Le principe même d’une civilisation est d’être par la suite effacée au profit d’une nouvelle civilisation, laquelle sera à son tour balayée par une civilisation encore plus nouvelle, laquelle… Or, sur quoi se basent les civilisations ? Sur des regroupements humains autour de points centraux qu’habituellement on appelle des villes. Mais parfois, ces villes se voient abandonné tout à trac sans que les historiens ne sachent pourquoi. Nous non plus on sait pas.

1. Memphis, en Egypte

Memphis, avant de devenir par homonymie une ville où des mecs se déguisent en Elvis, était la capitale du premier nome de Basse-Egypte, entendez par-là que c’était un chef lieu régional. Bon, en vrai ça a été aussi la capitale de l’Egypte pendant l’Ancien empire et une place forte économique et religieuse jusqu’à assez tard (aux environ du IV° siècle avant JC). Mais mais mais mais mais la concurrence d’Alexandrie d’une part et les changements religieux de l’autre la rendent moins intéressante aux yeux des Egyptiens et des marchands. De là à la voir disparaître ? Sans doute, mais allez savoir comment et pourquoi la ville a été totalement abandonnée au VII° siècle et est devenue un lieu où on entreposait des matériaux extraits des carrières…

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

2. Bulla Regia

Ce site archéologique du Nord de la Tunisie a des origines berbères et servait de point d’étape sur la route de Carthage. Devenue capitale d’un royaume numide après les invasions romaines, la cité se romanise et adopte un plan quadrillé façon Grèce antique. Mais sous l’Empire byzantin, la cité décline progressivement et puis on n’en entend plus parler. Longtemps, les chercheurs ont pensé qu’un événement (une guerre ou une catastrophe naturelle) avait engendré un départ massif de la population, mais les recherches actuelles évoquent plutôt un effacement progressif. Sans que l’on sache vraiment pourquoi.

Crédits photo (creative commons) : Pascal Radigue

3. Volubilis

Ville berbère romanisée devenue capitale du royaume de Mauritanie, Volubilis était une ville très riche de par ses possibilités agricoles et dont les ruines reflètent une opulence indéniable. C’est là que la dynastie fondatrice du Maroc a vu le jour. Lors de la conquête islamique, au VII° siècle, Volubilis réussit à obtenir une indépendance relative. Mais elle perd de son importance en abandonnant son statut de capitale au profit de Fès et se voit peu à peu abandonnée, même si elle reste habitée jusqu’au XV° siècle. Pourquoi abandonne-t-on une ville ? Difficile à savoir.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

4. Tiraline

Alors là, on sait pourquoi elle a disparu, mais l’histoire est suffisamment intéressante pour être racontée : Tiraline était, selon la légende, une ville engloutie située à 7 kilomètres des côtes, au large de Safi. Nombreux sont les plongeurs à assurer avoir aperçu la ville engloutie sous la mer. Tiraline était également l’un des objectifs du commandant Cousteau avant sa mort.

5. Timgad

Fondée par l’empereur Trajan en 100 sur l’actuel territoire algérien, Timgad était une colonie romaine peuplée essentiellement de citoyens romains détachés. Lors de la reconquête byzantine, après les guerres contre les musulmans, la ville a pris cher. Elle a pourtant continué à être habitée jusqu’au VIII° siècle, mais aucune source ne permet de comprendre pourquoi la ville a été entièrement abandonnée. Timgad une place ?

Crédits photo (creative commons) : Araibia Amine (Artistou)

6. Palenque

Cette cité maya située dans le Chiapas était une importante place forte pendant l’empire, notamment pour son architecture. La cité était de taille moyenne et ne faisait pas office de capitale, mais elle occupait un rôle religieux et politique non négligeable jusqu’au VII° siècle. Mais dès le IX° siècle, elle a fait l’objet d’une désertion massive dans que l’on sache vraiment pourquoi. Palenque a vivoté encore plusieurs années au rythme des saisons agricoles, mais en l’absence de pouvoir centralisateur, la forêt a peu à peu repris ses droits et jusqu’à ce que la ville soit totalement abandonnée, autour du XVI° siècle.

Crédits photo (creative commons) : Ricraider

7. Teotihuacan

La fin de la plus célèbre des cités mayas est aujourd’hui encore un mystère. Pendant longtemps, les historiens ont pensé que la ville avait été incendiée par des guerriers venus de l’extérieur, forçant la population à s’en échapper ; mais des recherches plus récentes suggèrent au contraire que la ville ait été incendié par des émeutiers, de l’intérieur. On estime que le déclin de la ville, au VI° siècle, pourrait être lié à un exode rural massif en raison des épisodes de sécheresse et que les mauvaises décisions prises par le pouvoir auraient entraîné des révoltes.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

8. Malden

Cette minuscule île de l’Océan pacifique abrite d’étranges ruines dont on ignore la provenance et que l’on peine à dater. Toujours est-il que lors de la découverte de l’île, en 1825, elle était totalement inhabitée. Qu’est-il arrivé à sa population ? Pourquoi a-t-elle disparu ? Et d’où venait-elle ? Et bah j’en sais rien mon pote.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

9. Cahokia

Cette immense cité amérindienne située sur le territoire actuel de l’Illinois a été bâtie sur des monticules de terre et disposaient de tout le confort moderne d’une ville, comme des places pour le marché et d’autres trucs qu’on retrouve dans quasiment toutes les civilisations. On estime que la ville accueillait jusqu’à 40.000 personnes, mais aucune hypothèse plausible ne parvient à expliquer la raison de sa désertion.

Crédits photo (creative commons) : Heironymous Rowe

10. Le Grand Zimbabwe

Cet ensemble de ruines semble dessiner une ancienne place forte qui pouvait accueillir plusieurs dizaines de milliers de personnes. On sait qu’il s’agissait là d’un important carrefour commercial sur la route de la soie où les marchands se pressaient. Mais il ne reste plus que des ruines de la cité et aucune explication n’est à même d’être avancée quant à son effondrement.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

Et dire qu’un jour on dira la même chose de Paris…

Via : Wikipédia