Ça y est les championnats d’Europe d'athlétisme se sont terminés hier en beauté avec la magnifique victoire des Françaises en 4x400m. Une victoire qu'on ne pouvait prédire a 10 secondes de la fin de la course. L'occasion de revenir sur les victoires inespérées qui ont marqué l'athlétisme tricolore. Si vous doutiez de la théorie de la relativité, vous allez avoir les preuves qu'il peut se passer beaucoup de choses en 5 secondes...

  1. 4X100 Féminin (Championnats du monde 2003)
    L'Athlé n'est pas qu'un sport individuel, et ces 4 là l'ont prouvé. Les Françaises ne sont pas individuellement les meilleures, mais en alliant leurs forces en en propulsant la fusée Arron dans les meilleures conditions, elles ont réussi l'impossible. Le highlight c'est évidemment ce finish incroyable où l'on voit notre Christou reprendre les 10 mètres qui la séparent de l'Américaine. À revoir en boucle.

  2. 4x400 Féminin (Championnats d'Europe 2014)
    "Il n'y aura pas de podium pour le 4X4 français" commente Patrick Montel qui n'est jamais très loin d'une connerie. Les Français ont la réputation de craquer sous la pression... mais aussi de créer l'impossible. Une victoire dont on reparlera encore dans 50 ans.

  3. Christophe Lemaitre 200 m (Championnats d'Europe 2010)
    'Christosse' était certes favori, mais son début de course foireux l'a obligé à remonter les enfers pour accrocher ce titre qu'il lui était promis. Il le sait que les victoires faciles n'offrent pas les mêmes émotions sur le canapé. Alors il nous a offert ça, il est comme ça Lemaitre.

  4. Marc Raquil (Championnats du monde 2003-Médaille de bronze)
    Oui ce n'est qu'une troisième place, mais c'était historique en 400 masculin. Raquil et son look tiré du "cinquième élément" va donner raison à Montel "qu'il le sait et le sent" en allant au bout de son effort pour nous offrir ce podium qui a un goût de victoire.

  5. Marie José Pérec 200 m (Jeux Olympiques 1996)
    En 96, Pérec marche court sur l'eau. Après le 400 mètres qu'elle remporte facilement, elle nous fera un peu plus vibrer sur le 200 où elle laisse un peu d'avance pour déconner à Merlaine Ottey afin de nous faire sauter comme des blaireaux sur le finish. Mais reviens Marie-Jo bordel, tu nous manques...

  6. Bonus : 4x100 féminin (Championnats d'Europe 1998)

    La tactique "on fait de notre mieux et de toute façon à la fin on a Christine" marchait déjà en 1998, une année définitivement magique... (L'intégration est désactivée, donc cliquez sur le lien en gras pour voir la course, merci aux topiteurs attentifs pour cette suggestion)

C'est pas encore la Jamaïque mais c'est pas dégueu...

Source photo : Youtube