Le tourisme, c’est aussi valable pour les metalleux ! Où aller quand on veut se gaver de musique, remonter le temps et visiter les lieux où tout à commencé où qui ont participé à l’histoire du mouvement ? Dans quelle ville se situent les meilleurs bars metal ? Autant de questions qui trouvent leurs réponses ci-dessous. C’est bon, vous avez votre passeport ? On embarque !

1. Londres (Angleterre)

La capitale britannique est une destination metal par excellence ! Notamment pour visiter les lieux clés de la New wave of Bristish heavy metal inhérents à des groupes comme Iron Maiden, Judas Priest ou même Motörhead, qui n’a jamais joué à proprement parler du metal mais qui fut associé à ce mouvement. Quoi qu’il en soit, direction le Ruskin Arms, le bar où Maiden fit ses armes, même si aujourd’hui, le pub n’a pas grand chose à voir avec celui qu’il était jadis. Le Cart & Horses est aussi au centre de l’histoire de Maiden. Ensuite, passage obligatoire à Camden Town même si là aussi, c’était mieux avant. Mais on peut y faire des emplettes et encore de belles rencontres. On peut aussi s’arrêter à la Brixton Academy, là où Lemmy et bien d’autres ont donné leurs meilleurs lives et aller dépenser quelques livres à Coven Garden chez Crazy Pig Design, le bijoutier le plus rock and roll de la ville (un français), ou tout simplement se balader et s’imprégner de l’ambiance heavy metal de la cité.

2. Birmingham (Angleterre)

On reste dans la Perfide Albion pour se rendre dans la ville de Black Sabbath. Là où Ozzy Osbourne, Geezer Butler, Tony Iommi et Bill Ward virent le jour et donnèrent naissance au metal, dans les quartiers défavorisés et dévastés par les bombardements pendant la Seconde Guerre. Là où Sabbath donna au début de cette année 2017 son ultime concert. C’est d’ailleurs également à Birmingham que Rob Halford de Judas Priest naquit en 1951.

3. Stoke-on-Trent (Angleterre)

Toujours chez Sa Majesté, la ville de Lemmy Kilmister et de Slash (mais également de Robbie Williams, histoire de contrebalancer). Une cité minière qui est entrée dans l’Histoire grâce à la musique de Motörhead et de Guns N’ Roses donc.

4. Bergen (Norvège)

Si vous êtes plus du genre black metal, la Norvège s’impose d’elle-même et plus précisément Bergen, la ville dont sont originaires Burzum, Gorgoroth, Immortal et bien d’autres combos qui aiment bien se filmer dans les bois le visage maquillé et jouer de la musique un peu flippante. Une ville viking passionnante. Et si on trouve plusieurs bars estampillés metal, c’est l’Apollon qui semble remporter le plus de suffrages.

5. Berlin (Allemagne)

La capitale allemande est très prisée des groupes de metal et des metalheals en général. Avant de voir naître Rammstein, la ville favorisait déjà l’épanouissement de cette musique et de ses représentants en se posant comme une sorte d’Eldorado. Il est recommandé d’aller boire une bière ou deux dans les bars les plus metal de la ville comme le Blackland, le Rock und Wikingerbar, le Rickenbackers Music Inn…

6. Wacken (Allemagne)

Alors là, il faut y aller pendant le festival. Forcément. La petite ville ne compte qu’un peu moins de 2000 âmes à l’année, mais se transforme en véritable capitale mondiale du metal tous les mois d’août, sous l’impulsion de plusieurs dizaines de groupes et de plusieurs dizaines de milliers de headbangers déchaînés.

7. Los Angeles (États-Unis)

Et si on allait faire un tour chez Metallica ? Là où tout à commencé. Sur le Sunset Strip aussi, dans les bars légendaires comme le Rainbow Bar & Grill, la deuxième maison de Lemmy, le Whisky a Gogo et dans tous les clubs où s’est façonnée la scène heavy metal/glam californienne. Là où ont explosé Guns N’ Roses, Poison, Mötley Crüe, Ratt et tant d’autres. À Hollywood, où la bière et d’autres substances coulaient à flots dans une débauche de moyens qui en laissé plus d’un sur le carreaux, dans un total mépris des règles de la morale et de la bien-séance.Et pour finir revenir à Metallica, on peut aussi sortir de Los Angeles, direction plein nord, aller visiter la maison où Hetfield, Ulrich et compagnie vécurent de 1983 à 1986, à El Cerrito, au 3132 Carlson Boulevard exactement.

8. New York (États-Unis)

La Grosse Pomme a vu naître son lot de mouvements musicaux et autres tendances au fil des années. Pour ce qui est du metal, c’est à Brooklyn que le gros de l’action s’est passée, avec des combos comme Biohazard, Type O Negative, Life Of Agony… Des bars comme le Duff et le Lucky 13 Saloon font partie des garants de cette forte identité. Les headbangers les plus nostalgiques pourront aussi arpenter les rues de Manhattan et pourquoi pas passer devant l’ancien CBGB, le temple du punk et du hardcore devenu aujourd’hui une boutique de luxe…

9. La Nouvelle-Orléans (États-Unis)

Une ville connue pour son amour de la musique mais peut-être moins pour sa scène metal pourtant retentissante. C’est ici qu’est né Phil Anselmo, le chanteur de Pantera et de Down, mais c’est aussi ici qu’on célèbre de nombreux autres combos comme Crowbar, l’un des fers de lance du sludge. Le Dungeon et le Siberia sont les bars à visiter en priorité quand on entend se plonger dans le metal de NOLA.

10. Clisson (France)

Finissons donc notre tour du monde heavy metal par Clisson et son Hellfest. Une ville qui a eu un peu de mal à accepter le festival emblématique mais qui aujourd’hui semble s’être accoutumée à voir débouler dans ses rues des milliers de fous-furieux bienveillants, qui non contents de mettre une sacrée ambiance, pillent les stocks de bière et de pinard, plaçant du même coup cette petite bourgade de moins de 7000 habitants de Loire-Atlantique sur la carte mondiale du metal.

Stay Metal !!!