La musique la musique la musique : laissons-nous guider par la musique. Que la musique rythme nos coeurs et fasse vibrer nos âmes, musique tu donnes de la couleur même aux mots les plus gris, vive la musique et vive les tubes. Et vive le tube digestif.

1. Mistral Gagnant de Renaud

Mistral Gagnant est une chanson qui a donné son nom à l’album sorti par Renaud en 1986 et qui est probablement devenue sa chanson la plus connue. Sauf que l’album n’aurait jamais dû s’appeler comme ça dans la mesure où la chanson ne devait pas y figurer. L’album a été enregistré à Los Angeles et Renaud, dans son exil, ne se rendait pas bien compte du potentiel des choses ; il était persuadé que sa chanson était sans intérêt et n’intéresserait personne. Il voulait l’exclure de l’album. C’est sa femme qui l’a convaincu de l’enregistrer quand même, avec le succès que l’on sait.

2. Un homme heureux de William Sheller

La chanson la plus connue de Sheller n’a été jouée en public et encore par un hasard assez dingo. Alors qu’il rentrait d’un concert pour enregistrer en public son album Sheller en solitaire, album de reprises minimalistes de ses chansons enregistrées en public, ses musiciens ont un problème mécanique et ne peuvent pas assurer le concert prévu. Bref, Sheller ne va pas pouvoir tout jouer. Il décide donc de meubler en jouant Un homme heureux, chanson inédite dont il ne sait pas quoi faire en piano voix total. Emballé c’est pesé : le producteur est sûr que ça va faire un flop monumental. Erreur.

3. I can't get no satisfaction des Rolling Stones

C’est en 1965 que Keith Richard tente des trucs à la guitare au beau milieu de la nuit. Il s’endort en laissant la bande enregistrer : quand il la réécoute, il entend deux minutes de riffs de guitare bizarres et 45 minutes de ronflements. Bref, c’est à jeter : sauf que Mick Jagger tombe dessus et décide de faire une chanson à partir d’un des riffs. C’est Satisfaction. Sauf que Richards trouve l’enregistrement à chier et la musique trop commune. Il ne veut pas entendre parler de sortir la chanson. Mais Mick Jagger insiste et finit par emporter la partie. Bien vu l’aveugle.

4. Amsterdam de Jacques Brel

Brel testait ses chansons sur scène avant de les enregistrer (enfin jusqu’à ce qu’il arrête la scène). Autant le dire : il détestait Amsterdam mais a tenté le coup quand même. Son verdict : la chanson est une merde. Il ne l’enregistra donc jamais en studio. Pourtant, une des chansons les plus iconiques de Brel a fait son chemin jusqu’à nos oreilles grâce à l’enregistrement en public de son Olympia 1964, la seule fois où il a chanté la chanson.

5. Si j'étais un homme de Diane Tell

On peut pas parler de chanson du siècle, mais le seul succès de Diane Tell est sorti sur un coup de bol. La chanteuse canadienne ne trouvait personne pour la produire : tous les éditeurs de disque lui répétaient en boucle que sa chanson était trop lente et trop longue. Jusqu’à ce qu’elle devienne le tube de l’année 70 (enfin le tube VF).

6. Shake it Off de Taylor Swift

Connue pour ses chansons country, Taylor Swift voulait absolument faire un virage pop au moment de sortir son cinquième album, 1989. En 2014, elle explique son souhait à sa maison de disque qui lui dit de ne surtout pas faire ça. A tel point que le label la menace de bloquer la sortie de l’album. Bref, Swift fait le forcing, mais le label continue d’insister pour qu’elle enregistre aussi des chansons country sur l’album. Elle tient bon. Shake it Off est le plus gros succès de l’année 2014.

7. Smells like teen spirit de Nirvana

Le bassiste et le batteur de Nirvana ont tout simplement détesté le riff de Smells like teen spirit. Grohl, le batteur, trouve que ça sonne comme les Pixies en nul. Finalement, parce qu’il faut bien enregistrer des chansons et ne pas se fâcher avec tout le monde, ils arrivent à un accord et décident de sortir ce truc. Bien leur en a pris.

8. Nothing Else Matters de Metallica

La chanson avait été écrite par James Hetfield pour son ex et n’avait aucune vocation à figurer sur un album. C’est le batteur du groupe qui a insisté pour que Metallica l’enregistre. Ce qui explique sans doute pourquoi elle tranche autant avec le reste de l’oeuvre de Metallica. Hetfield se laisse convaincre. Voili voilou.

9. Like a Rolling Stone de Bob Dylan

Quand Zimmerman devenu Dylan enregistre la chanson, il bénéficie du soutien des créatifs de sa maison de disque ; en revanche, tout le service marketing pense que c’est de la merde. La chanson est trop longue et le management veut réduire sa durée de moitié. Dans l’attente, la sortie du single est différée – ce qui à l’époque peut vouloir dire annulée. Mais l’éditorial se bat et parvient à convaincre la maison de sortir la chanson après avoir amené tout le personnel exécutif dans un club pour y assister aux réactions du public quand la chanson est diffusée. Et c’est la chanson la plus connue du monde.

10. Somebody that I used to know de Gotye

Après avoir lutté des mois pour écrire sa chanson, Gotye se lance dans son enregistrement, mais accumule les merdes : d’abord, sa choriste principale le plante et faute de trouver quelqu’un pour la remplacer, il envisage de laisser tomber la chanson parce qu’après tout l’album tient la route comme ça. C’est son producteur qui le convainc de faire venir une chanteuse néo-zélandaise, Kimbra, pour sauver les meubles. Bingo.

C’est pas passé loin.

Sources : France télé, Mental Floss, Se coucher moins bête,