La France vieillit, on vit plus longtemps, on galère a payer les retraites de nos aînés (on dit ça pour pas dire « vieux » parce qu’on est gentil) et on doit laisser notre place assise dans les transports en commun. C’est un peu triste. Mais dans certaines villes, on peut retrouver un peu de fraîcheur et oublier les pantalons en velours et les mouchoirs en tissus de personnes âgées. On parle des endroits où les étudiants sont présents en masse par rapport au reste de la population. Les endroits où c’est un peu plus gai.

1. Poitiers : 8,6% de la population

19 500 étudiants de 18 à 24 ans habitent dans le chef lieu de la Vienne. Une ville pas immense mais où il fait bon vivre quand on veut boire un coup avec ses potes à la sortie de l’université. On peut ajouter à ça le fait que les loyers sont parmi les moins chers de toutes les villes étudiantes. Victoire des Pictaviens, qui portent un bien joli nom.

Crédits photo (creative commons) : Christophe.Finot

2. Montpellier : 8,1% de la population

Préfecture de l’Hérault, Montpellier accueille 41 300 étudiants de 18 à 24 ans, mais comme sa population dépasse largement celle de Poitiers, la ville n’est qu’en deuxième position. Ça ne l’empêche pas de tout défoncer, y compris sa voisine Nîmes, avec une vie nocturne développée et des estivales où tous les jeunes du coin viennent se bourrer la gueule avec des produits régionaux.

3. Rennes : 7,7% de la population

Rennes c’est très cool (bon peut-être pas autant que Nantes, ça se discute), on peut y voir 43 800 jeunes étudiants, et surtout plein de concerts trop cool parce que c’est clairement un gros vivier de bons groupes qui après cartonnent partout. Les transports sont bien foutus comparés à d’autres villes, donc on se déplace avec facilité, légèreté et sourire, le tout avec 0% de matière grasse, ce qui est rare pour une ville de Bretagne.

Rennes

4. Nancy : 7,6% de la population

Les Lorrains sont pas toujours très bien réputés pour leur accueil, mais que ce soit vrai ou non, Nancy n’a rien à voir avec cet a priori, tout simplement parce que là-bas on retrouve un paquet de jeunes étudiants (31 400 environ) qui viennent d’un peu partout. Et eux savent que les liens se créent autour d’un bon vin blanc. Tout le monde s’accorde à dire que Nancy c’est pas très sexy mais qu’on y vit bien, et finalement c’est le plus important.

5. Grenoble : 7,1% de la population

Un bon tram qui relie les campus au centre ville en moins de temps qu’il en faut pour finir une canette de 8-6, c’est tout ce qu’il faut pour avoir une ville jeune, accueillante et en état d’ébriété. Alors non, les 37 500 jeunes ne font pas que boire, ils étudient parfois et tiennent la porte quand quelqu’un arrive derrière eux parce qu’ils sont civilisés.

Crédits photo (creative commons) : Oudetb

6. Besançon : 6,8% de la population

A Besançon on boit du Pontarlier-Anis dès l’âge de 5 ans mais on dit « pont » parce qu’on est cool. A La Fontaine, on trouve même des pintes à 2,80€ (on sait que les étudiants sont pauvres.) Je tiens toutes ces informations de notre graphiste Belette, porte-étendard de la ville aux 15900 jeunes étudiants et accessoirement portée sur la bouteille.

7. Dijon : 6,7% de la population

Il fait souvent un peu moche à Dijon, mais ici les étudiants ont dans leur cœur la moutarde qu’ils n’ont pas dehors. Ou quelque chose comme ça. En tout cas ils sont à peu près 22600 de 18 à 24 ans, et on les voit surgir dans la rue Berbisey dès le jeudi soir tels des zombies attirés par l’odeur de l’alcool.

Crédits photo (creative commons) : François de Dijon

8. Angers : 6,5% de la population

Une petite ville où règne la « douceur angevine » (ils aiment bien dire ça parce qu’ils sont un peu poètes dans l’âme) et où on a un beau château avec une jolie vue, gratuit en plus. Niveau vie étudiante, il y a 22600 jeunes qui finissent dans l’hypercentre éméchés vers 00h, à se faire des câlins et des déclarations d’amitié émouvantes. C’est beau Angers.

9. Toulouse : 6,5% de la population

Beaucoup beaucoup d’étudiants ici, dans la tranche d’âge qui nous intéresse : 71900 environ (je les ai pas comptés, je laisse ça à l’INSEE.) Même si ça fait 10 ans que je milite pour qu’on appelle la ville Touloum et qu’ils ne veulent pas, je les aime bien quand même les jeunes Toulousains parce qu’ils ont un accent rigolo et qu’ils sont accueillants.

Crédits photo (creative commons) : Abxbay

10. Reims : 6,5% de la population

Derniers du top mais loin d’être les derniers tout court, les jeunes étudiants Rémois sont 18900. Ils ne font pas que boire du Champagne, parfois ils travaillent pour obtenir leur diplôme.

A toutes les personnes de plus de 24 ans qui lisent ce top, vous n’êtes pas tous vieux et on vous aime quand même.

 

Source : INSEE

Tu ne sais jamais quoi mettre dans ta valise ? Aucun problème :

Pour bien te marrer, même en voyage, c'est Topito Voyage qu'il te faut.