Après Il était une fois les Meufs, nous voici de retours avec la saison 2 : IL ETAIT UNE FOIS LES MECS ! On commence par un super épisode sur le Pénis, et pour en savoir encore plus sur les mecs, suivez les épisodes de la série, réalisée avec notre partenaire HEYME, la mutuelle des jeunes et des étudiants ! Le premier épisode est en fin de ce top !

Top partenaire [?]

Ne comptant pas vous faire l’injure de réciter du Pierre Perret, je me contenterais de le paraphraser en vous affirmant que vous en connaîtrez un rayon sur le pénis au terme de la lecture de ce top. Les femmes y verront sans doute une manière de mieux comprendre pourquoi les mecs deviennent super débiles aussitôt qu’ils ont une érection ; les hommes y trouveront une bonne excuse pour justifier leur comportement erratique dans ces mêmes conditions. Bref, tout le monde a quelque chose à y gagner.

1. Pénis de chair et pénis de sang

Il existe deux types de pénis qu’on appelle communément pénis de chair et pénis de sang. Le premier est naturellement un peu plus gros que le second mais, en érection, il tend à rester d’à peu près la même taille ce qui fait qu’on peut donner l’impression à tout le monde qu’on est breuillé comme personne alors qu’en réalité eh bah pas tant que ça ; le second peut-être plus petit et se gonfle de sang pendant l’érection.

2. Les érections nocturnes ont une utilité

C’est assez gênant, on ne va pas vous le cacher, que d’avoir régulièrement des érections en pleine nuit. Et notamment parce que parfois, la nuit, elle se déroule en plein jour sur la plage ou en somnolence dans les transports. Ce qui est certain, c’est que ces érections surviennent pendant le sommeil paradoxal et ont pour objectif d’entretenir les circuits vasculaires du pénis. Au total, on aura une heure d’érection pendant le sommeil, ce qui fait quand même pas mal plus qu’à la normale quand on en a besoin.

3. Tous les pénis sont tordus

Les études menées sur le sujet (elles ne sont pas légions et pas toujours d’une qualité scientifique irréprochable, on ne va pas se le cacher) montrent que seuls 10% des pénis en érection bandent droit. Généralement, le pénis tend à pencher à droite ou à gauche, soit par déformation à sa base soit par courbure au milieu de la trajectoire.

4. On peut se casser le pénis

Les corps caverneux du pénis peuvent se rompre même si ce ne sont pas des os. Cela arrive plus souvent qu’on le croit lorsque l’homme se fracasse en ne visant pas juste durant le va-et-vient. Quoiqu’il en soit, c’est extrêmement douloureux. Genre extrêmement extrêmement douloureux. Plus encore qu’une déchirure du frein et je peux vous assurer qu’une déchirure du frein appartient au haut du panier de la douleur mondiale.

5. Le corps ne considère pas le pénis comme un organe vital

Pourquoi le pénis réduit-il quand il fait froid ? Eh bien parce que les vaisseaux sanguins se contractent afin de nécessiter un moindre apport sanguin, de façon à ce que l’afflux aille prioritairement à des régions vitales. Nos mécanismes naturels de défense considèrent donc le pénis comme un organe périphérique qui, s’il venait à mourir, ne mettrait pas tout le fonctionnement du corps en danger. Gaffe donc si vous vous retrouvez à poil sur la banquise.

6. Il est impossible d'uriner en érection

Le canal éjaculateur aboutit dans l’urètre, de même que le système urinaire. De ce fait, en érection, la priorité est donnée à l’éjaculation et l’homme ne peut donc pas faire pipi car le col de la vessie est automatiquement refermé. Il n’est pas strictement impossible d’uriner en érection à condition de forcer comme un dingue. Mais l’intérêt est moindre et le fait de faire pipi mettra un terme immédiat à l’érection.

7. Les testicules ne sont pas symétriques

L’un pend plus bas que l’autre, systématiquement et dans 65% des cas, il s’agit du gauche. Difficile d’en connaître la raison, à rechercher sans doute dans une question de latéralité. Les droitiers auraient sans doute tendance à davantage prendre appui sur leur jambe gauche, ce qui créerait potentiellement des mécanismes de développement légèrement atrophiés des organes associés. Allez savoir.

8. Fumer réduit les chances d'avoir un pénis grand comme le ciel

Le tabac a une action directe sur les vaisseaux sanguins en créant un effet de calcification qui réduit l’afflux sanguin. On le sait, ça peut conduire à faire des crises cardiaques. Mais cela a également un effet sur le pénis puisque l’arrivée du sang sera fatalement moindre, ce qui aura donc une incidence sur la taille et la fermeté de l’érection.

9. Les spermatozoïdes se projette à 45km/h

En sortie de piste, s’entend. On ne peut pas parler d’excès de vitesse selon le code de la route mais c’est quand même une belle performance pour des micro machins qui ressemblent à l’un de vos potes quand il porte son bonnet de bain (mais en version, rappelons-le, minuscule). Go porter des chaussons zizi en espérant qu’on marchera à la même vitesse que notre jet de sperme.

10. La taille moyenne du pénis tend à diminuer à l'échelle planétaire

Une étude menée sur deux groupes représentatifs à 10 ans d’intervalle a montré une diminution globale de la taille du pénis à très grande échelle. En 2000, la taille moyenne constatée pendant l’étude tournait autour de 15 cm pour descendre à 13 cm en 2010. Plusieurs scientifiques imputent cette baisse à la présence massive de pesticides dans notre alimentation et dans l’environnement. Il y a peut-être aussi un biais déclaratif avec une moindre pression sociale sur la taille du pénis de nos jours, mais on n’en est pas sûr sûr. De toute façon la taille on s’en fout par contre bien réussir un cuni ça c’est important donc allez réviser vos meilleures techniques de cuni svp.

Et voilà qui devrait changer votre vision des choses.

Pour en savoir encore plus sur le pénis, on vous a concocté une petite vidéo avec HEYME, la mutuelle des jeunes et des étudiants. Elle est là, juste en dessous. Allez, regarde la, elle n'attend que toi.