Dans les films, les tueurs en série portent des masques. Mais quel est l’intérêt de porter un masque puisqu’on compte de toute façon tuer les gens, ce qui risque de les empêcher de nous reconnaître ? La question se pose, mais certains tueurs de la vraie vie en font fi et décident malgré tout d’enfiler un truc sur la tronche pour faire plus badass.

1. Ed Gein, le mec qui se faisait des masques à partir de la peau de ses victimes

Ed Gein est un sale type. Un sale sale sale sale type. S’il n’a à son actif que deux victimes officielles, on a retrouvé chez lui les restes de pas mal d’autres personnes (sous la forme de ceintures ou d’abats-jour) : vous avez bien lu, oui, Ed Gein transformait ses victimes en objets de déco et réutilisait leur peau. Ed Gein se fabriquait aussi des masques à partir de la peau du visage de ses victimes et les portait régulièrement, sans doute pendant ses crimes. Un sale type, on vous dit. Il a été arrêté en 1957 et est mort d’une insuffisance respiratoire en 1984 dans sa cellule.

Crédits photo (creative commons) : Mistyday22

2. Le tueur du Zodiac

On ne sait pas qui il est ni s’il le faisait systématiquement, mais le mystérieux tueur du Zodiac qui a fait tourner la police et les journalistes de San Francisco en bourrique dans les années 70 a raté son coup une fois : un homme qu’il a exécuté alors qu’il se trouvait avec sa petite amie a survécu à l’agression (pas la petite amie). Et il a affirmé que le tueur portait un masque de hockey.

3. Edward Paisnel, la bête de Jersey

Edward Paisnel habitait à Jersey, vous savez, la petite île anglo-normande, là. Et il avait de drôles d’occupations : il pénétrait chez les gens la nuit, kidnappait ses victimes, les emmenait dans des endroits isolés, les séquestrait et les violait. Alors, oui, il ne les tuait pas ; raison pour laquelle, sans doute, Paisnel portait un masque qu’il avait fabriqué lui-même et une perruque brune. Paisnel a été arrêté en 1971 après avoir agressé 13 personnes. Il a été condamné à 30 ans de prison. Il y est mort en 1994.

Crédits photo (creative commons) : Fair use

4. Le BTK Killer

Le BTK Killer, aka Dennis Rader, (BTK pour « Bind Torture Kill » soit « Attacher, Torturer et Tuer ») est un type qui a donc attaché, torturé, violé et tué des gens pendant un paquet de temps. Son truc, c’était d’attendre les gens chez eux – c’est encore le plus simple. Il a ainsi tué dix personnes dont deux enfants entre le début des années 80 et 1991, certaines étant retrouvées affublées de masques étranges. Pour se faire mousser, il envoyait à la police des effets personnels de ses victimes.

Ce n’est qu’en 2005 que Rader a été arrêté après s’être trahi auprès des autorités qui avaient pourtant cessé toute recherche. Et c’est là qu’on a découvert son mode opératoire : Rader portait un masque lors de ses agressions, non pas tant pour faire peur à ses victimes mais pour leur donner l’espoir qu’il les laisserait en vie. SYMPA.

Crédits photo (creative commons) : Dimitri76x

5. Fabian Kramer, le mec qui kiffait Saw

En 2012, Fabian Kramer, un ado a priori pas tout à fait normal, a maté Saw. Et ça lui a bien plus. Ça lui a d’ailleurs tellement plu qu’il a décidé de copier le film dans la vraie vie en poignardant sa propriétaire dans son appartement, en portant un masque. Pour essayer de donner le change, il a appelé la police et a tenté de se faire passer pour un ambulancier. WRONG. On l’a foutu en prison. Sans son masque.

6. The Phantom Killer

En l’espace de dix semaines pendant l’année 1946, un type qu’on n’a jamais identifié a agressé 8 personnes dont 5 sont décédées dans le coin de Texarkana, à la frontière entre le Texas et l’Arkansas. Le mec n’a jamais été identifié, mais les survivants ont décrit un homme d’un mètre 90 qui portait un masque fabriqué à partir d’un drap blanc coupé au niveau des yeux et de la bouche. Le flip.

7. Donald Neilson

Ce braqueur et tueur britannique a assassiné 4 personnes au cours de ses braquages dans les années 70. Comme tout bon braqueur, il portait une cagoule noire sur la tête et assassinait les gens froidement, sans que ce soit utile. Sympathique état d’esprit.

Crédits photo (creative commons) : Fair use rationale

Brrrr.

Sources : Listverse, Ranker