1. La Renaissance

Ce qu’on pouvait s’emmerder au Moyen-âge. Heureusement, à un moment donné, les Italiens ont décidé de rendre la vie plus cool en peignant des choses belles (Raphaël, Vinci, Michel-Ange) et surtout en fabriquant tout un tas de trucs modernes pour révolutionner l’architecture, la pensée et l’intégration européenne. Léonard de Vinci n’a d’ailleurs pas seulement peint une fille qui regarde un peu partout en même temps ; c’est aussi grâce à lui qu’on peut aujourd’hui prendre un hélico. Quand on est très riche.

2. Le design automobile

Eh oui, on doit aussi à l’Italie son sens de l’esthétique et du design automobile. Facile à repérer : ça ne vous dit rien les Ferrari ? Les Lamborghini ? Les Maserati ? Allez donc faire un tour au musée de l’automobile de Turin et sur les routes de la motor Valley, aux environs de Modène, Bologne, et Parme, où sont regroupés les plus fameux constructeurs automobiles.

3. La pizza

Figurez-vous que la pizza napolitaine est même rentrée au patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est dire. Plus globalement, l’Italie est le pays qui a inventé la bouffe pas chère, rapide et qui a le mérite d’être saine. Aucun autre pays n’est parvenu à tirer un tel parti des ressources accessibles à tous : de la farine, du fromage, des olives, des tomates, des oranges… La gastronomie française a toujours été affaire de seigneurs ; les pauvres mangeaient du pain noir. Mais en Italie, les pâtes, la pizza napolitaine et les produits laitiers du nord ont dessiné les contours d’une gastronomie du pauvre pas triste pour un sou. Du bon vin en abondance, des terres fertiles et une margherita : que demander de plus ? Pas étonnant que le pays soit le berceau du slow food, ce mouvement « écogastronomiques » né dans les années 80 par opposition au fast food, à l’initiative de Carlo Petrini, journaliste, critique gastronomique, sociologue, homme politique, écologue (et certainement plombier à ses heures perdues).

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Valerio Capello at English Wikipedia

4. La Dolce Vita

Un film symbolisant toute l’influence du cinéma italien. Cette douceur de vivre, l’amour du farniente, bref l’art de vivre à l’italienne ! Sans compter qu’au sortir de la guerre, le cinéma italien se réinvente et les réalisateurs sortent dans la rue pour capter la vérité de la société. Ce sont les premiers films tournés en extérieur, et doublés en studio, la naissance du néoréalisme qui influencera énormément la nouvelle vague française. Plus tard, le cinéma italien prend une ampleur considérable à la faveur de coproductions européennes. L’Italie devient le fer de lance mondial d’un certain cinéma d’auteur avec des réalisateurs comme Antonioni ou Fellini qui imposent leur vision personnelle et poétique du monde, mais également de la comédie dramatique, cet art si italien directement issu de la commedia dell’arte. Dino Risi, Ettore Scola, Moniccelli ou Pietro Germi lui donneront ses heures de gloires, maniant cynisme, réflexion historique et intelligence sociale.

5. La Commedia dell’Arte

Le théâtre populaire italien qui a sévi au XVIe siècle et a influencé les plus grands dramaturges. Pas ceux qui étaient grands en taille hein. Mais genre grand comme Pierre Corneille, Molière, Marivaux. Ils doivent beaucoup à ce type de théâtre où les personnages portent des masques et sont caractérisés par leur ruse comme Polichinelle (Pulcinella) ce petit génie difforme connu du théâtre napolitain.

6. Le jean !

Il était d’usage de donner aux tissus le nom de l’endroit où ils étaient produits. C’est pourquoi le blue-jeans se réfère au blu Gênes, ou bleu de Gênes. Mais la France revendique aussi l’origine du jean, ce tissu de couleur indigo avec lequel les pantalons de travail des marins étaient fabriqués était en toile de Nîmes, comme nous l’avons dit, qui en français était de Nîmes, pour devenir plus tard denim, un autre nom avec lequel ce tissu est universellement reconnu.

Crédits photo (CC BY-SA 2.0) : Jane Mejdahl from Copenhagen, Denmark

7. La connaissance du monde

Les marchands génois et vénitiens sont les premiers à être partis à la découverte du monde connu et inconnu. D’un côté, la route de la soie et Marco Polo qui, le premier, a fait un compte rendu détaillé de ce qu’il se passait au bout du continent eurasiatique. De l’autre, les grands explorateurs Christophe Colomb, né à Gènes et Amerigo Vespucci, né à Florence, qui, financés par la couronne espagnole (les Italiens le sentaient pas, au départ), ont ouvert le bal des conquêtes maritimes de la Renaissance et inspiré leurs successeurs espagnols et portugais Cortès, Magellan ou Pizarro. Et puis dans le même temps, Galilée avait sa petite idée sur le fonctionnement du système solaire. Une petite idée pas bébête.

8. L’invention de la pile électrique

Et même qu’on doit cette invention au comte Alessandro Giuseppe Antonio Anastasio Volta. Mais c’est surtout le dernier morceau de son nom qui nous intéresse puisque c’est à lui qu’on doit le mot Volt, et donc la pile voltaïque : toute première pile électrique. Alors qu’on n’est au début du XIXe siècle. Pratique. A visiter : le musée Volta sur les rives du lac de Côme, sa ville d’origine

9. Des photos de mecs qui font semblant de soutenir la tour de Pise

Parce que si vous tentez le coup à la Tour Eiffel, ça marche moins bien.

10. Savoir parler avec les mains

Comment faisait-on avant les Italiens pour souligner chacune de ses paroles par un geste plus expressif qu’un mot ? On ne faisait pas.

11. L'évolution de l'architecture

Ce sont aux Italiens que l’on doit l’essor du baroque, de ses coupoles, de ses dorures et de ses formes arrondies. L’influence baroque a largement concurrencé le classicisme et le néo-classicisme, devenant une référence intemporelle jusque dans la période art déco au XX° siècle (simplement, les coupoles s’ornaient désormais de structures métalliques). En réalité, c’est aux Italiens que l’on doit de ne pas vivre dans un monde fait de rectangles, de triangles et de colonnes ioniques.

12. Ne pas se faire tremper quand il flotte

On attribue souvent à tort l’invention du parapluie aux Anglais. Mais si les Anglais parlent d’umbrella pour désigner ce petit truc bien pratique quand on habite au Nord de Marseille, il y a une raison. Les Anglais et les Français ont en effet importé l’ombrelle italienne, qui servait une cause antagoniste à savoir se protéger du soleil, et se sont rendu compte qu’à défaut de soleil, ils avaient de la flotte. Le parapluie était né, avant d’être largement manufacturé au milieu du XIX° siècle.

13. (Bonus) Le style cheveux gominés, col de polo relevé et lunettes énormes

Les étudiants en école de commerce peuvent remercier les Italiens du Nord pour tout ce qu’ils ont fait pour eux.

Meilleur pays du monde.