Tout au long de l’histoire on les a nommé tantôt cocottes, tantôt courtisanes, tantôt des filles de mauvaise vie ou plus joliment des filles de joie… Mais on connait moins l’influence qu’elles ont pu avoir sur certains événements, c’est pourquoi on revient sur ces prostituées parfois célèbres que l’histoire n’a pas oublié.

1. Marie-Madeleine

Celle qu’on appelle aussi Marie de Magdala ou la Magdaléenne sort tout droit de la Bible (un bouquin qui n’a même pas reçu le prix Goncourt, choquant). Disciple de Jésus, elle est aussi nommée dans l’Évangile de Luc comme la « pécheresse dans la ville », alors forcément c’est devenu un peu la prostituée légendaire (ils étaient hyper relou dans la Bible, ils utilisaient vachement d’images plutôt que des vrais mots, alors forcément on s’est trompé sur nos interprétations). Bref c’est pas de sa faute à la Madeleine puisqu’elle habitait à Magdala et cette ville était un peu le Sin City de l’époque.

Crédits photo (Domaine Public) : Shakko

2. Madame Claude

Oouuuuais OK on passe un peu du coca light (je sais pas si cette vanne marche vraiment à l’écrit) dans la mesure où Madame Claude n’a pas grand chose à voir avec la Bible. En l’occurrence elle est née à Angers en 1923 et s’appelle Fernande Grudet à la base. Eh bien, sachez qu’avant de devenir Madame Claude, Fernande a été dans la Résistance et qu’elle a exercé un paquet de métiers avant de créer son réseau de prostitution à Paris dans les années 60. Et elle a vu passer un paquet de grands noms dans ses salons parmi lesquels on a même pu citer John F. Kennedy ou même Marlon Brando. Oui, oui. Il faudra attendre 92 pour qu’elle soit incarcérée à Fleury-Mérogis parce que quelque part elle était un tout petit peu proxo sur les bords.

3. Heidi Fleiss

Moins connue en France, c’est un peu la Madame Claude des Etats-unis, autrement nommée “Hollywood Madam”. Née en 1965, elle a ainsi été à la tête de l’un des plus grands réseaux de prostitution du pays avec un carnet de clients parmi lesquels on a pu compter de nombreux politiques et de stars d’Hollywood. En 1997 elle est accusée de proxénétisme et d’évasion fiscale.

Crédits photo (CC BY-SA 2.0) : Daniel Dacumos, from Valencia, USA, robotgoboom at Flickr.

4. Gerda Munsinger

Née en 1929 en Allemagne de l’est, elle est accusée d’espionnage pour le compte des soviétiques. Pour cela, elle se prostituait. Elle fut au centre d’un énorme scandale politique au Canada à la fin des années 1960 qui lui donna le joli surnom de « Mata Hari de la guerre froide ». Malheureusement, elle est morte en 1998, dans l’anonymat le plus complet.

5. Mata Hari

Dans la série des prostituées bad ass, c’est la plus grande star. De son vrai nom Margaretha Geertruida Zelle, elle est née en 1876 à Leewarden aux Pays-Bas. Agent secret pour différents pays, dont la France, elle se servait de ses charmes pour soutirer informations et argent. Elle fut finalement fusillée par la France pour espionnage pendant la Première Guerre mondiale.

6. Thaïs

Durant la Grèce antique, Thaïs était une hétaïre d’Athène. Une hétaïre, c’est une prostituée d’un autre genre : issues d’un très haut rang social et bien éduquées, les hétaïres offraient leurs services sexuels et leur charmante compagnie un peu à leur guise. Et dans ce domaine Thaïs, a accompagné Alexandre le Grand durant son voyage en Asie. Il semblerait même que ce soit elle qui ait incité Alexandre le Grand a embraser la ville de Persépolis en 333 av. J-C.

Crédits photo (Domaine Public) : Joshua Reynolds

7. Phryné

Là encore voilà une autre hétaïre (cf. définition dans le point juste au dessus. Là. Au dessus. Bah lève les yeux.) qui a également oeuvré durant la Grèce Antique au IVe siècle av. J-C. Elle devient la muse de plusieurs sculpteurs antiques

8. Madame du Barry

Jeanne Bécu est née en 1743. Courtisane avec un joli carnet d’adresse sous le coude, elle offre ses services à qui mieux mieux jusqu’à devenir la maîtresse de Louis XV. Malheureusement, l’époque ne joue pas en sa faveur et elle finira guillotinée de la tête aux pieds en 93.

Crédits photo (Domaine Public) : François-Hubert Drouais

Ni putes ni soumises.

Source : Listverse