plastique de mousseux tiède levés bien haut. Les chips à la crevette se ramassent à la pelle, les souvenirs et les regrets aussi…

1. "A un moment, j'ai failli te le dire qu'il voulait te virer"

Et puis j’ai oublié. C’est con.

2. "Comment tu t'appelles déjà ?"

C’est fou que je m’en rappelle pas hein ? Et tu étais là genre tous les jours ? Incroyable.

3. "Mais tu faisais quoi en fait, j'ai jamais compris..."

Ah ouais, d’accord… Tu vas nous manquer hein

4. "Ce qui est bien avec ce licenciement c'est que tu vas avoir du temps là, plein de temps"

D’ailleurs t’as quel âge ? Tout ça ? Ah ouais remarque maintenant que tu le dis.

5. "Tu pourras répondre au mail que je t'ai envoyé hier stp ? J'aimerai bien réglé ça avant que tu partes"

Tu seras bien aimable. Merci.

6. "Bernard qui fait un AVC, toi qui te fait virer comme une merde, un mec sur ma place de parking... c'est la loi des séries"

La vie est une chienne, hein ?

7. "Je t'envie de partir d'ici. Enfin pas le licenciement, mais... enfin tu vois quoi "

Bon je retourne à mon bureau, salut Bernard. David, pardon.

8. "Oh maintenant je peux te le dire, Sebastien il ne peut pas te sentir"

Sournois hein le mec, il fait le mec sympa, mais c’est lui qui te fait virer

9. "Tu vas pouvoir regarder 'Derrick', tranquille peinard. T'as Salto ?"

Et les Chiffres et les Lettres aussi. Chanceux va.

10. "On reste en contact hein, on s'écrit, vu qu'on ne l'a jamais fait avant"

Pour se dire quoi ? on verra…

Allez reprenez du mousseux, après tout c’est un jour heureux.